L'épidémie de bronchiolite arrive prématurément en cette année 2021.
Toux sèche, sifflements, gêne respiratoire... Les symptômes de la bronchiolite, loin d'être anodine chez les nourrissons, doivent faire l'objet d'une attention particulière cette année, marquée par une épidémie précoce et plus virulente. ©Freepik

Alors qu’Auvergne-Rhône-Alpes entre déjà en phase pré-épidémique, les pédiatres s’inquiètent de l’arrivée prématurée de la bronchiolite. L’épidémie, en plus d’être précoce, s’annonce plus longue et surtout plus virulente que les années précédentes, en raison d’un manque d’immunité des nourrissons lié au net recul des maladies saisonnières durant l’hiver dernier, l’un des rares effets… vertueux de la crise Covid.

Classée parmi les plus contagieuses chez les enfants, la bronchiolite s’annonce particulièrement virulente cet hiver. Selon Santé Publique France, l’épidémie est même en avance, puisque le virus circule déjà activement dans certaines régions comme l’Île-de-France et le Grand-Est.

Auvergne-Rhône-Alpes, pour l’instant, fait partie des régions placées en phase pré-épidémique. Mais la situation risque fort de se dégrader rapidement. Les chiffres, en une semaine, se sont en effet affolés, avec une hausse de 38% des passages aux urgences et de 38% des hospitalisations chez les nourrissons de moins de deux ans, à l’échelon national.

 

L’épidémie a deux semaines d’avance

Dès le 5 octobre, le conseil scientifique sonnait l’alerte en invitant à la plus grande vigilance « pour les enfants nés après mars 2020 » au vu de données recueillies dans l’hémisphère sud et révélant « une circulation plus intense et décalée dans le temps cet hiver ». Une prévision confirmée par Santé Publique France dans son bulletin du mercredi 13 octobre, annonçant un « démarrage rapide et plus précoce par rapport aux années précédentes ». Habituellement, l’épidémie démarre plutôt début novembre. Elle devrait donc être à la fois plus longue, et plus pénible. « On craint une épidémie inhabituelle et potentiellement de grande ampleur », s’inquiète ainsi le Pr Yves Gillet, chef de service adjoint aux urgences pédiatriques de l’HFME de Lyon.

 

Bronchiolite : les nourrissons ne sont pas assez immunisés

En cause ? Le manque d’immunité des nourrissons, épargnés par un virus quasi absent durant l’hiver 2020-2021. Du fait des gestes barrières et des mesures de confinement, les maladies hivernales ont massivement disparu des radars pédiatriques durant la crise Covid. « Il est possible qu’en raison des fermetures des établissements scolaires et des crèches les enfants puissent faire face à une dette immunitaire », constate le pédiatre lyonnais. « Les enfants étant moins en contact avec les virus habituels, ils sont potentiellement plus à risque de les attraper une fois ensemble ».

Si le virus de la bronchiolite est généralement bénin, il peut s’avérer dangereux chez les plus fragiles, et notamment les bébés. Alors que le pays est balayé par un vent puissant de relâchement, le maintien des gestes barrières serait pourtant le meilleur moyen de les en protéger. « Le virus de la bronchiolite se transmet de la même manière que celui de la Covid-19 », confirme le Pr Gillet. « L’application des mêmes gestes barrières, efficaces contre la Covid-19, devrait l’être pour ce virus. On pourrait ainsi conseiller de limiter les déplacements des tout-petits de moins de 3 mois. C’est-à-dire ne pas les emmener dans les centres commerciaux ou dans les transports en commun, par exemple. Se laver régulièrement les mains et porter un masque lorsque l’on est malade. Et enfin, respecter la distanciation sociale. Ces mesures pourraient en effet, diminuer le risque de bronchiolite chez les tout-petits, plus à risque de développer des formes graves ».

 

Bronchiolite : soyez attentifs aux symptômes

Cette vigilance simple pourrait permettre à de nombreux nourrissons de passer entre les mailles du virus. Pour les autres, il est essentiel de rester attentifs aux symptômes de la maladie, qui débute souvent par un rhume, associé à de la toux. Nez qui coule, toux sèche, gêne respiratoire, sifflements, fièvre plus ou moins modérée et difficulté à s’alimenter sont les principaux signes qui peuvent alerter. Et si la maladie disparaît généralement spontanément en 7 à 10 jours, il est tout de même conseillé aux parents de prendre rendez-vous avec leur pédiatre en cas d’inquiétude et, bien sûr, d’aggravation de l’état de l’enfant.

 

Consultez la liste de tous les médecins pédiatres près de chez vous sur www.conseil-national.medecin.fr

 

À SAVOIR

La bronchiolite est une infection aigüe des voies respiratoires. D’origine virale et très contagieuse, cette affectation des petites bronches touche les enfants de moins de deux ans, et tout particulièrement les nourrissons. Maladie classique de l’hiver, généralement bénigne, elle concerne chaque année plus de 30% des bébés, soit 460 000 nourrissons. Selon l’Institut de Veille Sanitaire, 60% des nourrissons touchés a moins de 6 mois, et 30% moins de 3 mois. On requiert presque systématiquement une hospitalisation chez les bébés de moins de deux mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here