57% des Français souhaitent renforcer leur système immunitaire cet hiver.
Pour faire face aux agressions de l'hiver, de plus en plus de Français souhaitent renforcer leurs défenses immunitaires. ©Pexels

La période des grands froids arrive, et la course au renforcement de l’immunité de notre organisme est lancée. Elle n’a d’ailleurs jamais été aussi plébiscitée : près de six Français sur dix en ressentent le besoin, sans forcément savoir s’y prendre. Le système immunitaire, comment ça marche ? Quelles sont les principales défenses immunitaires ? Aliments, plantes, huiles, probiotiques, comment choisir ? Les conseils de Chiara Denis, consultante Ma Santé en naturopathie, pour réussir à booster efficacement son immunité cet hiver.

Depuis la crise sanitaire, l’immunité est devenue un terme fréquemment employé à toutes les sauces. On ne compte plus le nombre de compléments alimentaires ou de probiotiques pour la renforcer et apporter par la même occasion un regain d’énergie. En effet, d’après une étude IFOP en partenariat avec Natura Force, 57% des Français ressentent le besoin de renforcer leur immunité.

Mais avant de rentrer dans le détail, êtes-vous capable d’expliquer comment fonctionne le système immunitaire ? Sans plus de recherche, vous répondriez sûrement qu’il s’agit des moyens mis en œuvre par le corps pour se défendre d’un agresseur externe. Jusque là, rien de compliqué. En revanche, en rentrant plus en détail, on s’aperçoit que le corps possède plusieurs remparts pour se défendre et qu’il existe différents types d’immunités.

 

Les barrières protectrices garantes de l’immunité

Parmi elles, nous pouvons citer la barrière épithéliale ainsi que les muqueuses.

  • La barrière épithéliale (peau) constitue la première barrière efficace contre des éléments pathogènes. En effet, cette dernière produit des substances acides comme la sueur et le sébum afin d’empêcher l’adhésion et la croissance des bactéries pathogènes.
  • Les muqueuses possèdent un microbiote à part. Elles se situent dans le nez, la bouche, le tube digestif, le vagin et l’utérus etc. Par exemple, l’estomac sécrète de l’acide chlorhydrique pour désinfecter les aliments que nous consommons. Nous retrouvons aussi les lysozymes produites par les glandes salivaires qui effectuent également ce rôle.

Ce sont les organes lymphoïdes qui fabriquent ou stockent des cellules immunitaires. Il s’agit du Thymus et de la moelle osseuse. Par ailleurs, on retrouve parmi les organes lymphoïdes secondaires la rate, les ganglions lymphoïdes ainsi que les plaques de Peyer. Ces dernières se situent au niveau de l’intestin grêle.

 

Immunité innée et immunité adaptative : deux réponses successives

L’immunité innée permet la défense immédiate de l’organisme contre les agents infectieux. Elle se divise en deux parties.

  • Externe regroupant la peau et les muqueuses (barrière physique). Puis les sécrétions (mucus, la salive, les larmes et le suc gastrique) qualifiées de barrière chimique.
  • Interne empêchant la prolifération des agents infectieux qui ont réussi à pénétrer dans l’organisme. Il s’agit des cellules NK (natural Killer) et des macrophages. Le rôle des macrophages est de trouver, d’engloutir et de détruire des agents pathogènes. Enfin, on retrouve aussi plusieurs types de protéines comme le complément, les cytokines et les interférons.

Quant à l’immunité adaptative (ou spécifique), elle intervient lorsque le virus ou la bactérie n’ont pas été freinés par l’immunité innée. Entre alors en jeu les lymphocytes que l’on peut comparer à des boucliers. Ces cellules spécialisées peuvent s’opposer à un antigène agresseur. Les lymphocytes B vont produire des anticorps et neutraliser l’agresseur. Quant aux lymphocytes T, ils vont détruire l’agresseur par contact direct.

 

Booster l’immunité via la naturopathie

Voici quelques conseils de prévention et d’accompagnement naturel pour booster votre immunité. Sachez que si vous tombez malade, le médecin reste l’interlocuteur principal pour tout diagnostic et éventuel traitement. La naturopathie demeure une médecine dite de prévention pour anticiper tout éventuel déséquilibre du corps.

 

L’immunité passe par le ventre

Prendre soin de ses intestins est primordial si vous souhaitez réduire vos maux saisonniers. En effet, jusqu’à 60% des cellules immunitaires se situent dans cette zone.

Comment prendre soin de ses intestins ? Au niveau de l’alimentation, pensez à réduire les surcharges comme les aliments transformés, les produits laitiers et le gluten si vous en consommez en EXCÈS. L’alcool ou les huiles “trans” que l’on retrouve dans les biscuits, les plats industriels ou encore dans les viennoiseries (par exemple) seront à éviter.

Pratiquez une activité physique régulière afin de booster le péristaltisme en complément de la relaxation (méditation, respiration).

Certains probiotiques peuvent aider à maintenir l’équilibre de ce microbiote intestinal. En effet, ces bactéries dites amies empêchent la prolifération d’éléments indésirables via un effet barrière.  Par ailleurs, quelques aliments réputés pour leur qualité probiotique seront également utiles. Il s’agit des laits fermentés, du Kéfir, du miso ou encore du pollen qui sont des probiotiques naturels très efficaces.

 

Les vitamines et minéraux

La vitamine C et le zinc stimulent les phagocytes et les lymphocytes, cellules impliquées dans l’élimination des germes. Par ailleurs, la vitamine C permet de lutter contre les radicaux libres et les toxiques grâce à son action antioxydante.

