coronavirus, comment parler du Covid-19 aux enfants ?
Le coronavirus et les peurs liées à l'épidémie exigent de trouver les bons mots pour rassurer les enfants ©Didesign021

Maman, est-ce que c’est grave le coronavirus ? Papa, pourquoi je ne peux plus aller à l’école ? Est-ce que le virus va tous nous faire mourir ? Autant de questions que posent les enfants depuis le début du confinement lié à l’épidémie de Covid-19. Quelles sont les bonnes réponses à apporter à vos enfants ? Les conseils de Marie Costa, coach familial en ligne à Lyon, consultante régulière de Ma Santé.

Le coronavirus doit-il être évoqué différemment en fonction de l’âge de l’enfant ?

Avant 2 ans, parler du coronavirus et de l’épidémie de Covid-19 n’a pas de signification. En fait, vous pouvez expliquer simplement que l’on prend plus de temps en famille. Ou alors, qu’il ou elle retournera à la crèche un peu plus tard. Que l’on profite de moments avec les parents à la maison.

Plus tard, entre 3 et 7 ans, l’enfant se rend compte que la situation est exceptionnelle. Que son quotidien est bouleversé. Qu’il ne va plus à l’école et que ses parents sont inquiets. Il  a déjà entendu parler du virus et vu des personnes portant des masques. Il peut s’inquiéter et ne pas oser en parler.

En fait, l’enfant a besoin d’explications rassurantes : « Oui, le monsieur porte un masque parce qu’il ne veut pas être malade ».

Enfin, entre 8 ans à 15 ans, vous pouvez aborder ensemble certaines questions : « Qu’est-ce qu’un virus ? » ; « Pourquoi l’appelle-t-on le coronavirus, le Covid-19 ? » ; « D’où vient-il ? » ; « Comment se propage-t-il ?» ; « Pourquoi est-il dangereux ? » ; « Pourquoi rester chez soi ? » ; « Qu’est-ce qu’une épidémie ou une pandémie ».

Vous pouvez l’aider à traiter les informations et à prendre de la distance vis à vis des fausses images véhiculées sur les réseaux sociaux.

En résumé, à chaque âge, rassurez votre enfant en lui précisant que toute la famille respecte les consignes et les gestes barrières pour ne pas être malade.

S’il pose des questions sur la mort, précisez que les enfants sont moins touchés par la maladie. Que de très nombreuses personnes en guérissent.

 

Les enfants sont-il plus sensibles à cette actualité dramatique que les adultes ?

apprendre aux enfants à se protéger du coronavirus avec un masque ©CCO
L’enfant doit comprendre l’intérêt de porter un masque

En fait, l’enfant n’exprime pas ses inquiétudes de la même manière qu’un adulte. L’adulte s’informe, téléphone à ses amis, trouve des solutions pour gérer au mieux le quotidien.

Alors que l’enfant, lui, vit le moment présent sans pouvoir mettre des mots sur ce qu’il ressent. Il n’a pas toujours le vocabulaire et la capacité d’expliquer son exaspération, ses peurs, son manque de mouvement ou de liberté.

Donc, il va avoir tendance à intérioriser ces effets et manifester sa détresse par des comportements d’opposition, de retrait ou de colère. Il peut dire qu’il s’ennuie. Rester constamment collé à son parent. Faire des cauchemars. Cesser de jouer. Se chamailler avec ses frères et sœurs… Il peut être triste, agressif ou en colère « sans raison apparente ».

 

Comment aborder le sujet de l’épidémie de coronavirus ? Existe-t-il des outils spécifiques ?

 Dans un premier temps : observez et écoutez.

  • Pour aborder le sujet, observez en premier lieu les émotions de votre enfant : que ressent-il ? Interrogez-le : « Es-tu triste ? Inquiet ? Indiférent ? Enervé ? En colère ? »
  • Avec les plus jeunes, n’hésitez pas à utiliser le dessin pour connaître leurs représentations et leurs peurs. Vous pouvez lui demander de dessiner le virus par exemple.
  • Avant de donner des explications, demandez à votre enfant ce qu’il a déjà compris sur le sujet. Ecoutez-le et répondez sans devancer ses interrogations. En ne répondant qu’à ses préoccupations, vous évitez de l’alarmer sur d’autres points.

 

Dans un deuxième temps : expliquez et informez sans dramatiser

On a toujours peur de ce que l’on ne connaît pas. C’est pour cette raison que vous pouvez montrer des vidéos, lire des articles ou des bandes-dessinées pour donner des informations aux enfants.

Voici quelques sites pour vous aider :

Vous pouvez découvrir les histoires du Coco Virus

Les playmobil vous expliquent aussi le coronavirus

Vous avez un dossier spécial sur le coronavirus dans 1 jour 1 actu.

 

Dans un troisième temps : rassurez et protégez

En tant que parent, vous connaissez votre enfant, vous pouvez filtrer l’information donnée par les médias et la retranscrire sans la dramatiser. Donc, il vaut mieux éviter de les laisser devant les chaines d’information en continu. Inutile de leur faire écouter des discours parfois stressants ou alarmants qui risquent de créer un sentiment d’insécurité, des angoisses.

Bref, l’enfant a besoin d’être rassuré : « Oui, c’est une maladie qui inquiète, mais nous respectons toutes les mesures pour ne pas être infecté: nous ne sortons pas, nous nous lavons les mains, et nous toussons bien au creux de notre coude. Si nous devons vraiment sortir, nous portons un masque. Nous restons à la maison par mesure préventive et nous sommes là pour veiller sur toi ».

 

Apprendre à votre enfant à se protéger du coronavirus

Différentes vidéos montrent aussi aux  jeunes enfants comment se protéger et se laver les mains de manière efficace.

Faites l’expérience avec des paillettes pour comprendre la propagation des virus :

En participant à l’action de prévention, vous réduirez chez l’enfant ce sentiment d’impuissance. Vous lui permettrez de reprendre une certaine maîtrise de la situation.

Maintenez un rythme de vie, une routine alternant des moments de travail, d’exercices physiques, de jeux, de rire… Un enfant occupé est aussi un enfant rassuré.

Profitez de ce confinement pour partager avec lui vos passions, vos souvenirs, mais également les tâches quotidiennes de la maison. Cuisiner, repasser, nettoyer, ranger, bricoler, jardiner… peuvent être aussi des moments d’échanges, de partage et de rigolade. A vous de ré-enchanter le quotidien.

En résumé, il est important d’évoquer le sujet sans tomber dans la psychose. Prenez votre enfant dans vos bras. Installez une petite cabane dans sa chambre pour qu’il se rassure et  puisse trouver un refuge intérieur dans un mini confinement apaisant. Et prenez le temps de papoter avec votre ado autour d’un chocolat chaud.

 

A SAVOIR

Marie Costa est coach parental certifié installée à Lyon. Consultante régulière pour Ma Santé, elle a déjà publié un livre : 100 idées pour éviter les punitions (éditions Tom Pousse). Elle fera paraître en juin un deuxième ouvrage aux éditions Larousse pour aider les enfants à faire leur entrée à l’école maternelle en travaillant sur l’autonomie, la motricité, la socialisation, la séparation avec les parents et la propreté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here