palais justice coronavirus lyon
Le palais de Justice de lyon sera illuminé chaque soir pour rendre hommage au dévouement du personnel soignant ©P.Auclair

La fin du confinement lié à l’épidémie de coronavirus n’est pas pour demain. Ni après-demain… Une “info” confirmée ce jour par le Premier Ministre, Edouard Philippe. Les dernières informations à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes.

Pas de déconfinement général lié au coronavirus dans les semaines à venir ? “Probable”. Même s’il y a mis les formes, le Premier Ministre, Edouard Philippe, auditionné ce mercredi 1er avril par la mission d’information parlementaire, n’a fait qu’enfoncer des portes entre-ouvertes. En effet, comment imaginer que la France retrouve du jour au lendemain, d’un simple claquement de doigt, son rythme d’avant-guerre ? Comment croire que le virus qui ravage la terre entière va stopper sa progression endémique ? La période de “décontamination” sera longue, très longue, sans doute jusqu’en septembre. Peut-être bien au-delà. Tout l’enjeu résidera, à l’avenir, à obtenir une traçabilité de la maladie. Pour cela, la France aura besoin d’un dépistage massif et fiable. Or, dans ce domaine, notre pays n’est pas en avance d’une guerre. Bien au contraire.

Partant de ce constat, il est donc “probable” que les mesures de déconfinement soient assouplies de manière progressive. Par tranche d’âges. Par secteurs socio-professionnels. Par zones géographiques. Tous les scénarios sont envisageables… et envisagées.

 

Plus de 4 000 décès en France

En attendant, pendant que nos politiques prennent le temps de la réflexion, le combat fait rage comme jamais sur le front de l’épidémie. Dans les hôpitaux du Grand Est et d’Ile-de-France, la détermination et l’abnégation du personnel soignant ne faiblit pas malgré la surcharge de travail et les risques de saturation.

Ce soir, le dernier bilan de Santé Publique France fait état de 509 nouveaux décès en milieu hospitalier en 24 heures. Un nouveau et triste record qui porte à 4 032 le nombre de victimes depuis le début de l’épidémie de coronavirus en France.

 

Lyon et Auvergne-Rhône-Alpes entre espoir et crainte

A Lyon et dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes, les “digues” mises en place dans les structures hospitalières ont permis, pour l’instant, de résister à la vague du coronavirus. Hier, le professeur Lina, expert en virologie et membre du conseil scientifique, entrevoyait du bout des lèvres des signes “rassurants” sur l’évolution du virus dans la région.

Aujourd’hui, même si l’espoir grandit, la triste réalité des chiffres est venue rappeler que la bataille était loin d’être gagnée. Ainsi, le dernier bilan publié par l’Agence Régionale de Santé dénombre 349 décès en milieu hospitalier en Auvergne-Rhône-Alpes. Soit 54 de plus que la veille.

Un chiffre qui ne tient pas compte des victimes du coronavirus dans les Ehpad et les maisons de retraite de la région. Par ailleurs, 2 635 patients sont actuellement traités pour une contamination au Covid-19 dans les hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes. Le quart de ces patients sont en réanimation/soins intensifs.

Voici les autres informations à retenir ce mercredi 1er avril sur les conséquences du coronavirus à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Le Rhônexpress déraille

coronavirus rhonexpress
Des nouvelles pour les usagers du Rhonexpress ©DR

Dans le cadre de l’épisode actuel de pandémie au COVID-19, Rhônexpress va s’adapter à la situation avec une nouvelle offre.  À partir de ce mercredi 1er avril et jusqu’à nouvel ordre, le service express par voie ferrée Rhônexpress est suspendu. Rhônexpress met en place une offre de substitution par taxi, afin d’assurer la continuité de déplacement entre Lyon Part-Dieu et l’aéroport Lyon-Saint Exupéry, de 06h00 à 21h00.

