L’acné est-elle favorisée par le chocolat ou l’alcool ? Le soleil est-il conseillé pour les peaux grasses ? Le docteur Jean-Charles Alfonsi, médecin dermatologue, explique pourquoi certaines personnes sont sujettes à l’acné.

 

Jean-Charles Alfonsi, spécialiste lyonnais en dermatologie
Le docteur Jean-Charles Alfonsi, médecin esthétique et dermatologue à Lyon

Qu’est-ce qui favorise l’acné ?

L’apparition des hormones masculines au moment de la puberté, c’est à dire entre 12 et 14 ans, voir un peu plus tard. Ces hormones masculines ont tendance à développer la glande sébacée. Cela se traduit dans un premier temps par une peau grasse qui s’accompagne par l’apparition de petites lésions générant des papules ou des pustules.

Il s’agit de l’acné juvénile. Mais les adultes ont aussi des boutons…

Il ne faut pas confondre l’acné vulgaire avec la rosacée. Il existe aussi des acnés médicamenteuses favorisées par la prise de médicaments comme la cortisone et des dérivées halogénés (chlore, iode, brome, fluor….). Cela dit, l’acné vulgaire juvénile commence vers 12 ans et, dans 99% des cas, disparaît à l’âge de 20 à 25 ans. Seul 1,5% de la population souffre encore d’acné au-delà. Dans ce cas, il faut envisager des traitements spécifiques pour réguler la sécrétion d’hormones.

Existe-t-il une acné masculine et une acné féminine ?

Pas du tout. Les causes et les conséquences sont identiques. La différence, c’est qu’une femme peut réduire son incidence avec la prise de la pilule, alors que l’homme doit se contenter de produits traitants spécifiques.

 

Acné, attention au soleil !

Le soleil est-il vraiment un « faux ami » pour l’acné ?

Oui. Dans un premier temps, l’exposition au soleil va sécher vos boutons mais cela épaissit considérablement la couche cornée à la surface de la peau. Voilà pourquoi deux ou trois mois après cette exposition, on voit apparaître une acné rétentionnelle au niveau du visage, notamment sur le front. Il suffit de bien se protéger et de faire des gommages réguliers, une à deux fois par semaine, pour réduire ces effets néfastes.

L’alcool, la charcuterie et le chocolat favorisent-ils l’acné ?

Pas du tout ! Il faut combattre certaines idées reçues. En fait, tous les excès peuvent favoriser l’acné. C’est surtout le sentiment de culpabilité qui va l’augmenter. Boire un verre de vin, manger quelques tranches de saucisson ou deux carrés de chocolat n’a jamais fait de mal à la santé. En revanche, il faut éviter de boire une bouteille ou d’ingurgiter une tablette entière… Bref, les régimes ne sont pas préconisés pour réduire l’acné. Idem, l’excès d’hygiène est un facteur aggravant.

 

Acné et hygiène corporelle

A l’inverse, qu’est-ce qui permet de réduire l’acné ?

Une hygiène correcte, sans excès, avec une toilette quotidienne du visage à base de produits nettoyants peu agressifs. Cette toilette matinale peut être associée à l’emploi de crèmes dites kératolytiques. Ces crèmes vont ôter les cellules mortes à la surface de la peau. De tels traitements locaux, légèrement irritants, vont permettre de vider la glande sébacée de ses impuretés. On peut aussi employer des crèmes antibiotiques à petite dose, sachant que ces produits vont traiter les poussées d’acné mais pas la cause de l’acné.

 

A savoir

Selon l’Inserm, 80 à 90 % des adolescents sont concernés par l’acné, mais ces lésions de la peau touchent aussi les adultes. Un questionnaire administré à 3 394 patientes âgées de 25 à 40 ans a notamment démontré que la crise d’acné chez la femme est associée dans 78% des cas au syndrome prémenstruel et dans 50 % des cas au stress. Deux femmes sur cinq souffrent d’acné à l’âge adulte sans antécédent particulier dans l’adolescence.

 

Consultez la liste de tous les médecins dermatologues près de chez vous sur www.conseil-national.medecin.fr

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.