Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante » Hommes http://www.ra-sante.com Santé, forme, bien-être, soins, hôpitaux, urgences à Lyon et en Rhône-Alpes Thu, 16 Jul 2015 15:47:57 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.0.5 Ejaculation précoce : les bonnes (et moins bonnes) techniques pour la retarder http://www.ra-sante.com/ejaculation-precoce-les-bonnes-et-moins-bonnes-techniques-pour-la-retarder-597157.html http://www.ra-sante.com/ejaculation-precoce-les-bonnes-et-moins-bonnes-techniques-pour-la-retarder-597157.html#comments Wed, 17 Jun 2015 17:17:24 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=9153 Trouble sexuel fréquent, l'éjaculation précoce, qui concerne plus de 30% des hommes, reste un sujet tabou. La bonne nouvelle, c'est qu'il existe de nombreuses solutions pour arriver à la contrôler, comme l'explique Béatrice Ehrsam, sexologue dans le 7ème arrondissement de Lyon.

Cet article Ejaculation précoce : les bonnes (et moins bonnes) techniques pour la retarder est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
Trouble sexuel fréquent, l’éjaculation précoce (ou prématurée) toucherait près du tiers des hommes mais reste un sujet tabou dans notre société. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de nombreuses solutions pour arriver à la contrôler, comme l’explique Béatrice Ehrsam, sexologue dans le 7ème arrondissement de Lyon.

Béatrice Ersham, sexologue à Lyon.

Béatrice Ersham, sexologue à Lyon.

Essayer de penser à autre chose pour contrôler son excitation, est-ce une bonne technique ?

Quand on dit à une personne qu’elle doit lâcher prise, ne pas penser au risque d’éjaculer trop vite en se détournant l’esprit, cela est en général contre-productif !

La relaxation est une voie visiblement privilégiée pour lutter contre l’éjaculation précoce, la préconisez-vous ?

Effectivement, la relaxation est l’une des solutions. Il en existe différents types. Quand l’éjaculation précoce affecte depuis longtemps la sexualité de la personne, je préconise alors de faire une TCC, Thérapie Comportementale et Cognitive. 

Faire l’amour plus souvent

Se masturber avant le rapport est-il une solution ?

Généralement, les patients que je reçois ont déjà essayé cette technique, mais ce n’est pas la panacée car cela peut entraîner des problèmes érectiles. La personne risque plutôt de mettre davantage de temps à être excitée pendant les préliminaires, mais quand l’éjaculation devra arriver, elle ne sera pas repoussée.

Et faire l’amour plus souvent ?

Oui, c’est tout à fait recommandé ! L’éjaculateur précoce va redouter le rapport sexuel et l’espacer, ce qui va accroître ses difficultés. A l’inverse, faire l’amour plus souvent est une bonne solution.

Les gels anesthésiants sont-ils efficaces ?

Ces gels ne marchent pas vraiment bien. En fait, cela dépend vraiment de la cause de cette éjaculation précoce. Parfois, les préservatifs qui diminuent les sensations pendant la pénétration peuvent fonctionner, mais cela ne résout pas vraiment le problème.

Des médicaments pour retarder l’éjaculation précoce

Quant aux médicaments, que penser de cette option ?

Un certain nombre de médicaments sont actuellement utilisés par les cliniciens pour contrôler l’éjaculation précoce, parmi lesquels les antidépresseurs ou les anesthésiques locaux. Mais ces médicaments n’ont pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette indication… Depuis peu, la dapoxetine (commercialisée sous le nom de PRILIGY®) a reçu une AMM dans le traitement de l’éjaculation précoce chez l’homme âgé de 18 à 64 ans.

Concrètement, ce médicament qui n’est pas remboursé contient un puissant inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine. Selon les données des études, son élimination est beaucoup plus rapide que les autres molécules de la même classe actuellement commercialisées comme antidépresseur. Ce qui devrait limiter les effets secondaires propres à cette classe (troubles digestifs, neuropsychiques…). Il est disponible en pharmacie et peut être prescrit par des généralistes. D’après les études, il permet de multiplier par trois ou quatre le temps d’éjaculation.

Des positions à privilégier pendant l’amour

Certaines positions sont-elles plus optimales pour éviter l’éjaculation précoce ?

