Opération de la cataracte
L'opération de la cataracte est dans la plupart des cas proposée après 60 ans, pour pallier à un phénomène de perte d'acuité visuelle lié au vieillissement. Photo Freepik

Première cause de cécité dans le monde, la cataracte est une dégradation progressive de l’acuité visuelle liée au vieillissement. Un seul traitement efficace : l’opération ! Simple et accessible à tous, il s’agit de la chirurgie la plus pratiquée chaque année en France. Quand faut-il opérer ? Qui est concerné ? Combien ça coûte ? Y-a-t-il des risques et des effets secondaires ? Le point avec le Dr Marion Gilles, chirurgien ophtalmologue à Annecy.

Si cette perte chronique de la vue n’épargne personne après 60 ans, elle est plus ou moins fortement ressentie et doit parfois être interrompue. Plus de 800 000 opérations de la cataracte sont réalisées chaque année en France pour redonner leur vue aux patients les plus gênés. Les explications du Dr Marion Gilles, chirurgien ophtalmologue à la Clinique Générale d’Annecy et chef de centre Point Vision d’Annecy (Haute-Savoie).

 

Qu’est-ce que la cataracte ?

La cataracte n’est pas une maladie, mais l’opacification normale et chronique du cristallin de l’œil avec l’âge. Rassurez-vous, il est tout à fait normal d’avoir une cataracte à 80 ans ! Hommes, femmes, chacun est concerné, principalement après 60 ans. La gêne, en revanche, ne sera pas la même pour tous et sera ressentie plus ou moins fortement.

 

Comment soigne-t-on la cataracte ?

Il n’existe qu’un seul traitement : la chirurgie. En résumé, on ne soigne pas, on remplace un élément usé. L’opération consiste à retirer la partie du cristallin opacifié et à mettre en place un implant personnalisé, une lentille adaptée à la vue. Elle s’est affinée au fil des décennies. On utilise aujourd’hui la technique de la phacoémulsification par ultrasons, très précise. Il ne donc pas d’une chirurgie laser.

 

La cataracte n’est pas assez identifiée dans le monde

Pourquoi la cataracte touche-t-elle toujours autant de monde ?

Si elle reste malheureusement la première cause de cécité dans le monde, c’est que les gens n’ont globalement pas suffisamment accès aux consultations ophtalmologiques et à la chirurgie. Cette dernière est pourtant l’acte chirurgical le plus réalisé : on recense 825 000 interventions chaque année en France. Avec toujours cet effet miraculeux de retrouver sa vue d’avant. Et l’opération est définitive : après, plus besoin de changer de lunettes !

 

Quelles sont les causes de la cataracte ?

La question héréditaire est hors de cause, et le seul facteur reste le vieillissement. Après, certaines pathologies particulières peuvent favoriser une apparition précoce, à l’image du diabète, facteur numéro 1. La cataracte peut également être déclenchée plus tôt du fait d’un traumatisme. On recense également des origines idiopathiques, soit sans causes identifiées, chez les quadragénaires ou cinquantenaires. Cela n’est toutefois pas très courant et concerne moins de 10% des cas.

 

Comment détecter les signes et les symptômes de la cataracte ?

Quels sont les signes d’alerte ?

La cataracte se caractérise par une dégradation lente et chronique de l’acuité visuelle. Elle donne fréquemment l’impression d’avoir des lunettes sales. Or, c’est bien à l’intérieur de l’œil que cela se passe. Les phénomènes qui peuvent alerter sont bien identifiés, à l’image de la diplopie moléculaire, qui consiste à voir double avec un seul œil, ou de halos pouvant induire de grosses difficultés à conduire la nuit.

 

Comment réagir en cas de symptômes ?

Il faut agir vite. Ce n’est jamais une urgence absolue, car on a un délai de 3 à 6 mois pour intervenir. Mais plus on attend, plus la cataracte sera difficile à traiter et plus il y aura de risques.

 

Comment se fait le diagnostic ?

Lors d’une consultation ophtalmologique. On vérifie l’acuité visuelle et on apprécie l’opacité du cristallin. En discutant avec le patient, on détermine ensuite s’il y a ou non une indication opératoire. C’est bien le ressenti que l’on opère, pas un chiffre.

 

L’opération : une intervention bénigne et connue

Comment se déroule l’opération ?

Après le dépistage en consultation ophtalmologique, une préconsultation permet de déterminer si la chirurgie est nécessaire, quel implant sera choisi, quel type d’anesthésie sera utilisé. On choisit une date et l’on répond aux dernières questions.

L’opération en elle-même est réalisée en ambulatoire et ne dure que 7 à 10 minutes. On reste moins de 3 heures à la clinique ! Les deux yeux ne sont toutefois pas opérés le même jour. Le délai est variable, mais on attend en moyenne 15 jours entre les deux interventions.

Un traitement de gouttes de collyres est administré. Une consultation postopératoire est programmée quatre jours après l’opération de chaque œil. Et une consultation finale pour tout vérifier est prévue deux ou à trois semaines plus tard.

 

Des risques minimes et peu d’effets secondaires

Quels sont les risques d’une opération de la cataracte ?

Même si le geste est maîtrisé, c’est une opération et toute opération chirurgicale présente des risques. Elle est invasive, puisque l’on pénètre dans l’œil : cela peut donc créer des lésions. Le risque principal reste toutefois celui de l’infection, ou endophtalmie. On y remédie en appliquant de la Bétadine avant l’intervention chirurgicale et en introduisant un antibiotique à l’intérieur de l’œil à la fin de l’opération. Des gouttes antibiotiques et inflammatoires sont ensuite administrées.

L’autre complication grave est celle de la rupture capsulaire, rare mais redoutable. L’implant ne peut être posé et l’intervention ne peut aller à son terme. Il faut donc en prévoir une autre.

Ces risques concernent moins de 2% des interventions chirurgicales. Ils sont connus et on sait les traiter.

 

Faut-il craindre des effets secondaires ?

On relève quelques effets locaux : des rougeurs, une inflammation possible de l’œil, un picotement pendant trois à quatre jours. Le cerveau met aussi quelques temps à s’adapter : par sécurité, il faut attendre quarante-huit heures avant de conduire.

 

Combien coûte la chirurgie de la cataracte ?

Il faut compter en moyenne 550€ par œil, avec un remboursement quasi intégral. La Sécurité sociale rembourse en effet 271€ par œil, et le complément est dans l’immense majorité des cas pris en charge par les mutuelles.

 

Retrouvez la liste de tous les ophtalmologues de votre ville ou de votre quartier sur www.conseil-national.medecin.fr

 

À SAVOIR

La cataracte est une pathologie reconnue et opérée depuis l’Antiquité. La technique, alors, consistait à décaler la partie ‘’cataractée’’ dans le corps vitré de l’œil au biais d’une aiguille. Il faut attendre le milieu du XVIIIème siècle pour assister aux premières extractions intracapsulaires du cristallin et son remplacement par une lentille. Perfectionnée avec le temps, cette technique s’est généralisée à partir du XIXème siècle. Elle est aujourd’hui effectuée par phacoémulsification, procédé consistant à fragmenter le cristallin par ultrasons. Mise au point en 1967, cette technique s’est véritablement démocratisée dans les années 80 et 90.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here