report sirha lyon coronavirus
Les plus grands chefs du monde devront reporter leur venue à Lyon en raison du coronavirus ©DR

Le coronavirus aura eu la peau de la Foire de Lyon 2020. Ce grand événement populaire n’aura pas lieu en raison de l’épidémie de Covid-19. Le Sirha, lui, est reporté de janvier à juin 2021. Deux victimes collatérales des nouvelles mesures de restriction dans le Rhône. Jauge réduite à 1 000 personnes pour les événements publics, port du masque généralisé dans dix autres communes de la banlieue de Lyon, limitation des visites dans les Ehpad… Le préfet du Rhône a annoncé un nouveau « tour de vis » pour lutter contre la circulation du virus à Lyon et dans le département du Rhône.

Covid foire de lyon annulée
En raison de la reprise de l’épidémie de Covid, la Foire de Lyon est officiellement annulée ©DR

Depuis ce matin, les nouvelles prises pour enrayer l’épidémie de coronavirus à Lyon et dans le Rhône sont entrées en vigueur. Hier, Pascal Mailhos, le préfet du Rhône, a notamment annoncé que la jauge était abaissée de 5 000 à 1 000 personnes pour tous les événements publics.

Une annonce qui sonne le glas de nombreuses manifestations et salons “incompatibles avec le renforcement des mesures“. Principale victime, la Foire de Lyon, prévue à partir du 8 octobre, à Eurexpo. “La tenue de la Foire de Lyon ne me paraît pas compatible avec la situation sanitaire actuelle“, a estimé le représentant de l’Etat.

Une annulation très mal vécue par les équipes de GL Events. “On avait pourtant pris toutes les mesures pour que cet événement puisse se passer dans la sécurité la plus grande, tant pour les visiteurs que pour les exposants et nos équipes”, a regretté la directrice de la Foire de Lyon, Véronique Szkudlarek, “sidérée et abasourdie” par cette annonce.

 

Le Sirha en sursis jusqu’au printemps

Autre coup dur pour le groupe GL Events, le Sirha, prévu à l’origine en janvier 2021 est reporté à la fin du printemps. Le plus grand salon mondial de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation, est désormais programmé du 29 mai au 2 juin à Lyon-Eurexpo. Sous réserve, évidemment, que l’épidémie de coronavirus baisse en intensité.

Par ailleurs, tous les autres grands salons professionnels (Préventica, Pollutec…) sont aussi reportés ou annulés. Une grande incertitude subsiste sur le salon Equita, programmé du 28 octobre au 1er novembre.

De même, “les événements rassemblant plus de 10 personnes sur la voie publique doivent faire l’objet d’une déclaration en préfecture en présentant un protocole sanitaire prévu”, a rappelé le préfet du Rhône.

Toutefois, certains salons dont la jauge est inférieure à 1 000 personnes sont maintenus. C’est le cas, par exemple, du Salon du Vintage dont les organisateurs ont confirmé la tenue le week-end prochain. Idem pour Natexpo qui a pu se tenir en ce début de semaine.

 

Port du masque obligatoire à Lyon, à Villeurbanne et dans dix autres communes de la Métropole

Autre point essentiel à retenir, le port du masque 24h/24 dans l’espace public. Il est logiquement maintenu sur les communes de Lyon et de Villeurbanne. Mais cette mesure – confirmée par une ordonnance du Conseil d’Etat – va aussi s’appliquer de 6 heures à 2 heures du matin dans dix autres communes de la Métropole de Lyon.

Des villes de plus de 10 000 habitants présentant un taux d’incidence supérieur à 100 et un taux de positivité supérieur à 8%. Il s’agit de Bron, Caluire, Décines-Charpieu, Ecully, Saint-Fons, Saint-Genis-Laval, Tassin-la-Demi-Lune, Vaulx-en-Velin, Vénissieux et Villefranche-sur-Saône.

Par ailleurs, dans toutes les autres communes du département du Rhône, l’obligation du port du masque reste en vigueur aux abords des établissements scolaires, d’enseignement supérieur et des stations de transports en commun. A l’avenir, cette obligation sera étendue aux abords des salles de sport, des salles de spectacle et des parkings des centres commerciaux.