Oui, quand la femme se met sur l’homme. L’homme va pouvoir diriger le corps de la femme par des mouvements de va-et-vient, et pouvoir arrêter le mouvement quand son excitation sera au summum, et ainsi arrêter de bouger puis reprendre. Quand l’homme est au dessus, il subit une plus grande pression musculaire sur ses bras, et cela va l’empêcher de contrôler le muscle pubo coccygien. Il faut aussi insister sur l’importance des préliminaires : un homme qui donnera du plaisir à sa partenaire sera beaucoup moins angoissé par son éjaculation précoce.

Le stop and go, le meilleur rempart ?

Le stop and go est la technique la plus connue et est très efficace. Le principe est de stimuler le pénis en se masturbant et d’arrêter avant d’arriver au point de non retour. Au départ, on demande aux hommes de faire des pauses longues, puis au fur et à mesure, de les écourter. Les hommes ignorent qu’ils ont un périnée qui les aide à se contrôler ! L’idée est qu’ils apprennent à reconnaître les signaux, à maîtriser leurs sensations. Il est possible de faire ces exercices avec sa partenaire : l’idée est de pratiquer la masturbation avant la pénétration, et de lui signaler quand elle doit s’arrêter.

Les exercices de musculation sont vivement conseillés, mais en quoi cela consistent-ils ?

Il faut apprendre à muscler le muscle pubo coccygien qui se situe juste en dessous du pénis et va jusqu’à l’anus. Les petits garçons l’entraînent quand ils s’amusent à arrêter de faire pipi. Des exercices permettent de le muscler en regardant la télé ou pendant un trajet en voiture… L’idée est d’apprendre à le reconnaître et à le contracter. Encore une fois, je le répète, contrôler son éjaculation n’est pas inné, cela s’apprend, et il n’y a aucun sentiment de honte à avoir.

A savoir

Une éjaculation est considérée comme précoce quand elle intervient après quelques mouvements de va-et-vient, au plus tard trois minutes après la pénétration, alors que le délai moyen est généralement de l’ordre de 8 minutes.

Cet article Ejaculation précoce : les bonnes (et moins bonnes) techniques pour la retarder est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/ejaculation-precoce-les-bonnes-et-moins-bonnes-techniques-pour-la-retarder-597157.html/feed 0
A Lyon, la prostate s’opère sous hypnose ! http://www.ra-sante.com/jai-ete-opere-de-la-prostate-sous-hypnose-236969.html http://www.ra-sante.com/jai-ete-opere-de-la-prostate-sous-hypnose-236969.html#comments Mon, 23 Mar 2015 18:00:53 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=8584 Déjà largement utilisée au sein des Hospices Civils de Lyon pour soulager la douleur, l’hypnose est moins répandue en chirurgie. Et pourtant, elle peut être une alternative efficace à l’anesthésie. Le service de radiothérapie des HCL est le premier à soigner les cancers de la prostate par curiethérapie sous hypnose.

Cet article A Lyon, la prostate s’opère sous hypnose ! est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>

Déjà utilisée dans plusieurs établissements hospitaliers pour soulager la douleur, l’hypnose est moins répandue en chirurgie. Et pourtant, elle peut être une alternative efficace à l’anesthésie. Le service de radiothérapie des HCL, à Lyon, a relevé le défi. Il est le premier à soigner les cancers de la prostate par curiethérapie sous hypnose.

Un opéré de la prostate sous hypnose

Pierre Charvet, opéré avec succès sous hypnose ©HCL

Le professeur Olivier Chapet, chef du service de radiothérapie au Centre Hospitalier Lyon-Sud (HCL), travaille depuis plusieurs mois avec le docteur Edwige Rigal, médecin anesthésiste formée à l’hypnose. Ensemble, ils ont déjà traité une vingtaine de cancers de la prostate par curiethérapie sous hypnose. L’hypnose remplace l’anesthésie générale habituellement pratiquée pour ce type d’interventions très douloureuses.

Concrètement, l’anesthésiste ne touche jamais le patient mais parle avec lui tout au long de l’intervention. Le patient n’est pas endormi. Il reste coopérant tout au long de l’intervention. « Il s’agit de focaliser son attention pour lui permettre de s’évader dans son monde intérieur», explique le docteur Rigal, qui précise que les patients sont interrogés préalablement au sujet du thème qu’ils souhaitent aborder pendant l’intervention. Cela peut-être un souvenir agréable, une activité quotidienne, ou bien leur sport favori… Les contre- indications sont très rares. Il est utile que le patient soit motivé et coopérant.

