deconfinement-3-mai-Covid-19-France-10km_ Ra Sante
Ce lundi 3 mai 2021 enclenche la première phase du déconfinement progressif de la France, prévue jusqu'au 30 juin. ©Freepik

Après quatre semaines de confinement pour lutter contre la Covid-19, ce lundi 3 mai marque le début de la levée des mesures. Une stratégie progressive, programmée en quatre étapes par le gouvernement et qui devrait s’achever le 30 juin. Mais si la première phase enclenchée ce matin est nationale, les prochaines étapes se feront au cas par cas selon les régions. Auvergne-Rhône-Alpes, bien touchée par cette trosième vague, peut-elle espérer un déconfinement dans les prochaines semaines ? Coup de loupe sur ce qui change en ce début mai et de ce qui nous attend dans les jours à venir.  

Longtemps attendue, la fin de ce troisième confinement (débuté le 6 avril), est enfin enclenchée. Dans un entretien accordé à la presse régionale, Emmanuel Macron a dévoilé, le 29 avril dernier, son plan de déconfinement. Ce début mai marque la première étape du calendrier. Levée des restrictions de déplacements, nouveauté dans le calendrier vaccinal… Zoom sur les changements en vigueur dès ce lundi et les prévisions pour les prochaines semaines.

Covid-19 : ce qui change en ce début mai 

Réouverture des collèges et des lycées 

Ce lundi 3 mai, deux semaines après la rentrée des écoliers, c’est au tour des collégiens et des lycéens de retrouver les bancs scolaires, en demi-jauges. Une nouvelle rentrée placée sous le signe la lutte contre la Covid-19.

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’offensive contre le coronavirus a été lancée dans les lycées, grâce à des protocoles renforcés. Cela passera notamment par de larges opérations dépistages. Au rythme d’un autotest par semaine et par élève. Par ailleurs, la Région prévoit de distribuer 540 000 masques en tissu aux lycéens, pour une meilleure prévention. Des purificateurs d’air ou encore des détecteurs de CO2 ont été également installés dans les classes pour limiter au maximum les contaminations.

 

Fin des restrictions des 10 km 

Désormais, les déplacements entre les régions sont autorisés. Plus besoin de motif impérieux, ni d’attestation. Il n’y a donc plus de limites de déplacements sur le territoire français en journée jusqu’à 19h. Seule exception française : l’Outremer. Pour se rendre en Corse, aux Antilles ou dans les autres îles ultramarines, certaines obligations (test PCR négatif, isolement à son arrivée voire motif impérieux de déplacement) restent en vigueur selon les collectivités.

Bonne nouvelle pour les globe-trotters, les voyages dans l’Union européenne sont de nouveau possibles. Ils sont toutefois soumis aux autorisations en vigueur dans chaque pays. Pour les voyages hors territoire européen, les entrées sont soumises à plus de restrictions. Pour obtenir des informations précises sur les pays accueillant les Français, renseignez-vous auprès du Ministère des Affaires étrangères.

 

Ouverture de la vaccination aux malades dès 18 ans

La vaccination est désormais étendue à toute personne majeure présentant des risques de comorbidités à la Covid-19. Cela concerne donc les plus de 18 ans atteints d’obésité, de maladies chroniques (diabète de type 1 et 2, cancers…) de certaines pathologies cardiovasculaires (hypertension, insuffisance cardiaque, antécédents…) respiratoires, hépatiques ou encore neurologiques.

Dans un communiqué, l’Agence régionale de Santé et la Préfecture d’Auvergne-Rhône-Alpes, appellent aujourd’hui “toutes les personnes éligibles à se faire vacciner“.

Changements de stratégies, modifications de dates, suspension de certains vaccins à certaines tranches d’âges… Si vous avez du mal à vous y retrouver, un simulateur est accessible pour tester votre éligibilité à la vaccination contre la Covid-19. Pour faire le test, rendez-vous sur ce lien.

 

Ce qui ne change pas : le couvre-feu maintenu 

Les commerces considérés comme “non-essentiels” restent toutefois fermés. Les rassemblements de plus de 6 personnes sont toujours proscrits tandis que le télétravail reste de mise. Les déplacements, s’ils sont désormais autorisés en journée, restent toutefois interdits de 19h à 6h. Pendant ces horaires, les sorties de son lieu de confinement doivent être justifiées. Les motifs autorisés sont l’activité professionnelle, la scolarité, la santé, la justice, un motif familial impérieux ou encore pour soulager votre animal de compagnie.

