Covid 19 : 7000 patients dans les hôpitaux de la région
Avec 7000 patients dans ses hôpitaux et encore près d'une centaine de décès, la région Auvergne-Rhône-Alpes reste ce jeudi la plus touchée de France par l'épidémie de Covid-19. ©Freepik / Prostooleh

Si le nombre de nouveaux cas de contamination diminue globalement en France, la situation sanitaire reste tendue. Le premier ministre, Jean Castex, a donc sans surprise confirmé la pérennité du confinement actuel lors de son allocution de fin de journée. Rien d’étonnant, au vu des chiffres catastrophiques enregistrés par les hôpitaux de la région, qui établissent un triste record avec 7000 patients hospitalisés pour Covid-19.

Alors que l’épidémie de coronavirus semble reculer dans certaines régions françaises, la prise de parole du premier ministre, ce jeudi à 18h, était très attendue. “L’évolution du nombre des nouvelles contaminations a ralenti depuis une semaine”, a confirmé Jean Castex. Cette bonne, nouvelle, en revanche, ne concerne pas encore de manière nette la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les sept départements les plus touchés du pays se situent en effet dans notre région. La Savoie est celui où le virus circule le plus, avec un taux d’incidence de 1106 cas pour 100 000 habitants. Le département alpin devance son voisin de Haute-Savoie (1091/100 000). Suivent la Haute-Loire (1046/100 000), la Loire (1013/100 000), le Rhône (868/100 000), l’Isère (855/100 000) et l’Ain (846/100 000).

 

Coronavirus : le confinement reste en l’état pour au moins deux semaines

Rien d’étonnant, donc, à ce qu’aucun assouplissement du confinement n’ait été décidé par le gouvernement. ”Il serait irresponsable de lever ou d’alléger le dispositif dès maintenant”, selon Jean Castex. Le premier ministre a confirmé que les règles du confinement resteraient en vigueur au moins pour les deux prochaines semaines. Un éventuel allègement, alors, pourrait être envisagé ”strictement” pour les petits commerces au 1er décembre. Il a cité en exemple les librairies.

De bon augure en prévision de Noël ? Les fêtes de fin d’année resteront quoi qu’il arrive limitées. “Il ne serait pas raisonnable d’organiser de grandes fêtes”, a regretté Jean Castex. Qui a tout de même indiqué que l’objectif du gouvernement était d’arriver à “un nouvel allégement au moment des vacances de Noël”. Il est donc encore trop tôt pour savoir dans quelles mesures les déplacements seront autorisés, notamment vers les nombreuses stations de ski de la région.

L’allocution du premier ministre n’a donc pas débouché sur de grandes surprises. Le télétravail cinq jour sur cinq reste la règle jusqu’à nouvel ordre. Et Les bars et restaurants resteront très certainement fermés au-delà du 1er décembre, même en cas d’allégement des mesures sanitaires.

L’une des questions attendues tournait autour du sort des lycéens. Le premier ministre a rappelé que le présentiel restait de mise dans les établissements pouvant garantir les conditions sanitaires nécessaires.

 

La Région mobilise 5000 soignants

La situation reste clairement tendue. Particulièrement, donc, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes qui continue de faire face, en attendant le pic de la seconde vague du coronavirus, espéré au 15 novembre. Ce jeudi, la Métropole de Lyon a annoncé l’adoption d’un panel de mesures pour soutenir l’économie locale.

La Région, elle, a présenté un plan de mobilisation en urgence de 5000 soignants supplémentaires. Élèves infirmiers, professionnels détachés en formation, médecins et infirmiers inscrits à Pôle Emploi viendront ainsi grossir les rangs des troupes engagées dans la lutte contre l’épidémie. “Aujourd’hui, la situation est extrêmement alarmante dans notre région parce que le personnel soignant est épuisé. Le pic de l’épidémie est encore devant nous et nous avons un devoir de solidarité envers ces effectifs très éprouvés dans les hôpitaux et les maisons de retraite”, a indiqué Laurent Wauquier, le président de la Région.

Ces renforts, en effet, ne seront pas de trop, tant la situation reste critique. Au plus fort de la première vague, 3000 patients étaient hospitalisés dans la région. Ils sont aujourd’hui plus de 7000 (lire À SAVOIR). Près d’une centaine de décès liés au coronavirus viennent encore d’être enregistrés. L’embellie constatée à Paris ou Marseille attendra. Les fêtes de fin d’année aussi.

 

À SAVOIR

Jeudi soir, Santé Publique France recensait 32 683 patients hospitalisés en France. 7003 patients hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes, dont 844 en service de réanimation. 95 nouveaux décès étaient également relevés. Le Rhône, a lui-seul, concentre 1886 patients hospitalisés, dont 281 en réanimation. En France, si la baisse du nombre de cas quotidien continue de baisser, le nombre de patients hospitalisés en France a dépassé le pic d’avril. Il s’élève à 32 683.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here