Casques audio, écouteurs… quand écouter rime avec danger

0
1719
Les jeunes, insouciants du danger, font partie, forment la population la plus à risques. ©Pixabay

Selon l’Organisation mondiale pour la santé (OMS), près de la moitié des jeunes de 12 à 35 ans risquent la surdité à cause d’une exposition excessive à un volume sonore élevé. Le port des casques et écouteurs étant de plus en plus répandu, les conseils pour une écoute raisonnée.

De moins en moins de bruit et de conversations dans les transports en commun ou les salles d’attente et pourtant… Tout autour de nous, la musique et le bruit sont partout, les casques audios et écouteurs individuels envahissent nos oreilles. Leur développement s’accompagne d’un lot de problèmes, tant au niveau de la santé auditive que de la sécurité. Le point sur les dangers des casques audio et des écouteurs et les attitudes à adopter pour s’en protéger. 

 

La jeunesse, plus touchée mais moins protégée 

L’exposition des jeunes adultes à de la musique à volume sonore élevé est « omniprésente », selon l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). Porter des écouteurs ou un casque audio est en effet devenu anodin pour les jeunes, dès l’âge de 12 ans. Un geste qui doit pourtant nécessiter une vigilance accrue. « Plus d’un milliard de jeunes risquent de perdre l’audition simplement en faisant ce qu’ils aiment vraiment, à savoir écouter régulièrement de la musique avec leurs écouteurs », a notamment déclaré publiquement le Dr Shelly Chadha, responsable technique à la division de Prévention de la surdité et perte d’ouïe à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Lorsque le son passe directement dans le conduit auditif en isolant la personne des bruits extérieurs, limiter son intensité est essentiel pour ne pas altérer la capacité d’écoute générale. Le volume sonore du support utilisé doit être réglé sur la moitié de la capacité totale en situation générale, pour éviter de dépasser le seuil sonore maximum. Afin d’éviter l’isolement auditif, privilégier également les casques qui se posent sur les oreilles aux écouteurs intra-auriculaires qui confinent le son. 

 

 « À force d’écouter de la musique trop fort, on finit par l’entendre à moitié ! » 

Ce slogan utilisé par l’INPES résume assez bien les risques d’une écoute déraisonnée de la musique. Lorsqu’un volume sonore élevé s’associe à une durée importante, le risque de surdité est décuplé. En effet, écouter de la musique à 80 décibels plusieurs heures par jour est plus nocif que se rendre à un concert de 100 décibels d’une seule heure ! Pour rappel, le seuil de danger pour l’oreille est situé à 85 décibels (soit le bruit d’une tondeuse à gazon) sur une courte période. Or, les appareils de diffusion tels que les smartphones ou les baladeurs mp3 peuvent souvent atteindre jusqu’à 100 décibels. 

Plus la durée d’écoute s’allonge, plus les risques pour l’audition sont nombreux et peuvent être irréversibles. Les dangers les plus courants sont l’acouphène (sensations de bourdonnements, sifflements sans interruption), l’hyperacousie (intolérance totale au bruit) et dans les pires des cas, la surdité partielle voire totale. Adopter les bonnes attitudes permettent de préserver ses oreilles de ces menaces. Attention également aux risques de la musique amplifiée dans les festivals, discothèques ou salles de concert. 

 

Un risque accru d’accidents sur les routes

On a tendance à l’oublier mais les oreilles ne servent pas qu’à écouter de la musique ! L’ouïe est une fonction fondamentale pour l’être humain, lui permettant d’assurer sa sécurité en étant alerte aux situations extérieures. Les oreilles envoyant des informations au cerveau, la concentration est moindre lors du port d’écouteurs ou de casques, accentuant ainsi les accidents de la route. Piétons et automobilistes, limitez donc le son des appareils et restez vigilants ! La mélodie, aussi douce et agréable soit-elle, ne vaut pas une vie humaine. 

 

Les 10 bons gestes à adopter pour une écoute raisonnée

  • Limiter le volume du support audio à la moitié de la capacité maximale
  • Ne pas s’isoler des bruits extérieurs, essentiels à la sécurité de chacun
  • Privilégier les casques audio aux écouteurs intra-auriculaires 
  • Faire régulièrement des pauses pour permettre le repos des oreilles 
  • Ne pas porter son casque plus de dix heures par jour 
  • Éviter le port de casques ou d’écouteurs sur la route
  • Utiliser les écouteurs et casques fournis avec l’appareil émetteur de son pour garder le niveau d’équilibre
  • Régler le niveau sonore de son casque ou de ses écouteurs dans un endroit calme
  • Éviter au maximum l’utilisation de casques ou d’écouteurs pour s’endormir, le cerveau et les oreilles ayant besoin de calme et de repos
  • Limiter l’usage des casques ou des écouteurs aux enfants, leurs oreilles étant encore en développement 

 

Caution scientifique : Jean-Benoît Proriol – audioprothésiste au Puy en Velay et membre de l’association Audition solidarité spécialisée dans la prévention des risques et dangers liée à l’audition.  

 

À SAVOIR

Selon l’Organisation mondiale de la santé, près d’un milliard de la population âgée de 12 à 35 ans pourraient être victimes de pertes d’auditions irréversibles, d’ici 2050. L’intensité sonore des smartphones et appareils de type baladeurs mp3 est notamment mis en cause. L’OMS appelle ainsi à une adaptation et une limitation automatique des volumes maximums de ces appareils par les fabricants. 

Chargement des commentaires facebook ...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here