Une jeune fille enlève son masque anti Covid-19.
Les chiffres sont formels, l'épidémie recule. Une bonne nouvelle, mais qui ne signifie pas pour autant qu'il faut cesser de faire preuve de vigilance. ©Freepik / Nakaridore

La nette baisse du nombre de contaminations, tout comme le recul des taux d’incidence, confirme que la septième vague de l’épidémie de Covid-19 est bien sur le déclin. Ce qui ne signifie pas qu’elle est terminée : des milliers de cas sont encore signalés chaque jour, avec à la clé, toujours des hospitalisations et des décès. La vaccination subit aussi un coût d’arrêt, ce qui ne rassure pas les épidémiologistes, inquiets de la nouvelle vague qui pourrait toucher le pays à la fin de l’été. Le point.

La septième vague de l’épidémie de Covid-19 confirme son recul. À l’inverse d’une nécessaire vigilance : une centaine de personnes décèdent encore chaque jour de la maladie, selon Santé publique France (642 sur les 7 derniers jours, au 21 juillet). Et ce dans une certaine indifférence, qui montre que les Français ont appris à vivre avec le Covid-19, mais qu’ils oublient aussi de s’en méfier.

4 millions de Français ont déjà reçu leur deuxième dose de rappel, recommandée pour les plus de 60 ans et les personnes fragiles et/ou immunodéprimées. 13 millions y sont encore éligibles, et certains infectiologues s’inquiètent déjà d’une baisse de protection au moment où le virus reprendra de la vigueur, à l’automne. « La vaccination est la meilleure arme pour se protéger contre la Covid », a tweeté le 22 juillet Elisabeth Borne, 61 ans. Au moment de recevoir sa deuxième dose de rappel, la première ministre a rappelé que « des rendez-vous sont disponibles sur sante.fr. C’est simple et rapide ». Et surtout essentiel pour « un été serein (…). L’épidémie rebaisse dans cette septième vague. Mais (…) on a encore une augmentation des personnes hospitalisées, en réanimation et même des décès. L’épidémie n’est pas derrière nous ».

Covid-19 : 11 195 nouveaux cas au 25 juillet

Dans son dernier bilan épidémiologique, Santé publique France confirme que « la circulation du SARS-CoV-2 a diminué sur l’ensemble du territoire ». Le nombre national de cas quotidiens a très nettement diminué : 11 195 au 25 juillet, contre 127 000 le 13 juillet. En Auvergne-Rhône-Alpes, les taux d’incidence sont tous repassés sous la barre des 1000 cas pour 100 000 habitants. La Loire (908/100 000), la Drôme (926) et la Haute-Loire (933) restaient les départements les plus impactés. En France, le taux d’incidence moyen était de 781,6/100 000 habitants au 22 juillet, soit une baisse de -33,7% en 7 jours.

Le nombre d’hospitalisations commence lui aussi à diminuer. Mais avec un classique temps de retard lié au décalage avec les contaminations. Une centaine de nouveaux patients avaient été pris en charge la semaine dernière dans les hôpitaux de la région. La tension devrait peu à peu se réduire et soulager des équipes à bout de souffle. Au 21 juillet, le nombre de prise en charge de patients Covid avait ainsi déjà baissé de 7,4% par rapport à la semaine précédente. Soit 8118 personnes hospitalisées pour Cvid-19, dont 930 en réanimation.

À SAVOIR

La plupart des centres de vaccination ont fermé leurs portes. Les vaccins sont désormais majoritairement assurés par les médecins libéraux, pharmaciens et infirmiers. Retrouvez ici la liste des professionnels de santé disponibles pour recevoir votre vaccin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here