Alimentation : tout savoir pour vivre vieux !

0
135
Fruits et léfgumes sont à privilégier à l'heure du repas
Une pomme plutôt qu'un gâteau au chocolat, le bon choix à l'heure du dessert... ©BillionPhotos

Régimes hyperprotéinés ou hypercaloriques, chrononutrition, mode du sans gluten… Aujourd’hui, l’alimentation est mise à toutes les sauces… Mais au fait, qu’est-ce qui est bon pour notre santé ? Comment manger sainement sans en faire tout un plat ? Rencontre avec le Docteur Durantet, médecin, diplômé de médecine morphologique et anti-âge à Lyon.

Y a-t–il des aliments clés à privilégier en fonction de notre âge ? De notre sexe ?

Globalement, il en va de même à tous les âges. Il faut favoriser les fruits et légumes frais, les poissons gras, les viandes peu grasses, les laitages (brebis et chèvre) et les épices de toutes sortes très anti-oxydantes ! Un chef cuisinier préconise pour vivre centenaire, les 14 aliments suivants : œuf, lait de chèvre (féta), poisson, patates douces, légumes & herbes sauvages, tofu, haricots noirs, noix, fruits frais quotidiens, algues, riz sauvage, ail, crevette et piment.
Les régimes crétois, méditerranéen, ou Okinawa font fureur aussi.
Je pense qu’il faut avant tout qu’il faut diversifier au maximum son alimentation, diminuer les calories avec l’âge, orienter selon ses symptômes cliniques (acné, eczéma, alopécie, peau sèche, arthrose, maladies cardio-vasculaires…) et pensez à demander à son médecin traitant une ampoule de Vitamine D tous les 6 mois… c’est déjà un vaste programme !

Existe-t-il des aliments qu’il faut éviter à tout prix et lesquels ?

Bien sûr ! Je dirai brutalement « tous les aliments industriels » !
Les acides gras saturés hypercaloriques et néfastes pour nos membranes cellulaires (graisse animale, beurre, mayonnaise), les aliments riches en oméga 6 (huile de tournesol ou huile végétale, aliments industriels, biscuiterie…) qui sont pro-inflammatoires, les sucres rapides qui favorisent l’insulino-résistance, et surtout, les aliments qui vous indisposent et qui pourraient être à l’origine d’intolérance alimentaire et de Leaky Gut Syndrom (intestin passoire par micro-inflammation chronique). Un simple bilan sanguin (non remboursé) peut vous aiguiller.

Alimentation, privilégiez les fruits et légumes de saison

Les saisons, mais aussi l’heure à laquelle nous mangeons sont-elles à prendre en compte ? Et si oui, pourquoi ?

Oui, les saisons restent importantes. Privilégiez les aliments de saison, diminuez l’apport calorique l’été, augmentez les apports vitaminiques à l’entrée de l’hiver (prévention infections virales) et de tryptophane (noix de cajou, amande, œuf, soja) à l’entrée de l’automne pour éviter la dépression saisonnière.
Le matin, mangez comme un roi, à midi comme un prince et le soir comme un pauvre nous dit le dicton… car le matin, nous brûlons et le soir, nous stockons !! Donc, lipide et sucre plutôt le matin (la sécrétion d’insuline est matinale), viande à midi (digestion lente) et poisson gras le soir (oméga 3 stocké).
De même, absorbez des aliments riches en tryptophane à 17h (meilleur pic d’absorption) et en magnésium le soir, pour un meilleur sommeil.
Dans tous les cas, mangez à heure fixe, pour réguler votre synthèse hormonale (insuline, leptine, sérotonine, dopamine, mélatonine…) et évitez de grignoter !

Une méthode de cuisson est-elle à privilégier ?