 

Bars et restaurants resteront ouverts !

Lyon Covid contrôle police
Des contrôle de police renforcés sont prévus pour freiner l’épidémie de coronavirus à Lyon ©P.Auclair

Concernant les lieux recevant du public, notamment les bars et les restaurants, le préfet s’est voulu plus compréhensif face à la situation économique de nombre d’entre eux. Aucune fermeture prématurée n’a été instaurée. “Je fais confiance au civisme et au sens des responsabilités des professionnels du secteur“, a confié le préfet.

Ce dernier a rappelé les consignes à appliquer dans les établissements concernés. Distanciation physique et port du masque obligatoires pour tout déplacement, un mètre de distance entre chaque table, 10 personnes maximum par table, interdiction du service au bar, interdiction pour les clients de danser ou de consommer debout.

Par ailleurs, le représentant de l’Etat a précisé que la jauge de dix personnes maximum par table restait en vigueur. “Nous ne sommes plus dans la pédagogie mais dans la sanction“, a-t-il insisté. Et de brandir la menace de fermetures administratives si les mesures barrières et les gestes sanitaires n’étaient pas respectés !

Quant à la vente d’alcool et la consommation d’alcool sur la voie publique, elles sont interdites dans l’ensemble du département du Rhône entre 20 heures et 6 heures du matin.

 

Le “Plan Blanc” bientôt déclenché à Lyon ?

Concernant la situation – inquiétante – dans les Ehpad et autres établissements pour personnes âgées, des mesures plus contraignantes vont entrer en vigueur. Parmi elles, la limitation à deux visites par semaine et par résident, ainsi qu’un test de dépistage préalable à toute visite obligatoire. “Des tests de dépistage préventifs seront obligatoires pour tous les nouveaux personnels des établissements d’EHPAD, comme pour les personnels de retour de congés.”, a précisé Pascal Mailhos.

Enfin, face à  la dégradation rapide de la situation sanitaire, le directeur général de l’Agence Régionale de Santé a indiqué que le déclenchement du “Plan Blanc” était fortement envisagé. Il serait même imminent selon certaines rumeurs dans les couloirs des Hospices Civils de Lyon. Ce plan est déjà réactivé dans plusieurs régions. Il permet notamment d’ouvrir des lits supplémentaires en fonction du contexte sanitaire (en réanimation en particulier) et de mobiliser du personnel en renfort.

 

Covid à Lyon : éviter un reconfinement à tout prix

Reste la question du suivi des cas contacts et des opérations de dépistage. Dans ce domaine, le préfet a annoncé l’ouverture de trois centres Covid supplémentaires à Lyon, Villeurbanne et Vaulx-en-Velin. “Une priorisation d’accueil sera mise en place pour les personnes disposant d’une prescription médicale, les cas symptomatiques, les cas contact à risque, les personnels de santé“, a insisté le représentant de l’Etat.

En guise de conclusion, ce dernier a expliqué son souci de diffuser un discours “de détermination, de vigilance et de confiance“. Selon Pascal Mailhos, cette ribambelle de mesures a été conçue pour ” ralentir la propagation de l’épidémie en entravant le moins possible les activités”.

On saura, dans quelques semaines, si ce nouveau tour de vis aura été suffisant pour endiguer la progression du virus. Dans le cas contraire, le préfet du Rhône n’exclut pas un reconfinement collectif dont les contours restent à définir…

 

 

A SAVOIR

Le Rhône figure avec les Bouches-du-Rhône parmi les départements français où le taux d’incidence du coronavirus est le plus élevé. Dans le dernier bilan épidémiologique de Santé Publique France, ce taux d’incidence atteint 182 cas pour 100 000 habitants (contre 8/100 000 en juillet dernier !). Il dépasse même les 213 cas/100 000 habitants sur la ville de Lyon et culmine à 242 cas/100 000 à Villeurbanne. Autre chiffre éloquent, la semaine dernière, 8% des tests réalisés dans le Rhône se sont révélés positifs. On atteint même plus de 10% à Lyon et 11,3% à Villeurbanne. Selon le dernier bilan de l’Agence Régionale de Santé, 330 personnes sont aujourd’hui hospitalisées dans le Rhône en raison du coronavirus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here