Moi(s) sans tabac: "la cigarette reste le premier facteur de cancer du poumon"

0
144
Le poumon de la feme de plus en plus fragilisé par la cigarette
Le cancer du poumon, souvent indolent, doit être diagnostiqué et traité avant qu'il ne développe des métastases ©DR

Du 1er au 30 novembre, l’opération “Moi(s) sans tabac” veut inciter les fumeurs à combattre leur addiction. Un enjeu de santé publique alors que le cancer du poumon chez la femme sera bientôt plus meurtrier que le cancer du sein. Comment dépister le cancer du poumon ? Comment traiter la maladie ? Quelles sont les nouvelles thérapies ? Réponses du docteur Bénédicte Mastroianni, pneumo-oncologue à l’hôpital Louis Pradel à Lyon.

Le “Moi(s) sans tabac” entend sensibiliser aux méfaits de la cigarette, à l’origine d’une explosion des cancers du poumon, notamment chez les femmes. Quels sont les signes du cancer du poumon qui doivent alerter ?

Le problème, c’est que le cancer du poumon est souvent une maladie indolente. Les seuls symptômes se résument généralement à des difficultés respiratoires, un sentiment d’essoufflement, des bronchites à répétition qui n’alertent pas forcément le patient, du moins ne l’incitent pas à aller consulter leur médecin traitant. Et même s’ils consultent, le diagnostic est souvent difficile, sauf dans le cas de crachements de sang qui conduisent toujours à des examens complémentaires. Or, chez un fumeur régulier, tout symptôme nouveau ou modifié doit inciter à des examens complémentaires, en particulier un scanner des poumons. Conséquence de ce caractère indolent de la maladie, 70 à 75% de nos patients sont diagnostiqués avec un cancer du poumon localement avancé ou métastatique.

C’est à dire ?

Un cancer localement avancé signifie qu’une extension rend impossible ou sans effet toute intervention chirurgicale. Un cancer métastatique signifie que la maladie est allée migrer dans d’autres organes. Un mode de diagnostic assez fréquent du cancer du poumon est d’ailleurs la révélation de métastases dans d’autres organes du patient, que ce soit des métastases cérébrales ou osseuses notamment. Dans ce cas, il peut y avoir rémission mais pas de guérison. Il s’agit de cancers non curables.

Cancer du poumon et méfaits du tabac 

Le docteur Mastroianni traite les cancers du poumon à l'hôpital Louis Pradel (Bron)
Le docteur Bénédicte Mastroianni, pneumo-oncologue à Lyon ©P.Auclair

Une prise de sang permet-elle de détecter un cancer du poumon ?

Non, pas à ce jour Le meilleur examen de dépistage et de détection d’un cancer du poumon reste le scanner. La radiographie thoracique est une solution faussement rassurante car elle ne révèle que deux tiers des cancers.

Quels sont les moyens de prévenir le cancer du poumon chez la femme ?

Lutter, lutter et encore lutter contre le tabagisme qui reste le premier facteur déclencheur de la maladie. Chez l’homme, la consommation régulière de tabac est ainsi à l’origine de 90% des cancers du poumon. Chez la femme, ce chiffre tombe à 60%. Les 40% restants peuvent être des victimes du tabagisme passif ou présenter d’autres facteurs de risque des antécédents familiaux ou des facteurs professionnels d’exposition

Radiothérapie, chimiothérapie et immunothérapie

Quels sont les moyens de traitement du cancer du poumon ?

Pour lutter contre le cancer le plus fréquent, en l’occurrence l’adénocarcinome pulmonaire, plusieurs stratégies thérapeutiques sont possibles. Dans 10 à 15% des cas, on peut envisager un traitement anticancéreux par voie orale. Il s’agit d’une thérapie ciblée, un traitement intelligent du cancer qui va cibler directement l’anomalie présente sur la cellule cancéreuse.

Et pour les 85% des patients ne pouvant recevoir un traitement par voie orale ?

La chirurgie quand la maladie est à un stade localisé, la radiothérapie et la chimiothérapie pour des cancers à évolution locale et régionale, la chimiothérapie pour les stades métastatiques, sachant qu’une ère nouvelle s’ouvre avec le développement de l’immunothérapie.

Qu’est-ce que l’immunothérapie ?

C’est la capacité de réapprendre à l’organisme à lutter contre les cellules cancéreuses en réveillant ou stimulant le système immunitaire du patient par des injections. Cette technique est en train de révolutionner le traitement de certains cancers.

Retrouvez la liste de tous les pneumologues et oncologues de votre ville ou de votre quartier sur www.conseil-national.medecin.fr

A SAVOIR

L’opération “Moi(s) sans tabac“, du 1er au 30 novembre, est un défi collectif qui vise à sensibiliser le grand public aux méfaits du tabac et à inciter les fumeurs à combattre leur addiction durant un mois. Dans ce cadre, durant toute la période, un kit gratuit d’aide à l’arrêt est disponible dans les pharmacies. Il comporte notamment un calculateur d’économies réalisées ainsi qu’un agenda intitulé “30 jours pour arrêter de fumer”. Pour rappel, le cancer est la première cause de mortalité en France devant les maladies cardio-vasculaires. 40% des cancers pourraient être évités en suivant quelques règles au quotidien: ne pas fumer, éviter l’alcool, bouger plus et manger mieux.

 

Chargement des commentaires facebook ...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here