Pour justifier un déplacement, une nouvelle attestation de déplacement est disponible depuis ce lundi 3 mai. Elle devrait être utilisée jusqu’à la levée totale des restrictions de déplacements le 30 juin, selon Emmanuel Macron. Les horaires du couvre-feu pourraient toutefois évoluer. Si la situation sanitaire le permet, le couvre-feu serait décalé à 21 heures à partir du 19 mai.

Pour rappel, les personnes ne justifiant pas d’une attestation considérée comme valable s’exposent à une amende allant de 135 euros à 3750 euros en cas de récidive voire même 6 mois d’emprisonnement.

 

Étape du 19 mai : seules quelques régions concernées !

Si la première étape du déconfinement concerne l’ensemble de la France, les autres phases s’appliqueront de façon régionale. Ce qui signifie que certaines régions ne répondant pas aux critères se verront recalées.

Fixée le 19 mai, la seconde phase du plan de sortie de confinement ne concernera que les régions ayant un taux d’incidence au coronavirus inférieur ou égal à 400 cas pour 100 000 habitants. À cette date, les commerces, dont les terrasses des restaurants, les stades et autres lieux culturels et sportifs devront rouvrir leurs portes.

 

Auvergne-Rhône-Alpes restera-t-elle confinée ?

L’avenir de la région s’inscrit sous de bons hospices puisque le taux d’incidence actuel est de 257 cas/ 100 000 habitants (chiffres dernière semaine d’avril). La région devrait-elle pouvoir enclencher la deuxième phase du déconfinement à la mi-mai ? Rien n’est certain. La région auverhonalpine a été l’une des plus touchées par la dernière vague épidémique. Si le nombre de cas a connu une baisse significative à l’échelle régionale, la situation est disparate au sein du territoire. Les conditions sanitaires restent tendues dans certaines zones.

Dans certains départements, le taux d’incidence reste dangereusement proche du seuil symbolique des 400/ 100 000 habitants. Dans la Loire, ce chiffre atteint plus de 339 cas pour 100 000 habitants. En Haute-Loire, il grimpe à 344/ 100 000 habitants. Soit au dessus de la moyenne régionale et même de la moyenne nationale établie à 256/100 000.

 

Rhône : un taux d’incidence largement supérieur à la moyenne nationale 

Dans le département rhodanien, où la situation sanitaire était difficilement contrôlable il y a quelques semaines, l’inquiétude reste de mise. Face à l’allègement des restrictions sanitaires, le Préfet du Rhône, Pascal Mailhos, souhaite rester prudent. “Bien qu’une baisse de la pression épidémique dans le pays soit constatée, nous devons rester vigilants et poursuivre les précieux efforts entrepris jusqu’ici. Dans le département du Rhône et la Métropole de Lyon, le niveau de circulation du Covid 19 et de ses variants reste élevé avec un taux d’incidence d’environ 350 cas pour 100 000 habitants”, déplore t-il. 

Les mesures sanitaires (port du masques, fermeture des Quais de Saône, interdiction de vente d’alcool dans les espaces publics…) restent d’ailleurs maintenues. Un assouplissement des mesures actuelles est-il justifié dans ces territoires où le coronavirus continue de circuler activement ? Si le plan de sortie de confinement prévoit des différences possibles entre les régions, celles-ci pourraient-elles s’appliquer à l’échelle des départements ? Les prochaines semaines et annonces du gouvernement seront donc décisives pour la région Auvergne-Rhône-Alpes et ses douze départements. 

 

À SAVOIR

La stratégie du déconfinement établi par Emmanuel Macron se divise en 4 étapes.

  • Étape 1 : le 3 mai. La stratégie est nationale.

  • Étape 2 : le 19 mai. Elle ne concernera cette fois que les régions dont le taux d’incidence ne dépasse pas 400 cas/100 000 hbts. Elle marquera un nouvel allègement des mesures notamment pour certains des établissements actuellement fermés (terrasses de restaurants, lieux culturels et sportifs…). Le couvre-feu devrait être décalé à 21h. Les rassemblements de plus de 10 personnes resteront toutefois interdits.

  • Étape 3 : le 9 juin. Le couvre-feu sera de nouveau décalé, à 23 heures. Les établissements de ma restauration pourront rouvrir complètement, tout comme les salles de sport. L’événementiel pourra reprendre ses activités, notamment avec la réouverture des salons et des foires jusqu’à 5 000 personnes.

  • Dernière étape (4) : le 30 juin. Le couvre-feu sera levé. La plupart des établissements pourront rouvrir à l’exception des discothèques. La limite des rassemblements se situera à 1 000 personnes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here