Gare au risque de noyades en Auvergne Rhône-Alpes!
Les cas de noyades, qui ne sont heureusement pas tous mortels, concernent principalement les enfants en piscines privées et les jeunes adultes sur les sites naturels. ©Shutterstock

Toujours plus chauds, nos étés sont confrontés à une inquiétante recrudescence de noyades, principalement en piscines privées, dans les lacs ou en rivières. Beaucoup, pourtant, pourraient être évitées grâce à des gestes de vigilance simples et le respect des règles élémentaires de sécurité. Le point sur les bons réflexes à avoir avant la grande ruée vers l’or bleu, dans une région Auvergne-Rhône-Alpes où l’on recense près de 300 sites de baignade et où le marché de la piscine privée explose.

Conséquence indirecte de la hausse des chaleurs estivales, le nombre de noyades explose en France. Encore trop sous-estimé, le phénomène a pourtant été mis en lumière par Santé Publique France dans sa dernière enquête trisannuelle NOYADES 2018 : 1649 noyades accidentelles, dont un quart furent mortelles, ont été recensées entre juin et septembre de cet été caniculaire, soit 30% de plus qu’en 2015, date de la précédente enquête.

 

Plus de piscines, plus de noyades

Cette tendance est nette en Auvergne-Rhône-Alpes, où le marché des piscines privées n’a jamais été aussi florissant : +6,5% en 2020, selon la Fédération des professionnels de piscines. Le confinement est passé par là, et chacun veut son bassin pour tromper le mercure. Résultat, l’enquête 2021 a toutes les chances de confirmer l’envolée des accidents aquatiques, à moins d’une véritable prise de conscience.

Le danger, pour autant, est plus général dans une région où, faute de plages, on se rue avec bonheur vers les lacs, rivières et autres sites aquatiques. Ces espaces naturels ont été les théâtres de plus de la moitié des 160 noyades auverhônalpines de l’été 2018 (55 en plans d’eau et 29 en eaux vives). Avec en première ligne, sur la liste des victimes, les jeunes adultes, facilement sujets aux comportements à risque.

 

Noyades en piscines privées : surtout les enfants de moins de 6 ans

Le profil des victimes de noyades diffère en fonction de la typologie des plans d’eau. Si les séniors se noient plutôt en mer, la grande majorité des accidents en piscines privées concerne les enfants en bas âge. En Auvergne-Rhône-Alpes, deux tiers des 49 victimes de noyades en piscines privées recensées durant l’été 2018 avaient moins de 6 ans.

D’où l’importance d’une prévention accrue, basée sur une vigilance de tout instant et le respect des mesures de sécurité. « Ces conseils relèvent du bon sens. Mais le nombre de noyades, dont beaucoup pourraient être évitées, est encore trop important et ils doivent être rappelés. Une piscine, c’est agréable, mais ce n’est pas sans risque et un enfant peut se noyer en quelques minutes dans 20 centimètres d’eau », relève Christel Lamat, du pôle environnement santé de l’Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes.

« Ces noyades sont évitables », confirme Aymeric Ung, épidémiologiste à Santé Publique France. « Il est important d’apprendre à nager aux enfants le plus tôt possible ou tout du moins de les habituer au milieu aquatique, même si ces conditions à elles seules ne peuvent prémunir contre les noyades chez les enfants. Un enfant doit toujours être surveillé de manière permanente et rapproché par un seul adulte responsable, le mieux étant de se baigner avec l’enfant ».

 

Quels sont les facteurs favorisant une noyade ?

  • Le manque de vigilance
  • Le fait de ne pas savoir nager
  • Les risques inhérents au site de baignade (courant, profondeur, etc.)
  • La méconnaissance de sa condition physique
  • L’hydrocution, qui survient en cas de chaleur lorsque l’on rentre brutalement dans une eau froide.

 

Quels bons comportements adopter lors d’une baignade ?