 

Une meilleure récupération 

Dans le bloc, il règne alors une ambiance particulière. Pour ne pas perturber l’état de « focalisation de l’attention » dans lequel est plongé le patient, l’anesthésiste et le radiothérapeute échangent sur les étapes-clés de l’intervention à l’aide d’ardoises. L’hypnose est une technique complexe, qui nécessite un apprentissage rigoureux.

L’intervention sous hypnose est strictement la même que sous anesthésie générale. Elle a une durée similaire mais elle a de nombreux avantages en termes de récupération. Pour le professeur Chapet, c’est une technique d’avenir : « Grâce à l’hypnose, on évite les risques liés à l’anesthésie, et ses effets secondaires (nausées, vomissements, fatigue) Le patient après intervention sous hypnose est rapidement en forme. La reprise d’une activité est possible dans les jours qui suivent l’intervention. De plus, il a la satisfaction d’avoir été actif dans la prise en charge de sa maladie« .

 

L’hypnose, une solution économique

Actuellement, plusieurs médecins ou soignants suivent des formations afin d’étendre cette pratique prometteuse. Car si l’intervention sous hypnose exige la présence de l’anesthésiste tout au long du temps passé au bloc, elle permet des économies en termes de matériel et de personnel de surveillance (pas besoin de salle de réveil).

Pierre Charvet a eu l’occasion de tester l’hypnose en milieu hospitalier: « J’ai vécu ça comme une expérience. On est conscient mais on ne ressent pas la douleur. Bien sûr, j’étais un peu inquiet au début mais l’équipe instaure un climat de confiance rassurant et nous avons discuté tout le temps de l’opération », confie ce patient qui, arrivé à l’hôpital à 9 heures, était de de retour chez lui à 16h30. Et ce n’est pas une histoire à dormir debout…

 

 

A savoir

La curiethérapie est réservée aux cancers peu développés qui se limitent à l’intérieur de la prostate. Guidé par imagerie 3D, le radiothérapeute insère des aiguilles par le périnée afin de déposer dans la prostate de minuscules grains remplis d’iode radioactif qui vont détruire le cancer. La curiethérapie est pratiquée en ambulatoire aux HCL et permet une récupération rapide. Cette technique ne génère pratiquement jamais de fuites urinaires et fait partie des traitements présentant les meilleurs résultats en termes de conservation de la fonction sexuelle. Une soixantaine de curiethérapies sont pratiquées chaque année aux HCL.

Cet article A Lyon, la prostate s’opère sous hypnose ! est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/jai-ete-opere-de-la-prostate-sous-hypnose-236969.html/feed 0
Baisse de la libido de l’homme : du désir au plaisir http://www.ra-sante.com/baisse-libido-desir-plaisir-homme-5973.html http://www.ra-sante.com/baisse-libido-desir-plaisir-homme-5973.html#comments Fri, 13 Mar 2015 16:06:00 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=5195 La baisse du désir chez l'homme perturbe beaucoup les femmes. Comment parvenir à retrouver la voie du plaisir au lit ? L'expertise de Claudie Caufour, sexothérapeute à Lyon.

Cet article Baisse de la libido de l’homme : du désir au plaisir est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
La baisse du désir chez l’homme perturbe beaucoup les femmes, car on voudrait que cette sexualité masculine ne soit que mécanique. Alors, comment expliquer qu’un homme puisse être en panne de désir ? Comment parvenir à retrouver la voie du plaisir au lit ? L’éclairage de Claudie Caufour, auteur*, thérapeute de couple et sexothérapeute à Lyon.

la sexualité du couple, un sujet complexe

Retrouver une sexualité épanouie dans le couple exige attention et compréhension.

On dit souvent que les hommes ont toujours envie, ce qui déstabilise d’autant plus la femme lorsqu’elle fait face à la baisse de libido de son homme. Est-ce là une idée reçue qu’il faut combattre ?

C’est toujours très compliqué à gérer pour la femme car elle croit alors que son homme ne la désire pas, alors que ce n’est pas ça : l’homme n’a plus de désir sexuel coïtal. En effet, je demande toujours aux hommes qui viennent me voir pour ce genre de problèmes s’ils continuent à se masturber. Or, la plupart de ces hommes se stimulent devant internet. A la longue, cela va contribuer à tuer le désir sexuel de ces personnes. Ils vont rencontrer une jeune femme, avoir des échanges émotionnels avec elle, mais ne pas avoir envie de faire l’amour. Ces hommes (cela arrive aussi aux femmes), vont donner à leur cerveau l’habitude de répondre à des stimulations très trashs. Leur conjointe leur demande des caresses et des baisers, pas forcément la position ultra-compliqué vue dans le film porno. Habitués à être spectateurs, ces hommes ne sont pas dans la réalité, et leur excitation va être conditionnée par des codes pornographiques. C’est ce que l’on appelle un « trouble du code ». Après, certains hommes peuvent aussi avoir une baisse de libido à cause du stress.

