Deux des cinq ressortissants britanniques, ainsi que deux de leurs proches, sont actuellement en quarantaine à l'hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon. ©FMI

Le Coronavirus chinois a infecté un sixième ressortissant britannique, proche des cinq premiers cas recensés dans la station des Contamines-Montjoie, en Haute-Savoie. Ils sont actuellement sous observation stricte à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne, tout comme les autres membres de leur entourage, pris en charge par précaution. Aucun, selon les médecins en charge de leur surveillance, ne présente de signes graves de la maladie. Mais la vigilance est de mise…

Jusqu’ici loin de chez nous, le coronavirus chinois, ou coronavirus Covid-19, a fait une apparition brutale dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, des Alpes à Lyon. Cinq cas positifs avaient en effet déjà été signalés le samedi 8 février dans la station des Contamines-Montjoie, en Haute-Savoie.

Les quatre adultes et l’enfant de neuf ans concernés sont tous de nationalité britannique, résidant dans la commune. Comme six autres membres de leur entourage, ils ont été hospitalisés dans différents établissements de la région, selon le protocole établi à l’avance. “Deux cas confirmés sont hospitalisés à la Croix-Rousse”, a confirmé le Professeur Christian Chidiac, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital lyonnais, lors d’un point presse organisé le lundi 10 février par les Hospices Civils de Lyon.

 

Coronavirus chinois : pas d’inquiétude pour les cas régionaux

Deux des six cas dits ”contacts” (membres de l’entourage des cinq personnes infectées) sont également pris en charge à Lyon-Croix-Rousse. L’une de ces deux personnes auraient été contrôlé positif au coronavirus, comme annoncé le samedi 15 février. Son état, comme celui de l’autre personne hospitalisée à Lyon, ne présente pas d’inquiétude.

Patrick Deniel, le secrétaire général des Hospices Civils de Lyon a transmis un message rassurant quant à l’efficacité de la prise en charge des personnes infectées en Haute-Savoie.

Les autres personnes contaminées ou ayant été en contact sont actuellement sous surveillance à Grenoble et à Saint-Etienne. Aucun ne manifeste de symptômes graves de la maladie, nécessitant la mise en place d’un traitement.

Ce groupe de malades forme ce que l’on appelle un ”cluster”, désignant l’origine d’un foyer de l’infection au coronavirus. Tous ont été infectés ou menacés d’infection à partir d’un premier patient ayant séjourné fin janvier dans la station alpine. L’homme, également de nationalité britannique, revenait d’un déplacement d’affaires à Singapour. Il avait été infecté au coronavirus 2019-nCoV lors d’une réunion à laquelle participait un Chinois venant de Wuhan, la ville d’où est partie l’épidémie. Le citoyen britannique, au terme de son séjour en Haute-Savoie, était rentré en Grande-Bretagne. C’est après avoir développé les premiers signes de la maladie qu’il s’est fait connaître auprès des autorités sanitaires britanniques. Celles-ci ont aussitôt prévenu leurs homologues françaises.

 

Les investigations continuent aux Contamines-Montjoie

Aux Contamines-Montjoie, où la ministre de la Santé Agnès Buzyn s’est rendue dimanche matin, un dispositif a été mis en place par l’Agence Régionale de Santé. Objectif : repérer les éventuelles infections et rassurer la population. Un centre de consultation exceptionnel a été installé dans une salle communale dès samedi. Les habitants susceptibles d’avoir été en contact avec les cas contaminés sont invités à se signaler. Des prélèvement ont également été réalisés auprès des élèves de trois écoles fréquentées par le petit britannique infecté, un garçon de neuf ans.

Ces écoles se situent :

  • Aux Contamines-Montjoie, où l’enfant était scolarisé en CM1
  • A Saint-Gervais-les-Bains, où il prend des cours de français
  • A Thonon-les-Bains, où il a fait un passage épisodique dans une école Montessori.

”Les trois établissements scolaires fréquentés par l’enfant malade seront fermés pendant une semaine par mesure de précaution et pour mener les investigations nécessaires (test diagnostic)”, selon le gouvernement. ”Tous les enfants à risques ont été testés dès dimanche et leurs tests se sont révélés négatifs”, confirme toutefois le Pr Yves Gillet, chef de service adjoint au service d’urgences et de réanimation pédiatrique du CHU de Lyon. L’Agence Régionale de Santé a indiqué le 12 février que la fermeture des deux écoles des Contamines et de Saint-Gervais seraient fermées jusqu’au 20 février. Ce délai tient en effet compte du temps d’incubation du virus, établi à 14 jours.

 

À SAVOIR

Les dépistages au coronavirus 2019-nCoV sont réalisés à Lyon, dans le service du professeur Bruno Lina à l’hôpital de la Croix-Rousse. Il s’agit de l’UN DES DEUX ÉTABLISSEMENTS FRANÇAIS HABILITÉS À ANALYSER LES DÉPISTAGES. 15 à 60 dépistages, émanant de cas localisés en Auvergne-Rhône-Alpes, en Occitanie et en PACA, sont réalisés chaque jour depuis le début de l’épidémie. Y compris ceux des 216 ressortissants français rapatriés de Wuhan et placés en quarantaine dans un village de vacances des alentours de Marseille.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here