coronavirus médecins et hôpital
Face au désarroi du monde hospitalier à Lyon, les médecins libéraux réclament des mesures draconiennes pour stopper l'épidémie de coronavirus ©Freepix

Couvre-feu à 19 heures, reconfinement tous les week-end… Avec un taux d’incidence qui atteint des records à Lyon ou Saint-Etienne, l’Auvergne-Rhône-Alpes est la région la plus touchée par l’épidémie de coronavirus. Une situation sanitaire qui ne cesse d’inquiéter. En particulier les médecins libéraux qui demandent un renforcement drastique des mesures sanitaires. Le docteur Pierre-Jean Ternamian, médecin radiologue et président de l’URPS Médecins Libéraux AuRA, hausse le ton !

 

Si les restrictions sanitaires ont été étendue à dix des douze départements d’Auvergne Rhône-Alpes, la situation continue d’empirer dans la région. En effet, le taux d’incidence y atteint 450 cas pour 100 000 habitants. Lyon figure parmi les métropoles les plus touchées. Un peu moins qu’à Saint-Etienne où le taux d’incidence monte jusqu’à 727 cas dans la Loire. De quoi craindre une vague hospitalière record dans quelques jours… et un couvre-feu avancé, voire un reconfinement !

 

En effet, face à cette crise inédite, l’Union Régionale des Professionnels de Santé vient de lancer un appel aux politiciens. Leur but ? Un renforcement drastique du couvre-feu à 19 heures en semaine et un confinement total le week-end !

Couvre-feu et reconfinement… Des mesures qui devaient concerner notamment les grandes villes les plus impactées par l’épidémie. En l’occurrence Lyon, Saint-Etienne et Grenoble. C’est l’avis du Dr Pierre-Jean Ternamian, président de l’URPS Médecins Libéraux AuRA.

 

Reconfinement et couvre-feu : « le temps n’est plus aux demi mesures »

De fait, alors même les mesures sanitaires viennent d’être élargies, les médecins de la région Auvergne Rhône-Alpes appellent à revoir immédiatement les restrictions à la hausse. Reconfinement le week-end et couvre-feu avancé à la clé. « La situation est trop grave », défend le Dr Pierre-Jean Ternamian. « Il est temps d’agir pour éviter une situation comparable à celle de l’Italie au printemps dernier ».

Certes, cette phase de sensibilisation a le mérite d’exister. Mais, pour l’URPS Médecins Libéraux AuRA, il ne s’agit pas de mesures suffisantes. Les abus sanitaires, tant sur le port du masque que sur les fêtes privées, sont nombreux.

Pour preuve, les clusters récents en universités et grandes écoles. « Trop de nos concitoyens ne prennent pas suffisamment au sérieux les risques de contagion, banalisent cette infection, négligent le risque qu’ils font courir aux autres ». Or, « on n’a plus la capacité temporelle pour laisser à la population et aux récalcitrants le temps de se responsabiliser », affirme Pierre-Jean Ternamian.

Ainsi, les médecins de la région appellent à un respect de la législation sans demi-mesure. Des contrôles davantage fréquents et des amendes plus élevées sont « nécessaires » pour faire appliquer les mesures. Malgré tout, l’évolution de l’épidémie du Covid-19 en région Auvergne Rhône-Alpes reste inquiétante. Ainsi, les professionnels de santé demandent des mesures drastiques immédiates. Lesquelles ? « Le couvre-feu rabaissé à 19 h la semaine et l’instauration d’un confinement le week-end ».

 

Médecins et soignants épuisés

À l’origine de cette demande, la situation critique des médecins et personnels hospitaliers de la région. D’ores et déjà, les déprogrammations affluent en chirurgie. Les services de réanimation sont quant à eux remplis de patients Covid. « L’épidémie atteint un niveau record qui, dans quelques jours, trouvera sa traduction dans un encombrement, voire une saturation des services hospitaliers. Non seulement pour les patients atteints par la COVID, mais aussi par toutes les autres pathologies habituelles », rapporte l’URPS Médecins AuRA.

C’est pourquoi « l’effort demandé aux soignants de réorganiser leur travail et d’augmenter leur disponibilité doit être accompagné d’un effort de toute la population », selon l’URPS AuRA. Un appel à la responsabilisation qui fait suite à la fatigue accumulée des soignants ces derniers mois. Par ailleurs, les médecins libéraux rajoutent à l’éreintement un manque de reconnaissance. « Certains libéraux n’ont pas encore été rétribués pour leur aide apportée au secteur public », affirme Pierre-Jean Ternamian.

 

Covid-19, des patients de tout âge

L’effort demandé ne concerne pas que les soignants. « On a des jeunes présentant des signes de Covid-19 qui désaturent et demandent une surveillance », rapporte le Dr Pierre-Jean Ternamian. Selon le praticien, les personnes âgées ne sont donc pas les seules victimes de cette crise.

Autre grande inquiétude des médecins, la capacité à traiter et à s’occuper de tous les patients. Jeunes. Vieux. En bonne santé jusqu’alors ou atteints de pathologies chroniques. ” La situation est critique. Si nous prenons des restrictions drastiques dès maintenant, l’impact se fera ressentir seulement dans une quinzaine de jours ».

Une situation fragile qui effraie les professionnels de santé. « Est-ce que l’on va finir par se retrouver dans une situation où on devra choisir parmi les patients en réanimation lesquels on doit sauver ? », s’inquiète le Dr Pierre-Jean Ternamian. Pour ne pas en arriver là, le représentant des médecins libéraux d’Auvergne-Rhône-Alpes espère être entendu…

 

A SAVOIR

L’Union Régionale des Professionnels de Santé d’Auvergne Rhône-Alpes est constituée de 80 élus en charge de l’organisation, de l’analyse des besoins et de la mise en œuvre d’actions et moyens nécessaires aux professionnels de santé. Son statut est réglementé par la loi et l’union se trouve sous l’égide de l’Agence Régionale de Santé.

2 Commentaires

  1. Si l’hydroxychloroquine était prescrite ainsi que la vitamine C IV en intraveineuse etait injecté aux patients, il n’y aurai plus de cas depuis longtemps et on aurait pu éviter un couvre-feu. Mais comme la médecine et le gouvernement décide de faire la politique de l’autruche ! C’est navrant et criminel ! D’autant que les cas de H1N1 étaient plus importants à l’époque que maintenant ! C’est donc bien une histoire de sous ou un combat (niveau cour de maternelle) entre Veran et Raoult.

  2. Donc en clair le virus ne touche que les gens qui sortent pas ceux qui travaillent et qui se déplacent chez les gens ou qui sont dans des usines où il y a 200 personnes ou encore dans des amphi où il y a je ne sais combien d élevés. Je ne savais pas que le virus était doté d’une montre, d un calendrier et d un guide Michelin pour se propager à certaines heures certains jours et seulement dans certains lieux. Arrêtez de nous prendre pour des cons et soit on ferme tout pendant 3 semaines au bout de 2 on test tout le monde et on met en quarantaine les positif soit on ferme rien et on laisse vivre les gens. On dirait qu on revient à l esclavage travaille et ferme ta gueule t as plus aucun droit ni de liberté

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here