Les hommes peuvent avoir tendance à se replier sur eux-mêmes dans cas-là, se sentant coupables, diminués. Renouer le dialogue est-il essentiel à ce moment précis ?

Le dialogue dans le couple est fondamental. Il n’existe pas de couple sain sans dispute, sans longues explications. Il est important de parler de ces difficultés sexuelles, sans demander bien évidemment à son homme s’il regarde du porno ! Mais certains hommes sont très en souffrance par rapport à ça.

Pour palier à la baisse de désir, faut-il tout bêtement apprendre à recréer du manque ? Certains spécialistes proposent par exemple de faire chambre à part, et d’éviter de se mettre nue en permanence devant son conjoint…

Quand on voit son conjoint nu en permanence, cela devient banal et ne laisse pas à l’autre le temps de fantasmer. Il est important de garder une part de mystère. Idéalement, il faudrait que le couple vive dans une grande maison avec deux ailes et se retrouve quand il en a envie. Le désir naît du manque !

Pour rebooster la libido, on peut être tenté de dire oui à des choses que l’on refusait jusque lors. Est-ce une bonne chose ?

Une fois de plus, on ne peut pas faire semblant toute sa vie. Chez les échangistes, souvent, il y en a un qui le fait par suivre l’autre et par peur de le perdre. Il vaut mieux se faire accompagner que de se forcer, car cela abime le couple et fait naître des ressentiments. La femme ne se sent pas respectée. Il faut que le conjoint comprenne que l’autre n’est pas là pour satisfaire toutes ses envies.

Quand on est mère, cela peut casser le désir. Concrètement, comment redevenir femme aux yeux de son homme ?

Je dirais même comment DEVENIR femme. Cela se travaille. La sexualité de la femme est très complexe. Le développement psycho-sexuel de l’homme se fait à partir d’un sexe accessible à la vue. De plus, nous vivons dans une société qui valorise la sexualité de l’homme. Il est bien vu qu’un homme multiplie les conquêtes. La femme, de son côté, doit prendre conscience de son vagin, qu’elle peut être actrice de sa sexualité. Elle doit apprendre à connaître les codes qui conditionnent sa sexualité. Cela commence déjà par la masturbation. Il faut que la femme apprenne à assumer ses désirs.

Auriez-vous quelques astuces pratiques à mettre en œuvre ?

Je ne parlerais pas vraiment d’astuces. Si cela est lié à un problème de boulot, être à l’écoute, ne pas mettre de pression sur son conjoint. Si l’homme n’a pas du tout de désir sexuel, on peut se demander comment il vit sa sexualité. Il est très certainement possible qu’il regarde beaucoup de films pornos. Quand le corps de la femme n’est plus nouveau, il a alors du mal à éprouver du désir. Il faut les inciter à consulter et à revenir dans leurs sensations, en les touchant, massant, caressant, sans rien attendre en retour, sans pénétration. L’idée est de leur permettre de rattacher leur génitalité à leurs sensations et pas à des stimulations virtuelles. C’est un long travail. On peut choisir de provoquer des situations coquines, des jeux de rôles, mais tout miser sur la nouveauté, cela ne tient pas dans la durée.

*Sexualité épanouie en 15 étapes, Claudie Caufour, éditions Presses Chatelet

Cet article Baisse de la libido de l’homme : du désir au plaisir est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/baisse-libido-desir-plaisir-homme-5973.html/feed 0
Le vrai-faux de la procréation médicalement assistée http://www.ra-sante.com/vrai-faux-procreation-medicalement-assistee-326658.html http://www.ra-sante.com/vrai-faux-procreation-medicalement-assistee-326658.html#comments Sat, 07 Feb 2015 16:30:27 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=7554 Beaucoup de préjugés et d'idées fausses circulent autour de la procréation médicalement assistée. Pour bien comprendre le processus de la PMA et ses incidences, les explications d'Anne Boucher et Béatrice Dorphin, respectivement médecin et biologiste au centre d’assistance médicale à la procréation du centre hospitalier Alpes-Léman, à côté de Bonneville, en Haute-Savoie.

