Devenir la première région thermale en France. Tel est l’objectif d’Auvergne-Rhône-Alpes qui s’est donné les moyens de ses ambitions. 23 millions d'euros vont ainsi être investis par la Région dans la modernisation des stations thermales d'ici à 2020.

Rhône-Alpes-Auvergne ambitionne de devenir la première région thermale française.©S.Kempinaire
Rhône-Alpes-Auvergne ambitionne de devenir la première région thermale française. ©S.Kempinaire

Le thermalisme, dopé par une incontestable cure de jouvence, est en ébullition. Les adeptes du bien-être s’invitant plus que jamais dans le grand bain aux côtés des curistes traditionnels, la filière se débarrasse peu à peu de son image poussiéreuse et ne cesse de séduire de nouveaux publics.

Selon Claude-Eugène Bouvier, délégué général du Conseil national des établissements thermaux, « l’activité thermale a augmenté de 20% en dix ans », cures médicalisées et ‘’pauses’’ détentes confondues.

Une embellie que la région Auvergne Rhône-Alpes, reléguée au troisième rang national derrière l’Occitanie et la Nouvelle Aquitaine, est bien déterminée à accompagner. « Notre objectif est d’atteindre la deuxième, voire la première place d’ici 2020, grâce au plan d’actions thermal lancé en 2017 et qui se traduira par l’investissement de 23 millions d’euros et la création de 2000 emplois », confirme Nicolas Daragon, son vice-président au tourisme et au thermalisme.

Plan thermal : les chantiers sont lancés

Avec des fédérations dynamiques (Rhône-Alpes Thermal et Thermauvergne), vingt-quatre stations et quelques locomotives nommées Vichy, Evian, Brides ou Aix-les-Bains, la région peut appuyer ces ambitions sur un savoir-faire historique, et sur sa capacité à s’adapter à de nouvelles pratiques thermales de plus en plus tournées vers le mieux-être, et non plus sur les seuls soins médicaux.

Mais elle doit également faire face au vieillissement de ses équipements. Sur les dix-huit candidatures déposées à la région, quinze projets d’investissement ont ainsi été retenus dans le cadre du plan thermal. Douze seront financés d’ici 2020, et certains, à l’image de la création du nouvel espace bien-être de Vals-les-Bains (Ardèche) ou de la rénovation du Grand Spa Thermal de Brides-les-Bains, sont déjà en chantier. Lors du dernier salon lyonnais des Thermalies, début mars, Nicolas Daragon a même précisé que « quatre à cinq réalisations seraient inaugurées d’ici dix-huit mois ».

 

A SAVOIR
La région Auvergne Rhône-Alpes regroupe 24 stations thermales qui accueillent 130 000 curistes par an, générant 18 000 emplois directs ou indirects. A noter que le nombre de cures médicalisées est en progression constante. Dix des douze départements d’Auvergne Rhône-Alpes proposent des soins thermaux, les principales stations se situant sur les départements du Puy-de-Dôme, de Savoie et de Haute-Savoie.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.