Effectivement, il faut apporter une attention particulière au mode de cuisson des aliments, puisqu’avec une chaleur sèche (à la poêle), les aliments se déshydratent et les vitamines s’altèrent ; si malgré tout vous voulez utiliser vos poêles de famille, optez pour de la margarine « spécial cuisson ». N’utilisez pas d’huile riche en oméga 3 (lin ou colza), ce qui dénaturerait les chaînes lipidiques, les rendant plus nocives que de simples acides gras saturés.
Vous l’aurez compris, pas de beurre non plus, car les graisses saturées réagissent moins bien. C’est le « beurre noisette » voire le « beurre noir », à éviter impérativement car très athérogène (favorise la formation de la plaque d’athérome dans les artères) ! La cuisine en cocotte-minute dénature aussi la teneur en vitamines des aliments, du fait d’une cuisson à haute pression.
L’idéal ? Soit une « cuisson à la vapeur » pour les légumes et les poissons, et une cuisson type « plancha », sur une poêle-grill ou une poêle à revêtement en pierre. Pour les poêles à revêtement en téflon, soyez vigilant… à la moindre rayure dans la poêle, optez pour la poubelle immédiatement, sous peine d’ingérer des molécules de téflon !

Vive les protéines végétales…

Les protéines végétales, c'est bon pour la santé
Les carences en fruits et légumes seraient dans le top 10 des causes de mortalité ©Pixabay

Que pensez-vous des régimes végétariens ?

Jusqu’au millénaire dernier, le végétarisme était avant tout un mode de pensée, un mode de vie où chacun choisissait de vivre comme il l’entendait. Avec l’avènement de la médecine anti-âge et de la micronutrition, mais également avec le changement de conscience de ce nouveau millénaire (concernant l’augmentation de l’espérance de vie, la biodiversité et la crise climatique), le végétarisme prend un nouvel essor.
En effet, les études montrent que consommer des protéines végétales plutôt qu’animales est un facteur de santé. La faible consommation de fruits et légumes est dans le top 10 des causes de mortalité ! Je pense que dans un avenir proche, compte tenu de l’émission carbone, du retentissement sur la santé et l’impact écologique, l’être humain va s’orienter sur les végétaux… et les insectes !
Pour les scientifiques, les protéines animales étant mieux absorbées et plus biodisponibles que les protéines végétales, il est intéressant d’en consommer, surtout pour les sportifs, pour la réparation musculaire. Bien évidemment, si l’on n’a pas d’appétence pour la viande, ne pas se forcer ! Il est reconnu que les viandes rouges favorisent, en excès, le cancer du côlon et les maladies cardio-vasculaires. Il ne faut donc pas en abuser (2 fois par semaine maximum pour la viande rouge, éviter les viandes grasses telles que le mouton et porc).
Bref, il faut savoir être modéré dans ce que nous faisons, aussi bien dans le sport que dans l’alimentation. N’oublions pas que c’est notre alimentation carnivore qui a fait évoluer l’Homme… mais en excès, elle pourrait être à l’origine de son extinction !

 Les protéines végétales sont donc l’avenir de l’Homme ?…

Oui, les protéines végétales peuvent répondre à elles seules aux besoins nutritionnels si une alimentation est variée (légumes, fruits, céréales, légumineuses…) et que les besoins énergétiques sont satisfaits, sans nécessiter d’apports protéiques complémentaires (en poudre, par exemple). Favoriser les aliments à fortes teneurs protéiques (entre 27,5-37,5g de protéine/1000 kCal) pour ne pas augmenter son apport calorique !
Parmi les céréales à recommander, seigle (44), avoine (43), riz sauvage (41), blé (37), boulgour (36), orge & quinoa (35), sorgho (33), et millet (29) ou parmi les légumineuses : soja (90), lentille (72), petit pois (67), graine de courge (45), amande (37).
Pensez aussi au fromage avec le gruyère (72), pour son apport protéique et calcique chez l’enfant ou la personne âgée !
A l’inverse, pomme de terre (23,5), carotte (24), riz (19,5) et fruits séchés (<13) ne sont pas une bonne source de protéine. Il faut veiller donc à augmenter ses apports protéiques si l’on supprime le lait de vache.
Afin de ne pas souffrir d’irritation intestinale, ne pas manger les légumes uniquement crus (crudivorisme) et faire un bilan d’intolérance alimentaire, notamment pour le gluten et les protéines de lait de vache, afin de ne pas aggraver une micro-inflammation intestinale.