Cet article Le vrai-faux de la procréation médicalement assistée est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
Beaucoup de préjugés et d’idées fausses circulent autour de la procréation médicalement assistée. Pour bien comprendre le processus de la PMA et ses incidences, les explications d’Anne Boucher et Béatrice Dorphin, respectivement médecin et biologiste au centre d’assistance médicale à la procréation du centre hospitalier Alpes-Léman, à côté de Bonneville, en Haute-Savoie.

 

PMA, les étapes

Le processus de la procréation médicalement assistée ©DR

L’échec n’est pas naturel : faux

L’échec dans une tentative de tomber enceinte n’est pas en soi un problème : le taux d’infertilité naturelle lui-même est de 25%.

Un échec, ça s’explique forcément : faux

Il demeure toujours, aujourd’hui, une proportion d’infertilités inexpliquées : environ un quart.

L’assistance médicale à la procréation réussit aussi bien que la naturelle : vrai

C’est en tout cas ce que disent les chiffres statistiques. Les taux de réussite atteints aujourd’hui par certains centres sont de 25 à 30% toutes techniques confondues, ce qui se rapproche du taux de grossesse naturelle de 25%. Les taux de grossesses réussies se rapprochent statistiquement également entre ovocytes frais et ovocytes congelés. Ce n’était pas le cas il y a encore trois ans.

L’homme sert à quelque chose pendant ces processus : vrai

Monsieur a un rôle plein et entier. De soutien psychologique, de présence permanente aux rendez-vous car l’accord des deux est toujours nécessaire. De plus, au-delà de son apport biologique, il peut lui aussi avoir à recourir à une opération, par exemple de la chirurgie testiculaire en cas d’altération sévère.

La procréation médicalement assistée est un processus solitaire : faux.

Certains centres proposent un suivi par un ou une psychologue également sexologue, non obligatoire.

Fumer nuit à la réussite de la procédure : vrai

Il faut cesser de fumer pendant les mois de tentative. Du tabac, mais aussi du cannabis. Et de manière plus générale l’hygiène de vie importe : alcool, stupéfiants, mais aussi produits cosmétiques, produits toxiques côtoyés au travail doivent être surveillés.

Pollutions en tous genres peuvent nuire au succès : vrai, mais…

L’hygiène de vie influe bien sur la réussite de la procédure. Malheureusement, il y a des pollutions et perturbations dont on ne peut s’extraire : produits dans la nourriture, pollution de l’air… Mais un pic de pollution local n’est pas à craindre particulièrement. Il n’y a pas d ‘infertilité supérieure au centre de Contamine-sur-Arve, par exemple, situé dans une vallée fréquemment polluée, qu’ailleurs.

Retrouvez la liste de tous les gynécologues et médecins spécialistes de l’infertilité sur www.conseil-national.medecin.fr

Paillettes de sperme congelé dans l'azote liquide

Paillettes de sperme congelé dans l’azote liquide

A savoir

Du 8 au 10 mai 2015, l’hôtel Barceló Sants de Barcelone accueillera inviTRA, le salon international de la procréation assistée. Pour répondre à la demande de nombreux couples confrontés à un problème d’infertilité, une quarantaine de cliniques et centres spécialisés en procréation médicalement assistée seront rassemblés durant trois jours. La Catalogne concentre 20% des cliniques de procréation assistée en Europe. L’entrée au salon est totalement gratuit, il vous suffit de vous inscrire avant sur http://www.invitra.fr/tickets/

Cet article Le vrai-faux de la procréation médicalement assistée est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/vrai-faux-procreation-medicalement-assistee-326658.html/feed 1
Infidélité féminine : la femme, un homme comme les autres ? http://www.ra-sante.com/infidelite-feminine-femme-un-homme-les-autres-781254.html http://www.ra-sante.com/infidelite-feminine-femme-un-homme-les-autres-781254.html#comments Mon, 02 Feb 2015 08:08:13 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=7819 D'après une étude de l'IFOP pour Gleeden, une femme sur trois a déjà trompé son conjoint. Pour autant, l'infidélité féminine demeure différemment perçue de celle des hommes. Annik Houel, professeure émérite de psychologie sociale à l'université Lyon 2, et auteure de « L'adultère au féminin et son roman », apporte son éclairage.

Cet article Infidélité féminine : la femme, un homme comme les autres ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
D’après une étude de l’IFOP pour Gleeden, une femme sur trois a déjà trompé son conjoint. Pour autant, l’infidélité féminine demeure différemment perçue de celle des hommes. Annik Houel, professeure émérite de psychologie sociale à l’université Lyon 2, et auteure de « L’adultère au féminin et son roman », nous apporte son éclairage.