La vitamine D assure d’une part le maintien de l’intégrité de la muqueuse intestinale. Puis, elle possède une action sur le système immunitaire inné en stimulant les macrophages. Enfin, elle agit également sur le système immunitaire adaptatif en augmentant le nombre de lymphocytes T.

  • Où trouver la vitamine C ? La cerise acérola, la goyave, le poivron cru, le cassis. Le persil, la papaye mais aussi les agrumes (citron, orange, mandarine). Attention la vitamine C résiste mal à la lumière et à la cuisson. Par ailleurs, les fruits et les légumes qui en contiennent doivent être consommés très rapidement pour un maximum de concentration.
  • Où trouver la vitamine D ? C’est grâce aux rayons du soleil que notre peau synthétise la vitamine D (75%). Le cholestérol est aussi nécessaire à sa synthèse. La forme D3 est à privilégier car mieux assimilable par l’organisme. Les sources sont le poissons gras, le jaune d’oeuf, ou les foies. Pensez à faire doser votre taux de vitamine D avant d’envisager une supplémentation, notamment durant la période hivernale. La prise de gouttes quotidienne de vitamine D3 est alors fortement recommandée.
  • Où trouver le zinc ? Dans les produits de la mer comme l’huître, le crabe ou la langouste. Mais aussi dans la levure alimentaire, le jaune d’oeuf ou le germe de blé. Le zinc est un antagoniste du fer et du calcium. Évitez les compléments cumulant ces trois micronutriments.

Enfin, la propolis est un véritable antibiotique naturel. Cette dernière possède une action anti-virale qui aide à lutter contre les maux hivernaux. Par exemple, elle peut être utilisée en automne en cure de prévention pour booster les défenses immunitaires.

 

La phytologie pour soutenir l’immunité

57% des Français souhaitent renforcer leur système immunitaire cet hiver.
Les plantes au secours de nos défenses immunitaires. ©Pexels

Parmi la star des plantes immunostimulantes, l’échinacée arrive sur la première marche du podium. Originaire d’Amérique du Nord, la racine est utilisée pour réduire la durée et la gravité des symptômes du rhume. L’échinacée permet à la fois une augmentation de l’immunité innée , mais aussi une augmentation de l’immunité spécifique. Par ailleurs, elle possède une action anti-inflammatoire et antibactérienne.  En conclusion, l’échinacée est idéale en prévention et dans la prise en charge des affections ORL et pulmonaires. Elle est contre-indiquée chez les personnes allergiques aux astéracées.

La réglisse est une antivirale par excellence. Elle a démontré des effets positifs dans la lutte contre la covid 19, notamment dans le cas de problème respiratoire sévère. La racine est aussi reconnue comme étant un anti-inflammatoire.  La réglisse est souvent recommandée en cas de maux de gorge, de pharyngite ou de grippe. En revanche, elle est contre-indiquée en cas d’insuffisance rénale grave, hypertension, kaliopénie, hypertonie, chez la femme enceinte ou allaitante et chez l’enfant.

L’astragale possède des propriétés immunomodulante, antivirale et anti-inflammatoire. Ainsi, la racine agit sur le renforcement du système immunitaire . À éviter chez les femmes enceintes et allaitantes, et chez les personnes sous traitement immunosuppresseur. Demandez toujours conseil à votre médecin.

Le cyprès reste une plante idéale pour lutter contre les infections hivernales.  Notamment face aux virus des infections ORL et pulmonaires.

 

Le pouvoir des huiles essentielles

Du côté des huiles essentielles, vous pouvez opter pour les huiles ci -dessous.

  • Ravintsara : Antivirale, microbicide exceptionnelle et immunostimulante. Elle est indiquée en cas de grippe, bronchites, et rhinopharyngites. Vous pouvez appliquer 2 à 3 gouttes dans le creux du poignet* matin, midi et soir. Déconseillée durant les 3 premiers mois de grossesse, l’allaitement et chez les asthmatiques

    *Toujours tester l’huile essentielle avant de l’utiliser pour écarter tout risque d’allergie (deux gouttes au creux du coude pendant au moins 24 heures).

  • Pin Sylvestre: anti-infectieux aérien et respiratoire. Vous pouvez le diffuser afin de purifier la pièce (pas plus de 15 min) jusqu’à 4 fois par jour. Ou bien en inhalation : 2 gouttes d’huile essentielle de Pin Sylvestre sur un mouchoir ou dans un bol d’eau frémissante, 3 à 4 fois par jour. Déconseillé durant les 3 premiers mois de grossesse, durant l’allaitement et chez les asthmatiques.

Enfin, on n’oublie pas les produits de la ruche. Parmi eux, la propolis est un véritable antibiotique naturel. Cette dernière possède une action anti-virale qui aide à lutter contre les maux hivernaux. Ainsi, elle peut être utilisée durant l’ automne sous forme de cure préventive pour booster les défenses immunitaires.

 

Cliquez ici pour retrouver les conseils de Chiara Denis, naturopathe et réflexologue plantaire à Lyon.

 

À SAVOIR

La nutrition et les compléments alimentaires ne sont pas les seuls alliés pour booster vos défenses naturelles. Pensez à privilégier un sommeil de qualité et à gérer votre stress. Par exemple, la réflexologie plantaire peut s’avérer utile pour se détendre et lâcher prise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here