En raison du coronavirus, fermeture des cabinets dentaires
L'épidémie de coronavirus a contraint les cabinets dentaires à fermer pour ne gérer que les urgences à distance ©Pexels

En raison de l’épidémie de coronavirus, une consigne de fermeture de tous les cabinets dentaires a été donnée aux chirurgiens-dentistes. Seules les urgences dentaires seront désormais assurées par une cellule de crise en lien avec l’URPS CD ARA. En cas d’urgence, contactez votre chirurgien-dentiste habituel qui vous orientera. Explications.

C’est une conséquence collatérale de l’épidémie de coronavirus qui sévit depuis plusieurs semaines. Tous les cabinets dentaires de la Métropole de Lyon et d’Auvergne-Rhône-Alpes sont désormais fermés. Une décision prise par le Conseil National de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes. Décision radicale relayée dans la région par l’URPS Chirurgiens-Dentistes Auvergne-Rhône-Alpes.

Dans un communiqué, le Conseil National de l’Ordre justifie cette décision drastique par “la progression rapide de l’épidémie de coronavirus”. Malgré les risques liés à cette épidémie et la pénurie de masques, de nombreux cabinets dentaires d’Auvergne-Rhône-Alpes étaient restés ouvert, jusqu’en fin de semaine dernière, pour gérer les urgences.

 

Une seule priorité, les urgences dentaires

Coronavirus, Eric Lenfant (URPS Chirurgiens-Dentistes Auvergne-Rhône-Alpes)
Le docteur Eric Lenfant, président de l’URPS CD ARA ©FCI

Conséquence de cette fermeture systématique des cabinets dentaires, toutes les interventions liées à des soins de confort, esthétiques ou prothétiques sont reportées sine die. Seules les urgences dentaires réelles et sérieuses (douleurs dentaires, abcès, traumatisme, hémorragie…) sont désormais prises en compte.

Pour appliquer cette directive nationale, la direction de l’URPS Chirurgiens-Dentistes Auvergne-Rhône-Alpes a fait preuve de réactivité et de pragmatisme. Un dispositif spécial et inédit est ainsi entré en vigueur le lundi matin 23 mars.

Concrètement, chaque chirurgien-dentiste se doit d’assurer une permanence téléphonique et d’évaluer le degré d’urgence de son patient. Si cette urgence dentaire est avérée et qu’un geste technique est nécessaire, il orientera alors son patient vers une régulation départementale. Un processus de régulation orchestré par chaque Conseil Départemental.

 

Des dentistes d’astreinte en cas d’urgence

Cette cellule de crise prendra connaissance du motif de l’appel. S’il est justifié, seul le régulateur sera habilité à orienter le patient vers la structure appropriée la plus poche. Elle pourra être publique (centre hospitalier ou faculté d’odontologie) ou privée (cabinets dentaires d’astreinte.

Avec ce protocole strict, l’URPS CD ARA espère éviter un engorgement des cabinets d’astreinte. L’union Régionale souhaite aussi préserver la sécurité sanitaire des chirurgiens-dentistes, de leur personnel soignant et de leur patientèle.

« Certes, les cabinets dentaires sont désormais fermés mais ils sont toujours actifs pour gérer à distance les urgences de leurs patients », résume le docteur Eric Lenfant, président de l’URPS Chirurgiens-Dentistes Auvergne-Rhône-Alpes.

 

A SAVOIR

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, en janvier 2020, l’URPS Chirurgiens-Dentistes Auvergne Rhône-Alpes a été en première ligne pour mener le combat contre le Covid-19. D’abord lanceur d’alerte et force de proposition auprès du ministère de la Santé, l’union régionale CD ARA a notamment mis en garde très tôt face au risque de pénurie de masques du fait de l’aggravation prévisible de l’épidémie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here