Les allergies au pollen sont souvent à l'origine de crises d'asthme
Nez qui coule, yeux qui piquent, éternuements... Les pollens de graminées sont à l'origine de nombreuses réactions allergiques ©P.Auclair

En raison du beau temps et la chaleur, le risque d’allergie aux pollens de graminées est à son maximum. A clé, crises d’asthme, conjonctivites, rhinites et autres effets indésirables. Une concentration de pollen “très élevée” qui devrait perdurer ces prochains jours.

En raison du beau temps et la chaleur, le risque d’allergies aux pollens de graminées est à son maximum. A clé, crises d’asthme, conjonctivites, rhinites et autres effets indésirables. Une concentration de pollen “très élevée” qui devrait perdurer ces prochains jours.

Le début du mois de juin est celui de tous les dangers pour les allergiques aux pollens, et notamment aux pollens de graminées. Dans son dernier bulletin allergo-pollinique hebdomadaire publié vendredi, le RNSA (Réseau national de surveillance aérobiologique) qualifiait ainsi de “maximal” le risque allergique lié aux pollens de graminées. De Lille à Marseille, de Paris à Lyon, en passant Strasbourg et Bordeaux, la plupart des grandes métropoles et des régions françaises virent au rouge sur la carte du RNSA.

Les graminées font pleurer la France…

Avec le sens de la métaphore et un certain sens de l’humour, Michel Thibaudon, le directeur du réseau de surveillance, estime que “les pollens de graminées seront la révélation de ce dernier Roland Garros”. Et de poursuivre: “Entre les coups droits ou les revers, au filet ou du fond du court, les pollens de graminées assoient leur domination et s’imposeront comme le pollen de la semaine prochaine. Avec un risque allergique maximal sur la quasi totalité du territoire, ils confirmeront leur potentiel pour les jours à venir“. Seule la pointe Bretagne, la  Côte d’Azur, la Corse et quelques départements du Nord et du Sud-Ouest restent à un niveau de risque allergique jugé “élevé” ou “moyen“.

Forte concentration de pollens la semaine prochaine

A court terme, les prévisions de pollinisation des graminées à trois jours ne laissent entrevoir aucune amélioration notable, pratiquement toute la France affichant une concentration de graminées excessivement élevée, à l’exception de l’extrême Sud-Est et du Nord du pays. Dans ces conditions, “pour suivre la finale de tennis, il ne faudra pas oublier son traitement, les pollens de graminées domineront chaque échange !“, concluent les experts du RNSA.

Attention aux crises d’asthme

Les allergies aux pollens de graminées se traduisent généralement par des réactions de l’organisme au niveau du nez, des poumons, des yeux voire de la peau. Parmi les principaux désagréments, des écoulements nasaux, des rhinites plus ou moins sévères, des conjonctivites, des démangeaisons mais aussi des crises d’asthme nécessitant la prise de médicaments ou une consultation médicale.

Allergie: alerte maximum aux pollens de graminées
Les pollens de graminées prolifèrent dans toute la France ©RNSA

A savoir

Les graminées sont des plantes qui se développent essentiellement dans les prairies, en forêt, les fossés et les accotements de routes. La saison s’étend de mars à septembre, avec un pic dominant en juin lors de la hausse des températures, qui entraîne une surproduction de pollens. En France, selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), environ 30 % de la population adulte et 20 % des enfants souffrent d’allergies aux pollens.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here