L'indifférence au monde qui l'entoure est l'un des premiers signes avéré de l'autisme. ©Shutterstock

Les symptômes de l’autisme sont nombreux mais passent pourtant souvent inaperçus, voire sont minimisés ou ignorés. Résultat, un dépistage tardif qui retarde la prise en charge au préjudice de l’enfant, comme l’explique la neuropédiatre Stéphanie Marignier, du Centre de Ressource Autisme Rhône-Alpes à Bron.

Les troubles du spectre de l’autisme (TSA), qui concernerait 9000 enfants dans la région, apparaissent avant l’âge de 3 ans et persistent tout au long de la vie. Ils se caractérisent par une altération des interactions sociales, des problèmes de communication verbale et non verbale, des comportements répétitifs (réticence au changement, gestes stéréotypés…). Il se manifeste aussi par des réactions sensorielles inhabituelles (auditives, visuelles, cutanées…).

 

Autisme : savoir détecter les premiers signes

Les premiers signes évocateurs de l’autisme se manifestent le plus souvent entre 18 et 36 mois. Parmi les comportements annonciateurs les plus courants, l’enfant est trop calme ou au contraire trop excité. Il semble indifférent au monde sonore et aux personnes qui l’entourent. L’enfant ne répond pas à son prénom et ne réagit pas ou peu aux séparations et aux retrouvailles. Il ne sourit pas, ou rarement, et reste silencieux. L’enfant ne regarde pas dans les yeux, ne joue pas à faire « coucou ». Il ne pointe pas du doigt et ne cherche pas à imiter les adultes.

 

Autisme : dépister tôt pour agir vite

Si le trouble ne se soigne pas, les interventions précoces, autant que possible avant l’âge de 4 ans et même dès 18 mois, stimulent les progrès chez l’enfant et diminuent les troubles du comportement. Malheureusement, les médecins généralistes, les pédiatres et l’entourage familial (assistantes maternelles, enseignants, etc.) sont trop peu formés et les signes avant-coureurs passent souvent inaperçus.

En attendant, si la solution idéale n’a pas encore été identifiée sur le plan thérapeutique, pédagogique et social, la prise en charge diffère en fonction des enfants, pour qui des réponses adaptées et personnalisées doivent être proposées.

 

Les TSA en chiffres

  • 67 % des enfants en 2000*
  • 68 % des enfants en 2014*
  • 700 000 personnes, dont 100 000 ont moins de 20 ans
  • Entre 3 et 5 ans : l’âge moyen du diagnostic

*Estimation de la prévalence

Retrouvez la liste des neuropédiatres, pédopsychiatres et psychologues de votre région sur www.conseil-national.medecin.fr

 

À SAVOIR

En ligne depuis avril dernier un documentaire interactif intitulé « Autisme – les premiers signes » a pour objectif d’informer les parents, les professionnels de santé et de l’éducation sur les symptômes de l’autisme, qui  peuvent être repérés précocement dès 12 mois.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here