Bien choisir ses chaussures, adaptées à ses pieds comme au terrain, est la clé d'une séance de jogging réussie ! ©Unsplash

Ampoules, ongles incarnés, tendinites… Du jogging au running, le secret d’une course réussie repose souvent sur une bonne préparation de ses pieds. Le point avec Marion de Jocas, podologue à Lyon.

C’est décidé, cette année, vous vous mettez à la course à pied, vous réalisez le trail de vos rêves ou vous courrez votre premier marathon. De beaux défis, mais avez-vous pensé à bien préparer vos pieds à ces pratiques intenses et, peut-être, inhabituelles ?

Le sportif du dimanche, comme le pro déterminé à se dépasser, n’est pas à l’abri de l’une de ces multiples blessures qu’une bonne préparation pourraient clairement prévenir, qu’elles soient d’ordres cutanées ou internes :

ampoules, ongles incarnés, hématomes sous-unguéales (sous l’ongle, lié à un choc brutal ou à de microtraumatismes répétés), mycoses entre les orteils, cors, cornes…

– tendinites au talon d’Achille (tendinopathie d’Achille) ou de la voûte plantaire (aponévrosite), fracture du stress ou de contrainte (microtraumatisme répété du à une sollicitation inhabituelle, inappropriée et/ou violente du pied).

 

Course à pied, ça se prépare ! 

Bien préparer ses pieds

  • Hydratez vos pieds, principalement pour éviter les ampoules, avec une crème hydratante spécifique
  • Pour une épreuve importante, tannez la peau (une fois par jour durant dix jours avant la course) avec une pommade spéciale ou du jus de citron
  • Coupez-vous les ongles une semaine avant la course, pour qu’ils ne soient ni trop longs, ni trop courts

 

Bien choisir ses chaussures

  • Adaptez votre choix en fonction du terrain
  • Achetez votre paire de chaussure en fin de journée
  • Fournissez-vous dans un magasin spécialisé. Le vendeur pourra vous conseiller un type de chaussure adapté à la morphologie de votre pied et à votre foulée :
    • Foulée pronatrice (affaissement du pied vers l’intérieur)
    • ou foulée supinatrice (affaissement du pied vers l’extérieur)
    • ou foulée universelle ou neutre (le pied est bien aligné)

 

Bien choisir ses chaussettes

  • Privilégiez certaines matières favorisant la respirabilité du pied : coton, laine, bambou
  • Choisissez un modèle garantissant le maintien du pied
  • Adaptez la longueur à la pratique (haute pour des trails, basses pour les fortes chaleurs…)
  • Choisissez un modèle adapté à la saison, ni trop fine, ni trop épaisse
  • Évitez les chaussettes à couture

 

Préparez aussi votre parcours

Bien choisir son terrain

Les terrains durs (bitume, rocaille, synthétique) et le dénivelé favorisent les traumatismes. L’impact au sol est plus conséquent et se répercute plus durement, notamment pour les personnes facilement sujettes au mal de dos. Pour votre jogging, optez plutôt pour un parcours sur terre ou herbe.

 

Les erreurs à éviter

  • Utiliser les mêmes chaussures pour des terrains ou pratiques différentes : les semelles, en effet sont généralement conçues en fonction des terrains et doivent être adaptées à la pratique.
  • Se fixer un objectif trop élevé, sans s’y être convenablement préparé : le risque de se blesser, parfois pour longtemps, augmente.
  • Utiliser des chaussures neuves, sans les avoir préalablement formées à vos pieds.
  • Oublier de consulter son podologue en cas de douleur, voire même de simple doute !

 

Retrouvez la liste des pédicures podologues de votre ville ou de votre quartier sur le site de l’ordre national des pédicures-podologues.

 

À SAVOIR

Les Français seraient-ils à bout de souffle ? La pratique de la course à pied diminue d’année en année en France, à l’inverse des autres pays européens. Selon une étude Kantar, 11% de la population pratiquait le running en 2018, contre 13% en 2016. En tête de peloton, les 35-49 ans (35%), devant les 25-34 ans (23%), les 15-24 ans (20%), les 50-64 ans (17%) et les + de 65 ans (5%).

 

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here