Une garantie 100% remboursée est promise pour les touristes n’ayant pu se déplacer en cas de nouvelles mesures restrictives de l’État.
Une garantie 100% remboursée est promise pour les touristes n’ayant pu se déplacer en cas de nouvelles mesures restrictives de l’État.

Alors que le règles du confinement ne sont toujours pas levées, les secteurs du tourisme hivernal de la région s’organisent. Le but ? Faire face à la crise sanitaire et établir un plan B. Les stations alpines vont-elles ouvrir ? Quand et avec quelles modalités ? Noël se fêtera-t-il sur les pistes de ski ? Un questionnement sans précédent qui amène les stations à réviser leurs objectifs et en fixer de nouveau. Le point en Savoie et en Haute-Savoie.

Si le taux d’incidence semble diminuer en France, ce n’est malheureusement pas le cas de tous les territoires. En effet, cinq des départements de la région Auvergne Rhône-Alpes sont les plus touchés par l’épidémie actuellement. Parmi ces derniers, la Haute-Savoie et la Savoie. Deux zones particulièrement attractives pour le tourisme hivernal grâce aux nombreuses stations de skis. De quoi inquiéter le bon déroulement des activités d’hiver.

Entre fermeture prolongée probable des restaurants, protocoles sanitaires et garantie de remboursement, les stations de ski de la région se mobilisent pour assurer l’hiver. Le point sur les stations de ski avec les explications en Savoie de Haute-Maurienne Vanoise, Courchevel et Tignes, ainsi que de Chamonix en Haute-Savoie.

 

La saison hivernale au cœur des tourments épidémiques

À quand l’ouverture des stations de ski cet hiver ? Si les communes se préparent pour le 12 et 19 décembre, rien n’est moins sûr. Entre restrictions sanitaires et forte hausse du taux d’incidence, ces zones semblent désormais les plus à risque de contamination en France.

En effet, un rapport récent provenant des Etats-Unis a identifié les hôtels, bars et restaurants comme les lieux les plus préoccupants en termes de transmission virale. Dès lors, les stations de ski s’inquiètent. Et ce d’autant plus que le gouvernement risque fort d’annoncer la fermeture des restaurants jusqu’à début février.

Mais qu’importe, le secteur du tourisme montagnard se mobilise et espère ouvrir ses portes le plut tôt possible. À moins d’un ordre de fermeture administrative de l’État, toutes les stations de ski sont bien décidées à ouvrir en temps et en heure. « Sauf indication contraire, nos stations ouvriront progressivement le 12 et le 19 décembre », indique Laurent Sévenier en Savoie. « Il faut par ailleurs savoir que Bessans, une de stations déjà enneigée, devait ouvrir le 7 novembre. Malheureusement, le public n’est pas pour tout de suite. En attendant, ce sont les professionnels de biathlons français qui s’entrainent là-bas ». De même à Tignes où le Glacier avait ouvert le 17 octobre avant de fermer ses portes deux semaines plus tard.

« À Courchevel, nous n’avons pas voulu décaler les dates comme ont pu le faire certaines stations autrichiennes. Notre ouverture reste le 5 décembre malgré le peu de visibilité. On est prêt, on s’adaptera aux décisions du gouvernement », assure Jean-Yves Pachod, le maire de Courchevel.

 

Stations de ski, un Noël compromis ?  

« Actuellement, on enregistre une perte de 15% des réservations. Mais ce qui nous inquiète particulièrement, c’est le possible manque d’étrangers ce Noël. En effet, environ 20 % de notre activité économique tient aux belges et néerlandais. Sans quoi, il est possible que des remontées non essentielles (en double) ne soient pas ouvertes et les horaires adaptés », déclare Yves Dimier, directeur des remontées mécaniques et président de l’association des domaines skiables de Haute Maurienne. Même écho du côté de Tignes, où Cécile Gruffat, en charge de la presse, ajoute que le secteur du tourisme « mise sur les réservations de dernière minute pour compenser ce retard ».

