coronavirus lyon bars
Après Marseille et Paris, Lyon va très certainement devoir fermer ses bars, première conséquence d'un passage en zone d'alerte maximale. ©Freepik

Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi soir que de nouvelles mesures restrictives étaient à l’étude dans plusieurs grandes villes de France. Dans ces conditions, Lyon et sa métropole risquent fort de passer en fin de semaine en zone écarlate. En franchissant la barre des 30% de patients Covid+ en services de réanimation dans ses hôpitaux, la principale agglomération de province risque en effet de basculer en zone d’alerte maximale. Grenoble et Saint-Étienne sont également sous la menace. A la clé, des restrictions plus sévères, à commencer par la fermeture des bars, comme à Marseille ou Paris.

L’épidémie de coronavirus continue de progresser en France. Ce mercredi, un nouveau record inquiétant a été battu avec 18 746 cas positifs détectés en une seule journée. Face à l’accélération des contaminations au Covid-19, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncer l’annonce imminente de nouvelles mesures restrictives. Dans son viseur, plusieurs grandes villes ou agglomération en rouge vif. Dont Lyon, Grenoble et Saint-Etienne.

Après Marseille et Paris, la deuxième métropole de France va-t-elle à son tour basculer en zone écarlate ? La menace d’un passage en alerte maximale, avec de nouvelles mesures plus restrictives, pèse donc désormais très clairement sur l’agglomération lyonnaise. La situation continue en effet de se dégrader, dans le centre-ville comme dans tout le département du Rhône.

Le dernier bilan de Santé Publique France témoignait de ce rebond épidémique, après quelques jours de stagnation. Le Rhône concentre en effet 389 des 927 patients hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes. Et 79 des 168 personnes prises en charge en services de réanimation de la région, qui n’en comptaient ”que” 143 il y a une semaine et 123 il y a deux semaines.

 

Coronavirus à Lyon : la barre fatidique bientôt dépassée en “réa”

À eux seuls, les hôpitaux des Hospices Civils de Lyon comptabilisent 44 patients en “réa”. “À ce jour, 29,6% des patients présents en réanimation sont Covid+”, précisent les HCL. la barre des 30%, l’un des trois critères favorisant le passage en zone d’alerte maximale (lire À SAVOIR).

Avec ce niveau élevé de cas de coronavirus à Lyon, le basculement semble donc imminent. Même si les derniers chiffres fournis par les HCL laissent un peu d’espoir. Le directeur général des Hospices Civils de Lyon, Raymond Le Moign, a en effet constaté un “phénomène de plateau“. Une stabilisation avec toutefois un niveau élevé d’hospitalisations qui fait planer la menace d’une saturation prochaine des services.

Comme à Marseille, et à Paris depuis ce mardi 6 octobre, un passage en zone écarlate s’accompagnerait de mesures plus restrictives. Le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, a d’ores et déjà décidé de reconduire l’obligation du port du masque dans les communes du Grand Lyon. La mesure, qui englobe désormais deux nouvelles communes (Brignais et Craponne), est étendue jusqu’au 21 octobre.

 

Vers des mesures anti-coronavirus plus restrictives à Lyon, Grenoble et Saint-Étienne

Lors de son allocution du jeudi 1er octobre, le ministre de la Santé Olivier Véran avait également évoqué les situations tendues de Grenoble et de Saint-Étienne. La circulation du virus s’accentue dans ces deux métropoles régionales, à deux jours d’un nouveau point départemental. “Les derniers chiffres qui datent d’hier ne sont pas bons”, notait ce mardi matin le maire stéphanois sur l’antenne de France Bleu. “Le nombre de personnes hospitalisées en réanimation a augmenté fortement encore ces derniers jours. Je suis donc relativement inquiet pour jeudi”, poursuivait Gaël Perdriau.

Les trois métropoles sont encore en zone d’alerte renforcée. Avec pour mesures principales le port du masque obligatoire, la fermeture des bars à 22 heures et celle, totale, des salles de sport. La hausse du niveau de restriction devrait concerner au premier chef les bars, qui devront baisser leur rideau. Autres décisions probables, des jauges publiques revues à la baisse dans les centres commerciaux, la fermeture des piscines ou la baisse de 50% de la capacité d’accueil des universités.

 

À SAVOIR

Selon les modalités mises au point par le gouvernement, la conjonction de trois critères est nécessaire au passage en zone d’alerte maximale, la zone où la circulation active du virus est la plus forte. L’incidence doit y dépasser les 250 cas pour 100 000 habitants, et les 100 cas pour 100 000 personnes âgées. La part des patients en service de réanimation doit aussi dépasser les 30%.

1 COMMENTAIRE

  1. Lyon sera sous les 250 de taux d’incidence ce jeudi. Le dépassement de la semaine dernière était dû à l’effet cluster de Centrale Lyon des 21 et 22/09 qui rentraient dans les chiffres de jeudi dernier (256). Cela a rajouté 250 cas positifs sur 2 jours d’un coup alors que l’on tourne autour de 700 par jour environ pour le Rhône… c’est donc un impact énorme. Depuis que ces 2 jours ne sont plus plus pris en compte, le Rhône est passé de 220 à 201 même si ces 2 dernier jours le chiffre est remonté à 210… on devrait donc avoir un taux d’incidence autour de 240.
    On voit bien dans les chiffres l’effet plateau dont il est question dans l’article, on est revenu à des taux du 15/09 alors que jusqu’au 15 le taux avait toujours augmenté. En revanche il ne faudrait pas que la rentrée universitaire nous fasse un effet cluster comme pour Centrale Lyon, sinon on va plonger dans l’écarlate…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here