arthrose soigner douleurs seniors
L’arthrose est la détérioration d’une articulation. La plus fréquente est celle du genou (gonarthrose) qui touche 30% des personnes âgées de 65 à 75 ans. ©Freepik

Il ne fait pas bon vieillir. L’arthrose qui met à mal les articulations peut endolorir les mouvements. Comment réduire voire prévenir ces maux qui handicapent les activités ? Voici quelques astuces anti-douleur pour rendre le quotidien plus agréable, avec le Dr Claude Hohn, médecin gériatre.

L’arthrose est la détérioration du cartilage, puis de l’articulation qui survient en majorité chez les seniors. Celle qui se développe au niveau du genou (gonarthrose) est la plus fréquente et touche 30% des personnes âgées de 65 à 75 ans. Mais la vieillesse n’est pas la seule cause possible de cette maladie. Les facteurs de risques sont nombreux allant notamment de traumatismes et de surcharge sur les articulations (port de charges lourdes, surpoids, obésité…) aux antécédents familiaux.

Des gestes simples au quotidien peuvent aider à réduire la douleur, mais un avis médical ou chirurgical est souhaitable. Zoom sur ces astuces avec le le Dr Claude Hohn, médecin gériatre de la Fédération Française de la Retraite Sportive de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

S’arrêter quand il le faut

Le premier réflexe à avoir en cas de poussée douloureuse est de faire une pause. Il est plus sage de cesser toute activité plutôt que de s’acharner à continuer ses efforts, même au ralenti. Laisser le temps à l’articulation de se reposer pour éviter d’aggraver l’arthrose. Après repos et estompage de la douleur, reprenez en douceur votre activité et n’hésitez pas à vous arrêter de nouveau en cas de reprise de la douleur.

Le bon conseil : Rester toujours à l’écoute de son corps et ne pas forcer.

 

Avoir une activité physique adaptée

Bien que certains mouvements soient synonymes de douleur, il ne faut toutefois pas rester sédentaire. En prenant grand soin de ne pas s’épuiser ou se faire mal, pratiquer une activité physique adaptée à son corps et à ses besoins est bénéfique. Bouger un minimum, en respectant ses limites, permet de maintenir de la souplesse. Pour certains patients, l’aquagym peut aider à travailler en douceur ses articulations et soulager la douleur. Si vous aimez marcher, prenez des bâtons et évitez les descentes.

Le bon conseil : Les exercices ne sont pas adaptés à tout le monde. À chacun son rythme et ses limites selon son état de santé. Demandez conseil à votre médecin avant de vous lancer.

 

Masser les zones touchées par l’arthrose

Les mouvements rotatifs, plus ou moins légers , sur la zone douloureuse peuvent permettre de détendre l’articulation. Vous pouvez pratiquer les massages avant et après l’effort ou lorsque la douleur survient. Pour plus d’efficacité, il est possible d’accompagner le massage sans en abuser, d’un anti-inflammatoire ou d’un anti-douleur.
Le bon conseil : Réaliser des massages plusieurs fois par semaine voire tous les jours pour améliorer la mobilité. Utiliser toutefois les anti-douleurs avec modération.

Profiter des bienfaits du froid

La crispation du corps à cause du froid peut affecter les muscles et vous raidir de douleur. À l’inverse, l’application de froid sur une zone douloureuse permet de soulager l’inflammation et les sensations de brûlures. Envelopper de la glace dans un torchon et appliquer au niveau de l’articulation, en effectuant de légers mouvements circulaires.

Le bon conseil : Froid mais pas trop ! Pour éviter l’effet pervers de gelure, ne maintenez pas la poche d’eau froide plus de 20 secondes sur la zone concernée.

 

S’étirer en douceur chaque matin

Rien de mieux que de s’étirer pour bien commencer la journée. Cela permet de réveiller l’énergie vitale mais pas seulement. Étendre en douceur ses muscles et articulations prépare le corps aux mouvements de la journée en évitant les traumatismes et améliore la souplesse.

Le bon conseil : Ne jamais forcer ! Les exercices doivent se faire en douceur et à votre rythme.

 

Pratiquer une activité physique adaptée

Bien que certains mouvements soient synonymes de douleur, il ne faut toutefois pas rester sédentaire. En prenant grand soin de ne pas s’épuiser ou se faire mal, pratiquer une activité physique adaptée à son corps et à ses besoins est bénéfique. Bouger un minimum, en respectant ses limites, permet de maintenir de la souplesse. Pour certains patients, l’aquagym peut aider à travailler en douceur ses articulations et soulager la douleur. Si vous aimez marcher, prenez des bâtons et évitez les descentes.

Le bon conseil : Les exercices ne sont pas adaptés à tout le monde. À chacun son rythme et ses limites selon son état de santé. Demandez conseil à votre médecin avant de vous lancer.

 

S’équiper correctement en cas d’arthrose

Il existe des équipements spécialement conçus pour soutenir les mouvements des personnes arthrosiques et soulager les tensions exercées sur les articulations. Ainsi, les patients en proie à la gonarthrose peuvent, par exemple, trouver appui sur une canne, ou porter une genouillère. Quelques soient la zone concernée, de bonnes chaussures peuvent également aider.

Le bon conseil : Pour trouver l’équipement adapté, il est essentiel de prendre conseil auprès d’un professionnel de santé.

 

D’autres méthodes pour soigner l’arthrose

L’ostéopathie

Il s’agit d’un précieux secours en cas de crise comme en traitement de fond. « La vie, c’est le mouvement et le mouvement c’est la vie. C’est le principe de l’ostéopathie. La mobilisation régulière de l’articulation va l’empêcher de s’ankyloser. Concrètement, les manipulations tissulaires vont agir en douceur sur les articulations, les ligaments ou les muscles pour diminuer les contraintes au niveau des articulations. En période de crise, deux ou trois séances de 45 minutes espacées de 15 jours vont rapidement de réduire la douleur. Ensuite, il faut prévoir une séance par trimestre en traitement de fond », explique Vincent Lafay, ostéopathe à L’Arbresle (Rhône).

La kinésithérapie

Plus centrée sur la rééducation, cette technique permet également de lutter contre les douleurs en travaillant sur les mouvements. Les massages et exercices ciblés réalisés durant les séances aident à maintenir l’amplitude des gestes et des rotations. Effectués régulièrement, elles permettent de renforcer les articulations et de gagner en souplesse. La kinésithérapie peut également être utile après une opération.

La chiropraxie

En manipulant les vertèbres et les articulations, le chiropracteur traite les dysfonctions mécaniques responsables des douleurs des patients. Il se base sur le rééquilibrage des pressions exercées sur les zones arthrosiques pour alléger les tensions, l’usure articulaire et ainsi les désagréments de l’arthrose.

Et l’acupuncture, alors ?

Les thérapies alternatives font de nombreux adeptes. Le placement d’aiguilles sur des points spécifiques serait un soutien intéressant pour soulager les douleurs arthrosiques. Les éventuels effets bénéfiques sur le stress et les troubles du sommeil détendraient également les muscles et articulations.

 

            

À SAVOIR

En dehors des traitements prescrits par un médecin, les médicaments anti-douleur ou anti-inflammatoires doivent être pris avec précaution. Respectez les doses prescrites et la notice en vous assurant au préalable que les médicaments sont adaptés à votre état de santé.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here