Femme infidèle

L’infidélité féminine demeure mal perçue dans la société contemporaine ©DR

Pourquoi la femme qui suit son amant a-t-elle longtemps été perçue dans l’imaginaire collectif comme une « pécheresse » ?

Cela vient de l’influence des religions. N’oublions pas que la femme adultère a été sanctionnable par la loi jusqu’en 1975 (loi sur le divorce, ndlr). L’adultère féminin pouvait être puni par une amende, même si ce n’était plus vraiment en vigueur. Malgré tout, c’était dans la loi. Au début des années 20, l’infidèle pouvait carrément se retrouver jetée en prison. Bien entendu, l’homme lui n’était pas condamnable.

Aujourd’hui, l’infidélité féminine est-elle encore tabou ?

1975, ce n’est pas si loin, mais les choses ont tout de même changé. Avant la loi de 1975, une femme qui quittait son mari allait vivre avec son « amant », alors qu’aujourd’hui on parle de « compagnon ». Ces termes sont très significatifs. Après, l’adultère est toujours mal perçu car lorsque l’on se marie, on fait serment de fidélité. L’infidélité est donc toujours vue comme une faute morale.

 

« L’infidélité fait partie du personnage de l’homme »

La fidélité est-elle tout aussi difficile à tenir pour les femmes que pour les hommes ?

Personnellement, je pense que la femme étant un homme comme les autres, c’est le cas. Mais comme l’infidélité féminine est plus mal perçue, les femmes veillent davantage à ce que cela ne se sache pas. Ces dernières n’ont pas trop intérêt à le dire, tandis que chez l’homme, cela fait partie de son personnage de Dom Juan. La femme qui trompe est davantage vue, pardonnez-moi l’expression, comme une « putain ».

On compare souvent l’adultère féminin à l’adultère masculin. Dans le premier, il serait question de sentiments, alors que le second pourrait n’être qu’une histoire de fesses… est-ce là la réalité ?

Il est difficile d’établir une réalité dans ce domaine : les études sociologiques sont très prudentes. Je dirais malgré tout que c’est possible dans la mesure où la définition de l’amour pour l’homme et la femme n’est pas tout à fait la même, même si encore une fois, les choses changent. Pour des raisons d’éducation, les femmes ont tendance à penser qu’il faut être amoureuse pour coucher. Quant aux hommes, beaucoup souffrent de ne pas savoir aimer. Ils peuvent coucher sans amour, mais là aussi, c’est dans leur éducation car ils n’ont pas appris à s’autoriser à aimer. Socialement, tout ça est connecté. Il reste des résidus des conventions d’autrefois, mais les femmes relativisent de plus en plus l’adultère, et ne quittent pas leur mari pour une coucherie.

A savoir

D’après l’enquête IFOP pour Gleeden, les hommes sont plus disposés que les femmes à avoir une aventure extraconjugale : 43% contre 27%. Avec l’âge, cette tendance est plus forte : 20% chez les moins de 35 ans, contre 46% chez les plus de 50 ans !

Cet article Infidélité féminine : la femme, un homme comme les autres ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/infidelite-feminine-femme-un-homme-les-autres-781254.html/feed 1
Baisse du désir : une fatalité pour le couple ? http://www.ra-sante.com/baisse-desir-sexualite-couple-6482.html http://www.ra-sante.com/baisse-desir-sexualite-couple-6482.html#comments Tue, 09 Dec 2014 13:06:56 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=5193 La baisse du désir est l'un des premiers motifs de consultation dans les cabinets de sexologie. Mais l'usure du temps sur la libido est-elle inévitable ? Quand y a t-il lieu de s'inquiéter pour l'avenir du couple ? Suffit-il de rompre la routine pour faire repartir la flamme du désir ? La réponse avec Claudie Caufour, thérapeute de couple et sexothérapeute à Lyon.

Cet article Baisse du désir : une fatalité pour le couple ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
La baisse du désir est sans conteste l’un des premiers motifs de consultation dans les cabinets de sexologie. Mais l’usure du temps sur la libido est-elle inévitable ? Quand y a t-il lieu de s’inquiéter pour l’avenir du couple ? Suffit-il de rompre la routine pour faire repartir la flamme du désir ? La réponse avec Claudie Caufour, auteur*, thérapeute de couple et sexothérapeute dans le 6ème arrondissement à Lyon.

