Bénigne dans la plupart des cas, la bronchiolite affecte chaque hiver près d’un enfant de moins de 2 ans sur trois. L’épidémie gagne actuellement la région Rhône-Alpes, qui se prépare au traditionnel engorgement de ses services d’urgences. Les conseils du pédiatre.

La bronchiolite est une infection aigüe des voies respiratoires. D’origine virale et très contagieuse, cette affectation des petites bronches touche les enfants de moins de deux ans, et tout particulièrement les nourrissons. Maladie classique de l’hiver, généralement bénigne, elle concerne chaque année plus de 30% des bébés.
Annoncée depuis plusieurs semaines, l’épidémie fait actuellement son apparition annuelle en Rhône-Alpes. Les cas se multiplient et les services d’urgence font face à l’afflux habituel de parents inquiets par l’apparition des symptômes. « La bronchiolite débute le plus souvent par un rhume, souvent associé à de la toux. Il peut y avoir une fièvre modérée, puis une gène respiratoire, caractérisée par une respiration rapide et des sifflements que l’on distingue à l’oreille », résume le docteur Louis, pédiatre en centre hospitalier près de Lyon.

Evitez les urgences, ‘’nids à microbes’’ !

L’absence de langage et la fragilité supposée des nourrissons conduit souvent des parents alarmés à prendre trop vite le chemin des urgences, ce que déconseille le docteur Louis : « C’est une maladie qu’il ne faut évidemment pas prendre à la légère, mais qui guérit souvent toute seule. Le mieux dans un premier temps est que les enfants demeurent chez eux en attendant d’aller mieux. S’il est trop gêné, mange mal ou respire difficilement, il faut alors prendre d’abord rendez-vous avec son pédiatre. Et n’aller aux urgences, surchargées et qui sont de véritables nids à microbes, que si les symptômes perdurent ou s’aggravent ». Dans la plupart des cas (95%), le malade guérit spontanément, en cinq à dix jours.

Des gestes simples pour soulager votre enfant

En attendant, il existe des moyens simples pour soulager les symptômes de la maladie. « On ne traite pas une bronchiolite avec des antibiotiques », explique le pédiatre lyonnais. « On peut donner du paracétamol (Doliprane) en cas de fièvre. Il est bon aussi de fractionner l’alimentation pour moins fatiguer l’enfant, de bien l’hydrater et de le moucher avant les repas, les phases de sommeil et quand il est encombré. On peut également le faire dormir en position semi assise, dans le transat ou avec un oreiller sous le matelas ». Des gestes élémentaires, mais efficaces.
Consultez la liste de tous les médecins pédiatres près de chez vous sur www.conseil-national.medecin.fr

A savoir

Quelques gestes préventifs simples pour limiter les risques de contagion de vos enfants: se laver systématiquement les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé; éviter d’échanger, dans la famille, les biberons, sucettes, couverts non nettoyés; ne pas exposer le nourrisson à des environnements enfumés qui risquent d’aggraver la maladie; veiller à une aération correcte de la chambre tous les jours. Un dépliant du ministère de la santé est à votre disposition pour davantage de détails sur la bronchiolite.

Chargement des commentaires facebook ...

1 COMMENT

  1. BONJOUR MONSIEUR
    MOI J’ ai un bebe grand premature il est ne le 24/01/2015 six moi de grossesse
    et paraport a sa prematurite il a les poumon tres fracile sil attrape le bronchiolite quoi faire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here