Ambroisie: les allergiques respirent (beaucoup) mieux en Rhône-Alpes !

0
197
L'ambroisie continue de proliférer dans la Vallée du Rhône
Rhinite et asthme, le quotidien des allergiques aux pollens d'ambroisie ©DR

L’automne a réduit les risques d’allergies à l’ambroisie. Malgré tout, certains sujets sensibles sont encore victimes de rhinites, de conjonctivites, de crises d’asthme et autres réactions allergiques, notamment sur le sud de Rhône-Alpes.

La fin de l’été et des périodes de forte chaleur a réduit le pouvoir allergisant de l’ambroisie en Auvergne Rhône-Alpes. Bref, les allergiques aux pollens d’ambroisie sont presque sortis d’affaire si l’on en croit les experts du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA). Avec l’arrivée de l’automne, le risque allergique reste toutefois qualifié de “moyen” sur certains départements de Rhône-Alpes. Dans son dernier bulletin hebdomadaire, le RNSA indique que “la saison pollinique est presque finie, seuls les allergiques aux pollens d’ambroisie et d’armoise devront encore faire preuve d’un peu de prudence“. De fait, “si sur tout le territoire les pollens de graminées ont déclaré forfait, les pollens d’ambroisie seront eux, présents sur les principales zones d’infestation. Avec un risque d’allergie qui pourra encore atteindre un niveau moyen, les pollens d’ambroisie se disperseront de Montélimar à Bourgoin-Jallieu. Quelques pollens de ces plantes pourront provoquer un risque très faible à faible sur le Dauphiné, le département du Rhône et autour de Nevers“. La carte de vigilance des pollens se teinte ainsi de jaune (risque moyen) sur les départements de la Drôme et de l’Ardèche et de l’Isère, et de vert (risque faible à très faible) dans le Rhône. En revanche, la Loire, l’Ain, la Savoie et la Haute-Savoie n’ont désormais plus de gènes occasionnées par l’ambroisie.

Allergiques à l’ambroisie, vers le bout du tunnel

“Une résurgence des pollens d’armoise se fait toujours sentir au début de l’automne, ces pollens présents sur l’Isère et la vallée du Rhône pourront localement gêner les allergiques”, précise Charlotte Sindt, directrice du RNSA. Cette dernière précise que “alors que la majorité des pollens allergisants ont fini leur saison, les pollens d’automne commencent seulement la leur. Les pollens de cèdre recouvrent autour d’eux les voitures d’une fine pellicule de poudre jaune, et le lierre fleurit et disperse ces pollens. Ces pollens ne sont pas allergisants et ne gêneront en rien les allergiques”.
Même si le niveau de risque a singulièrement baissé, les allergiques aux pollens d’ambroisie doivent encore suivre les traitements prescrits. Pour les plus sensibles, il est également conseillé de laver ses draps souvent et de passer chaque soir ses cheveux sous la douche afin d’évacuer les pollens accumulés toute la journée. Selon les dernières statistiques, entre 6 et 12% de la population serait sensible à l’ambroisie.

A SAVOIR

Très allergisante, l’ambroisie est devenue la hantise de bon nombre de Français, notamment sur le quart Sud-Est de la France. Cette plante, qui se développe rapidement sur les terrains en friche, ne cesse de gagner du terrain, causant rhinites, conjonctivites, mais aussi urticaire, eczéma et parfois crises d’asthme de fin juillet à octobre.

 

Chargement des commentaires facebook ...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here