 

Le couple et le sexe ne font pas toujours bon ménage...

Combattre l’usure du temps, le quotidien du couple…

 

Apprendre à faire l’amour

 

On dit que l’amour dure trois ans… doit-on se résoudre à une baisse inévitable de la libido ?

Non, ce n’est pas une fatalité. Et puis, il ne faut pas confondre sentiment amoureux et désir sexuel. L’amour peut durer tout le temps, mais le désir sexuel se travaille et se construit. Contrairement aux hommes, chez la femme, le besoin de sexualité lors de la rencontre ne vient pas d’un besoin génital mais de la volonté de forger un couple. Le début de la vie à deux, puis le mariage et enfin les enfants… une fois ces étapes franchies, les femmes vont inconsciemment se détourner de leur sexualité, comme si l’objectif était atteint. Pour que les femmes continuent à désirer, elles doivent faire un apprentissage de leur sexualité génitale : apprendre à faire l’amour parce que ça fait du bien. C’est un vrai travail !

Tous les couples connaissent des périodes sexuelles creuses. Mais y a t-il un moment où il faut s’inquiéter, notamment quand les câlins s’espacent trop ?

Il y a lieu de s’inquiéter quand on arrête de communiquer autour de la sexualité, mais aussi quand on est dans la frustration, ou quand on déploie diverses stratégies pour ne pas se retrouver dans l’intimité avec l’autre. Après, certains événements mettent à mal la libido et il ne faut pas s’alarmer à la première baisse. C’est notamment le cas avec la grossesse, un événement dur dans la vie, le stress…

Si l’envie de rapport sexuel n’est un temps pas au rendez-vous, doit-on se « forcer » ?

On ne peut pas se forcer toute sa vie. De façon classique, il peut il y avoir une discorde entre les partenaires car l’homme sera plus souvent en demande. Naturellement, les femmes ont généralement moins souvent envie de faire l’amour que les hommes. Mais se forcer est une mauvaise solution car les femmes n’auront même pas le temps de sentir monter leur propre désir sexuel. Peut-être qu’elles n’ont envie de faire l’amour qu’une fois par semaine, toutes les deux semaines ? Mais elles ne sont même pas en mesure de le savoir. Il faut pourtant apprendre à connaître son propre rythme sexuel. Il faut savoir que les femmes sont tributaires de leurs cycles, mais aussi que les pilules peuvent avoir un impact sur la libido.

 

La grossesse, une période à risque

 

Quelles sont les périodes charnières pour le couple et sa sexualité ?

Déjà, comme évoqué plus haut, lorsque le couple emménage ensemble. Très souvent, le désir sexuel de la femme s’arrête car sa sexualité est motivée par une demande de fusion avec son partenaire. La grossesse est ensuite une période difficile. Lorsque les femmes veulent avoir des enfants, leur libido peut exploser, mais une fois la mission accomplie, le désir peut s’éteindre. Il est vraiment important que les femmes connaissent leur corps et sachent comment il fonctionne.

La routine est souvent incriminée lorsque l’on parle de baisse du désir. Mais innover, rompre avec les habitudes, suffit-il à retrouver la voie du désir ?

Il faut savoir que la base de tout, c’est la bonne entente du couple. Comment espérer que cela se passe bien au lit alors que ça se passe mal en dehors ? Ce que je suggère avant tout au couple, c’est de s’éloigner, de mettre un peu de distance pour attiser le désir. Par exemple : partir en week-end entre amis pour insécuriser un peu l’autre, car on désire ce que l’on n’a pas. Il est également important que le couple parte seul sans les enfants pour se retrouver dans une dynamique de couple et non de parents. L’escalade dans des pratiques sexuelles toujours plus compliquées, toujours plus hards, je ne crois pas que cela soit une solution.

@Paojdo

*Sexualité épanouie en 15 étapes, Claudie Caufour, éditions Presses Chatelet

 

Consultez la liste de tous les médecins sexologues et sexothérapeutes près de chez vous sur www.conseil-national.medecin.fr

Cet article Baisse du désir : une fatalité pour le couple ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/baisse-desir-sexualite-couple-6482.html/feed 1
Baisse du désir chez la femme : comment raviver sa libido ? http://www.ra-sante.com/baisse-desir-libido-femme-8349.html http://www.ra-sante.com/baisse-desir-libido-femme-8349.html#comments Tue, 09 Dec 2014 08:47:19 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=5197 Lorsque le désir de la femme n'est pas au rendez-vous, certains conjoints se sentent désemparés. Pourtant, avec de l'écoute et surtout beaucoup d'amour, il est possible de raviver la libido de sa compagne. La preuve avec Claudie Caufour, thérapeute de couple et sexothérapeute dans le 6e arrondissement à Lyon.