  • Familiarisez vos enfants avec l’eau et les équipements de sécurité dès leur plus jeune âge, sensibilisez-les au risque.
  • Apprenez à nager à vos enfants (dès 4 ans).
  • Équipez-les de bouées, maillot flotteur ou brassards.
  • Restez constamment vigilant : surveillez vos enfants et baignez-vous avec eux, quel que soit leur âge.
  • Baignez-vous toujours en zone surveillée. Si cela ne doit pas exclure votre vigilance, cela favorise la proximité des secours en cas d’accident.
  • Respectez la réglementation (périmètre de baignade, interdictions liées à la météo, etc.)
  • Tenez compte des particularités du site de baignade (profondeur, courant).
  • Baignez-vous en fonction de vos capacités et de votre état de forme.

Retrouvez toutes les recommandations sur le site du ministère des Sports.

 

Comment réagir en cas de suspicion de noyade ?

Votre enfant vient de boire la tasse. Les signes suivants doivent vous alerter :

  • Fatigue, tendance à s’endormir
  • Toux, essoufflement
  • Lèvres bleues
  • Vomissements

 

En cas d’apparition d’un ou plusieurs de ces symptômes, prévenez immédiatement les secours, sur place en cas de baignade surveillée ou via un numéro d’urgence (15, 18 ou 112).

 

Noyades : quelles précautions prendre avec une piscine privée ?

Les mesures de sécurité relatives à la protection des piscines privées et la baignade sont encadrées par la loi depuis 2003. Le propriétaire d’un bassin enterré ou semi-enterré est tenu d’installer au moins l’un des quatre dispositifs de sécurité réglementaire : barrières de protection, couverture ou bâche, alarme et/ou abri amovible.

Ces consignes ne s’appliquent pas aux bassins démontables (piscines hors-sols ou en plastique). Mais la vigilance doit évidemment être de mise.

 

Les bons réflexes à adopter :

En plus des bons comportements à avoir pour toute baignade (apprentissage de la natation, surveillance constante, bouées et brassards…), il est essentiel au bord d’une piscine privée de :

  • Prévoir des équipements d’intervention : perche, bouée, téléphone…
  • S’être formé aux gestes qui sauvent
  • Vider la piscine des objets flottants
  • Remettre en place les dispositifs de sécurité au terme de la baignade.

 

Qu’en est-il des piscines publiques et collectives ?

Bassins publics, campings, hôtels, sites de loisirs, centres de vacances… Les 4380 piscines à usage collectif d’Auvergne-Rhône-Alpes font l’objet d’une réglementation stricte en matière de surveillance des baignades et de qualité sanitaire des eaux. Le risque de noyade y est donc particulièrement faible (14, dont 1 mortelle, en 2018). Mais les consignes de prévention et de vigilance y sont les mêmes que dans les sites naturels et les piscines privées en ce qui concerne la baignade. S’y ajoutent également d’autres risques liés à la configuration des lieux :

  • Danger de glissades et de chutes
  • Risques microbiologiques (bactéries et virus, vecteurs de mycoses, eczéma, gastro-entérites…)
  • Risques chimiques liés à l’usage de produits désinfectants (chlore), possibles vecteurs d’irritations ou de troubles respiratoires.

 

À SAVOIR

Il existe 290 sites de baignade en eau naturelle (lacs ou rivières) en Auvergne-Rhône-Alpes. La qualité de leurs eaux fait l’objet d’une surveillance permanente de la part des collectivités locales. Des contrôles réguliers sont également effectués par l’Agence Régionale de Santé, qui fait analyser les prélèvements par des laboratoires agréés. Chaque site est classé en fonction de la qualité de ses eaux (‘’excellente’’, ‘’bonne’’, ‘’suffisante’’ et ‘’insuffisante’’). Le classement le plus récent, en 2019, fait état de 216 sites de qualité ‘’excellente’’ et de 39 sites de qualité ‘’bonne’’.

Les risques pour la santé d’une eau de qualité médiocre, caractérisée par un aspect trouble et la plupart du temps du fait d’une incidence pluviale, sont principalement cutanés et gastro-intestinaux.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here