Le nouveau bâtiment de la Clinique du Val d'Ouest
Au premier plan, l'extension de la clinique du Val d'Ouest abrite notamment un pôle dédié à la mère et à l'enfant plus étoffé ©DR

Repris par Jean-Louis Oger, ancien président du laboratoire Biomnis, le groupe Val d’Ouest entend s’imposer comme un acteur majeur de l’hospitalisation privée sur la Métropole de Lyon. Dans ce cadre, la Clinique d’Ecully a investi 10 millions d’euros dans un nouveau bâtiment ultra moderne.

Dans la guerre économique que se livrent les cliniques privées sur la Métropole de Lyon, un nouveau belligérant vient de dévoiler ses batteries. Repris il y a quelques mois par Oger Investissement, la société d’investissement de Jean-Louis Oger, le groupe Val d’Ouest entend se positionner comme une alternative crédible aux groupes Capio (La Sauvegarde, Tonkin, Grand Large) et Ramsay Générale de Santé (Jean Mermoz, Charcot, Iris Saint-Priest…), les deux poids lourds du secteur.
Dans cette perspective, le nouvel actionnaire majoritaire a inauguré cet automne un nouveau bâtiment de 5000 mètres carrés, portant à 17 000 mètres carrés la surface globale de l’établissement. Ce nouvel espace permet de déployer l’accueil médical non programmé pédiatrique dans des locaux plus adaptés et plus spacieux. L’agrandissement de la clinique assure aussi un meilleur flux des patients avec un service ambulatoire implanté au niveau du plateau technique.

Douze lits supplémentaires dans la maternité

le nouveau directeur et l'investisseur principal de la Clinique du Val d'Ouest
Olivier Bénéton (à gauche) et le nouveau propriétaire de la Clinique du Val d’Ouest, Jean-Louis Oger ©P.Auclair

Les travaux ont duré deux ans sur le site. Cette extension constitue un investissement lourd (de l’ordre de 10 millions d’euros) mais indispensable aux yeux de Jean-Louis Oger, ancien président du laboratoire Biomnis et ancien actionnaire majoritaire des cliniques du Tonkin et de la Sauvegarde, et de son nouveau directeur général, Olivier Bénéton. “Outre l’extension des blocs et du plateau ambulatoire, cet agrandissement nous permet surtout de proposer une véritable maison médicale de l’enfant. On s’est doté aussi de douze lits supplémentaires dédiés au pôle physiologique de la maternité, douze chambres individuelles pour les patientes qui souhaitent une prise en charge au plus près du rythme maman/bébé“.  Au total, la maternité de la Clinique du Val d’Ouest abrite 59 chambres, dont certaines doubles, et s’appuie sur les compétences d’une quinzaine de gynécologues obstétriques.
A terme, l’objectif est de renforcer nos principaux pôles d’excellence, à savoir le pôle mère-enfant qui assure près de 40% de l’activité globale de la clinique, avec chaque année 3 000 naissances sur le site, 2000 inséminations artificielles et FIV, et 12 000 passages aux urgences pédiatriques, précise Olivier Bénéton. A cela, il faut ajouter la chirurgie pédiatrique qui représente environ un quart de l’activité chirurgicale de la clinique. Nous avons aussi une expertise régionale et nationale reconnue sur certaines sur-spécialités comme la fente palatine (NDLR: appelée dans le langage commune “bec-de-lièvre”)”.

Développer un pôle cancérologie complet au Val d’Ouest

Outre la consolidation de ce pôle, nous souhaitons développer une filière cancérologie forte et complète, l’établissement ayant déjà une certaine renommée pour les chirurgies gynécologiques et mammaires, digestives, viscérales et urologiques“, confie le directeur général du groupe, docteur en pharmacie industrielle, auparavant en poste à Valence et Montélimar (Ramsay Générale de Santé). Ce dernier, qui a également été directeur de la Polyclinique du Beaujolais puis de la Clinique de la Sauvegarde (groupe Capio) précise vouloir doper l’activité du service ophtalmologie/vision, ouvert il y a trois (1700 opérations de la cataracte par an), tout en créant un véritable pôle de dédié à la chirurgie vasculaire pour la prise en charge des pathologies veineuses et artérielles. “En fait, nous avons un projet médical sur presque chacune des spécialités“, résume Olivier Bénéton.
Le groupe Val d’Ouest emploie aujourd’hui 360 salariés (dont 330 sur le seul site d’Ecully et 30 à la Part-Dieu) et réalise un chiffre d’affaires de 31 millions d’euros. Le rachat du groupe Val d’Ouest par Oger Investissement s’inscrit dans une stratégie de croissance externe d’un fond qui entend, à moyen terme, “jouer un rôle majeur dans la recomposition de l’offre de soin régionale” et s’imposer, à terme, comme un acteur incontournable sur le marché de l’hospitalisation privée sur le quart Sud-Est de la France.

A SAVOIR

Le groupe Val d’Ouest se compose de deux établissements: la clinique du Val d’Ouest et la clinique de la Part-Dieu. La clinique du Val d’Ouest a ouvert ses portes en janvier 1991 sur le site actuel suite au transfert de la Clinique de la Demi-Lune située à 200 mètres.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here