Pour la deuxième année consécutive, depuis le 6 octobre 2018 et jusqu'au 31 janvier 2019, les pharmaciens de la région Auvergne-Rhône-Alpes peuvent vacciner contre la grippe. Une vraie réussite selon Olivier Rozaire, président de l’URPS (Union Régional des Professionnels de Santé) Pharmaciens AuRA. Conséquence, cette expérimentation sera bientôt étendue à l‘ensemble du territoire français.

 

Les pharmaciens peuvent désormais vacciner contre la grippe en Auvergne-Rhône-Alpes
Le vaccin antigrippal est recommandé pour toutes les personnes à risques, notamment les seniors ©DR

 

Quel bilan peut-on tirer de la première année d’expérimentation de la vaccination antigrippale en officine ?

La vaccination contre la grippe expérimentée dans les officines est un vrai succès, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes. Nous sommes en effet la seule région où la couverture vaccinale contre la grippe a progressé l’an dernier. Une hausse significative alors qu’en France, le taux de couverture des personnes à risque est tombé sous les 48%. Ce succès a incité le ministère à généraliser la vaccination antigrippale en officine à partir de l’automne 2019 pour les personnes les plus exposées aux risques de complications graves en cas de grippe, en premier lieu les personnes âgées de plus de 65 ans ou atteintes de certaines maladies chroniques.

 

 

Vaccin antigrippal, un enjeu de société

Olivier Rozaire a milité activement pour avoir l'autorisation de vacciner en pharmacies
Olivier Rozaire, président URPS Pharmaciens AuRA ©DR

Quels sont les changements lors de la campagne 2018-2019 par rapport à la première année d’expérimentation ?

D’une part, la population éligible est beaucoup plus large. Cette fois, les primo-vaccinants, les femmes enceintes, les immuno-déprimés et les personnes souffrant de troubles de la coagulation, peuvent aussi bénéficier de cette expérimentation. Notre cible a donc plus que doublé.

En d’autres termes, toutes les personnes majeures éligibles à la vaccination, qu’elles aient ou non déjà été vaccinées précédemment, peuvent venir retirer leur vaccin en officine sur présentation de leur bon de prise en charge et se faire vacciner par leur pharmacien.

Seules les personnes présentant des réactions allergiques sévères à l’ovalbumine ou à une vaccination antérieure sont exclues de ce dispositif. A noter aussi que la prescription médicale du médecin reste nécessaire pour les patients de moins de 18 ans.

 

A terme, les pharmaciens pourront-il inoculer d’autres vaccins que celui de la grippe ?

C’est souhaitable, afin de poursuivre l’objectif d’amélioration de la couverture vaccinale par simplification du parcours. Je pense notamment de tous les rappels à l’âge adulte. Une vraie problématique puisqu’en France, seulement 30% des 25/50 ans présentent un calendrier vaccinal complet.

 

Pour savoir si la pharmacie de votre commune ou de quartier vaccine contre la grippe, cliquez ici

 

A SAVOIR

Outre Auvergne-Rhône-Alpes et la Nouvelle Aquitaine, l’expérimentation est étendue cette année à deux autres régions françaises : Hauts-de-France et Occitanie. L’hiver dernier, environ 55% des officines de la région étaient formées à la vaccination. Cette année, près de 80% des pharmacies – toutes volontaires – sont autorisées à vacciner contre la grippe, après accord de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Chaque pharmacie perçoit 100 € de dédommagement ainsi qu’une rémunération comprise entre 4€50 et 6,30€ par personne vaccinée.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.