Par ailleurs, d’autres stations restent d’autant plus préoccupées que la majeure partie des réservations est habituellement assuré par les étrangers. « Face à cette menace, on fait tout pour récupérer un maximum de clients européens et français », témoigne Jean-Yves Pachod à Courchevel. Toutefois, « si l’on n’ouvrait pas, il y aurait un véritable désastre économique, tant pour la station que pour chaque profession impactée ».

Afin de convaincre les touristes du bon investissement de leurs vacances, les stations misent sur une « garantie 100% remboursée ». En cas d’interdiction de déplacement, les personnes ont jusqu’à la veille de leur arrivée pour annuler leur réservation et être totalement remboursées.

En Haute Maurienne, Laurent Sévenier (responsable promotion-communication HMV) précise ainsi que « cette modification complète de la commercialisation des offices de tourisme vaut tant pour les hôtels que pour les forfaits de ski ». De quoi attirer le maximum de monde.

 

Un déploiement de test Covid en vue ?

Afin de garantir la sécurité sanitaire, le département de la Savoie a commandé ce jeudi un nombre élevé de tests antigéniques. En Haute Maurienne, ce sont par exemple 800 tests pour la seule commune de Modane. 5 000 pour Courchevel. Ces derniers serviront, dans le cadre de l’ouverture des stations, à tester les professionnels du tourisme, voire les touristes eux-mêmes. À noter d’ailleurs que cette mesure s’ajoute à celle du président de la région, qui souhaite tester les 8 millions d’habitants d’Auvergne Rhône-Alpes avant les fêtes de Noël.

En effet, la saison hivernale impacte de nombreux professionnels alentours, plus que les seuls professionnels du tourisme. Pompiers saisonniers en renfort, infirmiers et médecins sous haute tension, pharmacies bondées… C’est pourquoi ces acteurs du quotidien suivent de près la situation et interagissent avec les communes et stations concernées. « On a décidé de mettre à disposition notre propre laboratoire et des salles à disposition. Cinq personnes seront dédiées aux tests PCR tous les jours », précise Jean-Yves Pachod. De quoi prévoir et anticiper les besoins à venir.

Hormis les tests, ce sont même parfois des « pistolets de prise de températures, des commandes de tour de cou, des appartements et chambres réservées en cas d’isolement », comme nous l’explique Jean-Yves Pachod à Courchevel.

 

Remontées mécaniques, des protocoles sanitaires renforcés

Côté mesures sanitaires, les remontées mécaniques sont les principaux éléments visés. En effet, comme c’est d’ores et déjà le cas dans d’autres lieux, ces structures métalliques bénéficieront dans chaque station d’un protocole de nettoyage renforcé.

À Courchevel, les cabines de remontées seront par exemple nettoyées au minimum une fois par jour et du gel hydroalcoolique sera mis à disposition. La distanciation sociale, le port du masque ou tour de cou et le lavage fréquent des mains sera de mise dans les files d’attentes. De même, Chamonix a également opté pour quelques caméras thermiques au départ de sites touristiques.

Pour toutes les stations, ces mesures sont non seulement nécessaires mais obligatoires. Par ailleurs, « le masque n’est obligatoire que dans les files d’attente ou sur les remontées. En aucun cas, il n’est exigé sur les pistes » où la distanciation importante minimise le risque, explique Yves Dimier.

 

À SAVOIR

Le tourisme hivernal en région Auvergne Rhône-Alpes a connu une baisse des fréquentations de 3,8% en 2018-2019, selon l’Insee. Une baisse qui s’ajoute à l’interruption du fonctionnement des stations de ski l’hiver dernier en raison du confinement. Dès lors, le secteur du tourisme s’inquiète de cette année à venir. Et ce d’autant plus que l’emploi saisonnier dans la région dépend majoritairement de l’ouverture de ces stations de ski.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here