Manger light le soir

Evitez de manger des sandwiches à l'heure du déjeuner !
Le sandwich, l’un des fléaux de la malbouffe en France ©DR

Faut-il manger bio ? Pourquoi ?

OUI, définitivement, et pour plusieurs raisons… L’utilisation bien entendu des insecticides, pesticides et autres antibiotiques qui font de nous peut-être des Etres Génétiquement Modifiés !
Les aliments les plus sensibles (qui se gorgent facilement de ces polluants ou qui les transmettent ou qui les stockent) sont les laitages, les graisses animales et les fruits et légumes. Peu de risques cependant pour les champignons, l’ananas, l’avocat, l’asperge et les patates douces.

Comment manger lorsque tous les jours, nous déjeunons à l’extérieur ? Et pour les personnes qui prennent régulièrement l’avion ?

C’est le grand problème de notre société… Nous n’accordons que peu d’intérêt à l’aliment, ou même de temps au petit-déjeuner, et pire encore au déjeuner, souvent jugé comme un simple apport calorique destiné à remplir son estomac. Le soir, c’est le moment familial, autour d’un bon repas… souvent trop copieux, alors qu’il faudrait exactement l’inverse !
Prenez simplement le temps de réfléchir à ce que vous ingérer le midi, en évitant les graisses cachées dans un premier temps : plats préparés, sandwichs pleins de beurre ou de mayonnaise, fritures (beignets / frites) mais aussi aux féculents en excès (pâte, pomme de terre, frite)… Optez toujours pour un plat léger au restaurant ou à une petite salade maison en Tupperware avec quelques tranches de viande blanche ou de truite/saumon, avec des légumes à volonté (pour mémoire : dans l’assiette, il doit y avoir plus de légumes que de féculents).
Pour les grands voyageurs, avec le décalage horaire, soit vous mangez à l’heure française si le voyage est de très courte durée (<48h), soit vous mangez à l’heure du pays dès votre arrivée, pour commencer à moduler les sécrétions hormonales…

Les règles pour avoir une belle peau

Avez-vous un régime particulier à conseiller à nos internautes, pour avoir une belle peau ?

Il faut principalement respecter les règles de base. A savoir pas d’exposition solaire (tache pigmentaire & couperose), surtout sans protection (crème SPF50, chapeau et parasol), pas d’alcool (couperose), pas de tabac (teint gris), pratiquez du sport régulièrement, hydratez votre peau quotidiennement, dormez bien, favoriser les aliments riches en oméga 3 (huiles de colza & lin), en acide linolénique (huile de bourrache), en caroténoïdes (tomates, légumes verts foncés, carottes, oranges), en zinc (huitres, produits laitiers, germes de blé, chocolat noir, foie de veau, farine de sésame et graines de courge) et en sélénium (3-4 noix du Brésil ou ½ douzaine d’huîtres).
Pour résumer, l’alimentation est un facteur majeur dans la conservation de sa beauté et de sa santé. Il faut se poser à chaque coup de fourchette les questions les plus simples: Qu’est ce que j’ingère ? Quelle est sa provenance ? Est-ce bon pour ma santé ? Et ne pas hésiter à changer ses habitudes alimentaires.
Comme disait Hippocrate, « l’aliment sera ton médicament » ; il nous aura fallu 2 500ans pour le prouver… Les anciens ont toujours raison finalement…
Retrouvez la liste de tous les médecins spécialisés en médecine morphologique et anti-âge sur www.conseil-national.medecin.fr/

A SAVOIR

Tous les individus ne sont pas égaux en matière d’apports nutritionnels. En fonction du sexe, de l’âge, de sa corpulence, de son activité professionnel ou physique, l’homme doit adapter ses pratiques alimentaires. Idem pour les femmes enceintes qui doivent s’astreindre à manger équilibré et à beaucoup hydrater leur corps pour le leur santé et celui de leur bébé.

Chargement des commentaires facebook ...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here