La constipation, un sujet trop souvent tabou. ©Shutterstock

Sujet souvent tabou, la constipation gâche le quotidien d’une personne sur cinq. Des précautions simples permettent de traiter ou d’éviter cette affection occasionnelle ou chronique.

On parle de constipation lorsqu’il y a moins de trois défécations par semaines ou des difficultés à évacuer les selles. La constipation peut-être occasionnelle (notamment en voyage) ou chronique lorsqu’elle dépasse les 6 mois. Elle peut être soit de transit (constipation de progression) lorsque les selles restent trop longtemps dans le colon, soit terminale (constipation d’évacuation) lorsqu’elles s’accumulent dans le rectum, du fait en général d’un mauvais contrôle sphinctérien.

Quelles sont les causes de la constipation ?

Le plus souvent, la constipation est dite ‘’fonctionnelle’’. Les principaux facteurs de risque identifiés sont le sexe féminin, l’âge, la faible consommation de fibres, un manque d’activité physique, un terrain anxio-dépressif. Chez certaines personnes, lors de la défécation, le muscle de l’anus (le sphincter anal externe) se contracte au lieu de se détendre et bloque ainsi le passage des selles, ce qu’on appelle ‘’dyschésie’’.
Dans certains cas, la constipation peut être secondaire à une maladie : diabète, hypothyroïdie, maladies neurologiques comme Parkinson, paralysies, sans oublier le cancer colorectal. Elle peut aussi être consécutive à la prise de certains médicaments, type morphiniques et psychotropes (antidépresseurs, neuroleptiques).

Comment éviter ou soigner la constipation ?

  • Ne vous retenez pas, allez à la selle dès que l’envie se fait ressentir.
  • Adoptez une position favorable aux toilettes : surélevez légèrement vos pieds en utilisant par exemple un marchepied afin que vos genoux soient au-dessus de vos hanches.
  • Buvez pour maintenir une hydratation globale correcte, si possible de l’eau riche en magnésium (exemple : eau Hépar).
  • Maintenez une alimentation riche en fibresen consommant par exemple du pain complet ou de son, des céréales, des pois, des lentilles, des haricots, des pruneaux, des abricots secs. Attention, l’augmentation trop importante ou trop rapide de la consommation de fibres peut s’accompagner de problèmes de ballonnements et de flatulences.
  • La supplémentation pharmacologique en fibres et l’usage de laxatifs (utiliser en priorité les laxatifs osmotiques, type macrogol ou des mucilages à base de fibres solubles), occasionnelle ou plus régulière, est souvent bénéfique.

Quand consulter ?

Il est recommandé de consulter en cas de constipation inhabituelle, notamment en cas d’échec des règles hygiéno-diététiques ci-dessus et /ou du traitement laxatif, ou en cas d’association à un amaigrissement, des douleurs abdominales, des saignements.

A SAVOIR

En vacances ou lors d’un déplacement professionnel, de nombreux voyageurs souffrent de constipation loin de leur domicile. Cette “constipation de voyage”, classique, est favorisée par de multiples facteurs. Ainsi, le fait de rester en position assise, durant plusieurs heures, dans une voiture, un avion ou un train, ralentit le transit intestinal. La chaleur, à l’origine de la transpiration et donc de la déshydratation, contribue aussi à la constipation, de même que le stress du voyage, le bouleversement des habitudes alimentaires et dans certains cas le décalage horaire. Enfin, le manque d’hygiène et de propreté dans certains lieux de voyage peut aussi générer une forme de “stress” avant d’aller à la selle. Dans tous les cas, il est conseillé de boire beaucoup d’eau, de faire une activité physique et d’enrichir son alimentation avec des fibres alimentaires pour favoriser le transit.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here