Mis en place en 2011 par le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes (CLARA), le programme OncoStarter a déjà financé 31 projets, contribuant ainsi à renforcer la dynamique de recherche en cancérologie en Rhône-Alpes Auvergne.

Compte tenu de ce bilan positif, le programme sera donc reconduit à partir de 2015 en soutenant notamment l’émergence de projets de recherche clinique. Cette réussite du CLARA vient appuyer le souhait émis dans le 3ème Plan Cancer de recentrer les missions des Cancéropôles sur des champs non couverts par d’autres organisations, en particulier l’émergence de projets de recherche en cancérologie.
Né en 2011, le programme OncoStarter traduit la volonté du CLARA d’orienter une partie significative de ses moyens financiers et humains vers le soutien à l’émergence de projets et l’accompagnement des équipes de recherche qui les portent. Le programme vise en particulier à développer la recherche translationnelle (du laboratoire aux applications cliniques) et des thématiques qui deviennent majeures en cancérologie (liens entre environnement, nutrition et cancer ainsi que les sujets de la prévention et de la qualité de vie en lien avec la maladie).

Projets pilotes pour les cancer du sein et du pancréas

« Dans un contexte où les appels à projets nationaux ne peuvent financer que 20 à 30 % des projets soumis, il était impératif de réfléchir à une solution pour augmenter la qualité des projets soumis et accélérer le délai pour l’obtention des fonds nécessaires aux financements des recherches» souligne le Dr. Amaury MARTIN, secrétaire général du CLARA à l’origine de la mise en place du programme.
Concrètement, depuis 2011, 31 projets ont donc été financés après évaluation de plus de 86 dossiers par 5 jurys nationaux. Près de la moitié des projets sont menés dans la région lyonnaise, les autres se répartissant entre les métropoles de Grenoble, Saint-Etienne et Clermont-Ferrand. Ces projets se divisent selon cinq grandes thématiques promues en alternance soit sur des questions de santé publique ou d’environnement et de nutrition en lien avec le cancer, soit sur la recherche translationnelle (échappement tumoral, plasticité cellulaire et thérapies ciblées, nanomédecine et l’imagerie, et enfin sur les problématiques d’immunité et d’infections).
Quatre projets soutenus en 2011-2012 ont été lauréats dans des appels à projets nationaux.
Parmi ces lauréats, un projet pilote réalisé en Région Rhône-Alpes en amont du projet national GEO3N portant sur l’étude de l’association entre une exposition environnementale aux dioxines et le risque de cancer du sein. Un autre projet visant à augmenter les effets des traitements du cancer du pancréas a également obtenu d’importantes subventions.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here