Les amygdales forment une barrière protectrice dont le corps peut toutefois se passer.
Barrières contre les infections, les amygdales ne sont pourtant pas essentielles, ce qui a longtemps justifié leur ablation. ©Shutterstock

Très courante durant de nombreuses années, l’ablation des amygdales devient de moins en moins indiquée de nos jours. En vingt ans, le nombre d’amygdalectomies a même été divisé par deux chez les moins de 18 ans. Comment l’expliquer ? Dans quels cas l’opération reste-t-elle nécessaire ? Le point sur cette opération réalisée en majorité chez les enfants.

L’ablation des amygdales était une opération quasi systématique il y a quelques années pour traiter les infections et angines répétées. Nettement moins courante, elle se réalise désormais au cas par an, notamment grâce à l’évolution des thérapies médicales. Ainsi, environ 35 000 amygdalectomies sont désormais réalisées par an sur les mineurs, contre 68 000, soit près de deux fois plus, en 2012.

À quoi servent les amygdales ? 

Vous pouvez les apercevoir quand une personne baille aux corneilles. Il s’agit de deux masses glandulaires situées des deux côtés de la luette de la gorge, au-dessous du palais. Si on n’y pense pas toujours, les amygdales ont un rôle essentiel dans la protection de l’organisme. Elles sont en effet une barrière protectrice contre les infections bactériennes et notamment des angines. 

Quand deviennent-elles un problème ?

En première ligne contre les bactéries, les amygdales y sont ainsi particulièrement exposées. Prises à leur propres pièges, elles peuvent donc s’infecter plus facilement et devenir gonflées, rouges et douloureuses. À la clé, des maux de gorge, particulièrement intenses à la déglutition, voire de la fièvre. Ces symptômes peuvent également être ceux d’une angine bactérienne, voire d’un abcès. La consultation médicale est ainsi nécessaire pour établir un diagnostic précis.

Amygdales : l’opération reste préconisée dans certains cas

L’amygdalectomie, une opération moins fréquente

L’ablation des amygdales était durant plusieurs années, une opération courante en cas d’angine d’origine bactérienne (à streptocoque). Désormais, cette angine à streptocoque est de mieux en mieux traitée. Cette opération chirurgicale définitive est donc de moins indiquée. Elle reste toutefois nécessaire dans certaines situations à risques pour la santé du patient. 

Dans quels cas opère-t-on les amygdales ? 

Si elles sont moins fréquentes, les amygdalectomies restent indiquées en cas d’angines bactériennes récurrentes (plus de cinq par an), ou d’infections récidivantes (amygdalite chronique). Mais dans la majorité des cas, ce traitement intervient lorsque les glandes deviennent trop volumineuses et obstructives, gênant ainsi la respiration. À la clé, problèmes respiratoires, ronflements ou encore apnée du sommeil. L’intervention chirurgicale reste toutefois envisagée au cas par cas. 

À SAVOIR

Bien que les amygdales jouent un rôle protecteur important contre les bactéries,  leur ablation n’a en général aucun effet sur la capacité de l’organisme à gérer et éliminer les infections. Des complications hémorragiques suite à une intervention sont possibles, mais restent rares. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here