coronavirus covid 19 masques chirugicaux _ RA Santé
Pour faire face à la pénurie de masques chirurgicaux, ils seront désormais réservés aux professionnels de santé. ©freepik

Il sera dans quelques jours impossible d’acheter un masque chirurgical en pharmacie.  Face à l’augmentation du nombre de cas en France et à la psychose ambiante, la pénurie de masques dans les officines a incité le Ministère de la Santé à rationner la distribution de ces masques anti-projections destinés aux malades. Ils seront désormais réservés aux professionnels de santé et donc inaccessibles au grand public via les pharmacies.

Bas les masques ! Face à la demande de masques chirurgicaux dans les pharmacies et de la pénurie qu’elle a engendré, le gouvernement a décidé de rationner la distribution de masques anti-projections chirurgicaux, selon l’URPS Pharmaciens Auvergne-Rhône-Alpes. Devenu le symbole de l’épidémie de coronavirus qui risque de poindre en région Auvergne-Rhône-Alpes, il est à présent exclusivement réservé aux professionnels de santé.

Pour faire face au risque de pénurie, le Ministère de la Santé a chargé l’Établissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires (EPRUS) de gérer l’attribution des masques auprès des agences régionales de santé, dont l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes. Il est donc impossible pour un citoyen lambda d’obtenir un masque chirurgical en pharmacie. Même s’il reste du stock. Ce qui est de plus en plus rare dans les officines !

 

Pénurie de masques : une distribution sélective

Coronaviris_Rozaire-URPS Pharmaciens
Olivier Rozaire, président de l’URPS Pharmaciens AuRA

Le Ministère de la Santé a annoncé la distribution de 15 millions de masques chirurgicaux en France. Ces derniers sont destinés exclusivement aux professionnels de santé en contact avec des personnes atteintes du COVID 19. Seuls les professionnels porteurs de leur titres professionnel pourront récupérer les protections disponibles en pharmacies.

Des masques chirurgicaux seront distribués aux pharmacies mais seront attribués uniquement aux professionnels de santé, de façon sélective”, explique Olivier Rozaire, président de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) des pharmaciens en Auvergne-Rhône-Alpes. 

Objectif de ces mesures : éviter une nouvelle pénurie et assurer leur accès aux professionnels de santé qui en auraient réellement besoin. Il s’agirait en effet d’une urgence, prévient le président de l’URPS. Il rappelle : ” Aujourd’hui, le système français de santé est surchargé. Nous n’avons pas les moyens humains et techniques de faire face à une épidémie qui prendrait une ampleur trop importante. La bonne gestion du matériel est donc essentielle. Nous sommes toutefois tout à fait en mesure de prendre en charge quelques centaines de personnes. ” 

 

Masques délivrés aux patients sur ordonnance

La porte -parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a annoncé début mars que les personnes pourront récupérer un masque en échange d’une prescription médicale.

Les masques de protection ne sont efficaces que durant quelques heures. Ils peuvent être portés durant environ trois heures. Passé ce délai, la filtration de l’air n’est moins efficiente.

Un risque épidémique plus important en Auvergne-Rhône-Alpes

Le dynamisme économique d’Auvergne-Rhône-Alpes, sa position géographique et les nombreux transits enregistrés sur son territoire, rendent son exposition supérieure à d’autres régions de France. La maladie de COVID-19, est d’ailleurs présente dans la région avec plusieurs dizaines de cas en ce début mars.

La quantité de masques distribués par région devrait être proportionnelle au risque épidémique. Auvergne-Rhône-Alpes était l’un des premiers foyers du coronavirus en France. Nous devrions donc recevoir un plus grand nombre de protections “, observe Olivier Rozaire. Il rassure toutefois : ” Il n’y a pas de raisons de paniquer. Le risque mortel concerne uniquement les personnes ayant déjà des facteurs aggravant et des pathologies déjà présentes.” 

En fin février, la région a en effet reçu plusieurs milliers de masques. Les établissements de santé habilités à accueillir des patients porteurs du COVID-19 ont chacun obtenu 32 000 masques.

 

À SAVOIR

Il existe deux types de masques sur le marché. D’une part, les masques anti-projections (de type chirurgical), destinés aux malades contagieux. Ils seront donc bientôt réservés aux professionnels de santé. D’auTre part, les masques de protection respiratoire individuelle de type FFP2, dotés d’un filtre pour protéger contre les risques d’inhalation d’agents infectieux.

4 Commentaires

  1. Bonjour

    Je vais dans les pharmacies essayer de me procurer des masques ffp2 on me dit que porter un masque cela ne sert à rien donc ils ne m en donnent pas au moment ou j ecris ce message il y a 73 cas avérés j habite cannes il y a 2 malades dans ma région ou sont tous les masques moi je suis diabétique qui se pose la question a savoir si je suis contaminé je ne m en remettrai pas a cause de ma maladie.alors faisons nous partie des priorités ou pas..

  2. pour les personnes en chimiothérapie qui ont une baisse importante de leur défense immutaire les masques ffp2 devraient leur être donnés également en priorité ! avec une ordonnance,le pharmacien ne donne que des masques chirurgicaux qui ne protège pas la personne qui le porte

  3. Je suis aide soignante à domicile, je m occupe de personnes fragile , j ai pas le droit d avoir de masques, c est une honte je suis dégoûté

  4. Je suis auxilliere de vie auprès des malades et handicapé, ou je suis tout près pour les toilettes, couché, repas change de protections, en contact avec eux du lundi au dimanche toute la journée depuis des années, alors quand interviens chez c’est personnes âgées à domicile, et il nous refuse des masques c’est quoi cette France 🇫🇷 merci votre retour cdlt.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here