Ce nouveau service bénéficie à tous les usagers détenteurs d’un titre valide Rhônexpress ainsi qu’aux salariés de la plateforme aéroportuaire, à jour de leur abonnement. Si vous devez vous rendre à l’aéroport, une fois arrivé à une station Rhônexpress, appelez au 04 72 69 02 87 pour réserver votre déplacement. La prise en charge de l’appel sera réalisée par un agent de Rhônexpress qui vous mettra entre en contact avec l’une des centrales taxi partenaire de Rhônexpress.

 

Gibaud tombe les masques

L’entreprise régionale Gibaud, spécialisée dans la confection de textiles de soin, se mobilise pour répondre à l’urgence sanitaire autour du Covid-19. Le groupe stéphanois a répondu à l’appel solidaire de la société Boldoduc (Rhône), spécialiste du textile à usage technique.

A partir de tissus fournis par Boldoduc, six couturières consacrent leur activité dans l’atelier stéphanois de Gibaud à la production de masques de protection réutilisables et homologués par la Direction Générale de l’armement (DGA).

Destinés à la protection des professionnels dont l’activité impose d’être au contact du public, ces masques sont notamment distribués aux pharmaciens, opérateurs de caisse, personnels de nettoyage et livreurs. Ils permettent de réserver les masques protecteurs FFP2 aux personnels soignants, tout en apportant protection aux autres professionnels en première ligne.

Lancée en début de semaine, la production se poursuivra jusqu’à la fin du confinement au coronavirus. En plus de s’associer à une action solidaire, cette activité permet à Gibaud de maintenir des postes de couturière dans son atelier de Saint-Etienne. L’entreprise stéphanoise participe ainsi au plan de continuité de l’activité.

 

Des lumières pour le personnel soignant

A l’instar de la Tour Eiffel à Paris, la Ville de Lyon va apporter un soutien moral aux personnes soignants en éclairant le palais de justice et la tour “crayon” de la Part-Dieu. Cette mise en lumière sera effective chaque soir, par boucles de 10 minutes, entre 21 et 22 heures. Rappel pour les étourdis. Il ne s’agit pas des essais des prochaines illuminations du 8 décembre. Inutile, donc, de vous déplacer. Les mesures de confinement strictes édictées par le gouvernement s’appliquent toujours, de jour comme de nuit. Bref, RESTEZ CHEZ VOUS !!

 

L’épidémie avance, la pollution recule

coronavirus pollution lyon
Le coronavirus a fait baisser la pollution en ville ©P.A.

Le confinement imposé par l’épidémie de coronavirus aura au moins un effet positif. La pollution est en effet en net recul à Lyon comme dans tout Auvergne-Rhône-Alpes. Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l’observatoire régional de la surveillance de la qualité de l’air, a évalué l’impact de ces premières journées de confinement.

Sans surpris, l’organisme relève une très nette diminution des concentrations d’oxydes d’azote, principalement émis par les transports. “Cette baisse s’amplifie depuis le début des mesures de confinement et peut atteindre certains jours -70 % en milieu urbain”, notent les experts d’atmosphère Auvergne-Rhône-Alpes. 

Pour ces derniers, de telles données démontrent l’efficacité potentielle des mesures de restriction de circulation si elles étaient assidument suivies par la population”. Les mesures de confinement ont notamment conduit à une diminution importante du trafic routier et à une baisse significative des émissions liées aux activités économiques. Toutefois, cette amélioration ne concerne pas les particules dont la source d’émission principale est le chauffage.

 

A SAVOIR

Depuis le 17 mars, les forces de l’ordre ont réalisé près de 6 millions de contrôles et dressé quelques 359 000 procès-verbaux pour non-respect des mesures de confinement. Bref, un bon conseil, si vous sortez prendre l’air (à moins d’un kilomètre de votre domicile et moins d’une heure), n’oubliez pas de vous munir de votre attestation dérogatoire de déplacement dûment datée, signée, précisant votre heure exacte de sortie de domicile. Vous économiseREZ 135 euros. Merci quI ??

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here