Cet article Baisse du désir chez la femme : comment raviver sa libido ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
Lorsque le désir de la femme n’est pas au rendez-vous, certains conjoints se sentent désemparés, d’autres se montrent carrément impatients. Pourtant, avec de l’écoute et surtout beaucoup d’amour, il est possible de raviver la libido de sa compagne. La preuve avec Claudie Caufour, auteur*, thérapeute de couple et sexothérapeute dans le 6ème arrondissement à Lyon.

 

La complicité, une des clés d'un couple épanoui.

Respect et écoute de l’autre, deux clés pour rebooster la libido de votre compagne. ©ACP-Prod

Comment faire pour canaliser son désir lorsque sa partenaire n’a pas envie ? Et surtout comment éviter de la culpabiliser ?

Si on arrêtait de parler sexuel, mais plutôt de la rencontre sensuelle et émotionnelle, cela se passerait mieux. La sexualité, ce sont les caresses, les mots doux, ce n’est pas que la pénétration ! Ce n’est pas parce qu’un homme est en érection que sa partenaire doit en faire quelque chose. L’érection est un réflexe, tout comme la lubrification féminine. On a le droit de ne pas avoir envie. Cela nécessite du respect et de la connaissance de l’autre. On ne demande pas un rapport sexuel. Il faut que la femme se sente en sécurité et comprise par son homme pour pouvoir se livrer.

Faut-il tout de même tenter un rapprochement par des petits câlins ?

Oui ! Des câlins et des mots. Les couples en capacité de se dire tous les jours « je t’aime », «j’adore la façon dont tu me regardes »… Bref, les couples capables de se restituer les bons moments, sont des couples qui développent un attachement très fort.

Certains hommes, frustrés par des refus à répétitions, profèrent des menaces d’aller voir ailleurs… Que leur conseillez-vous ?

Moi, si je suis une femme et que j’entends ça, je vais lui dire « si tu veux, on trouve une solution ensemble, maintenant, si ta seule réponse c’est d’aller voir ailleurs, va prendre tes affaires ! » La femme ne doit pas se forcer. On ne construit pas un couple avec la menace. Il faut le faire dans le respect, la communication, la compréhension de l’autre. L’homme doit se demander : « est-ce que je veux quelqu’un avec qui j’échange autre chose que la sexualité ? ». C’est une question au fondement du couple. Alors oui, se forcer, cela peut faire durer le couple, mais je préfère avoir une belle histoire d’un an et une séparation dans le respect, que vivre cinq ans avec quelqu’un sous la menace.

 

Renforcer le sentiment amoureux

 

L’homme doit-il un temps oublier ses propres désirs pour penser à 100% à ceux de sa partenaire, tenter de la (re)découvrir ?

Oui, faire l’amour, c’est aussi pour l’autre. On ne fait pas l’amour que pour atteindre une éjaculation, on le fait aussi pour se nourrir en charge émotionnelle. On ne fait pas des préliminaires pour suivre un mode d’emploi. L’idée est de prendre du plaisir dans tout sinon cela n’a pas d’intérêt. Je parle de moins en moins de relation sexuelle mais de rencontre émotionnelle, génitale, sensorielle et affective. C’est tout ça faire l’amour. Cela doit renforcer le sentiment amoureux.

On dit que les femmes sont davantage cérébrales. Est-ce vrai ? Et si oui, la parole est-elle justement un vecteur important pour relancer le désir ?

La parole, les attentions, ces choses toute bêtes vont susciter le désir chez la femme. Pour donner envie à sa compagne, il faut commencer par l’extérieur de son corps : des petits messages tendres, des petits cadeaux, des regards. Quand la femme se sent aimée et respectée, son désir va se mettre en marche.

Auriez-vous quelques conseils pratiques spécialement dédiés aux hommes ?

Etant donné que la porte d’entrée de la femme vers la sexualité passe par la sphère émotionnelle, je dirais déjà à un homme de s’assurer qu’il aime sa partenaire, et comme il faut. La comprendre, discuter avec elle, échanger avec elle. C’est le challenge d’une vie.

 

Consultez la liste de tous les médecins sexologues et sexothérapeutes près de chez vous sur www.conseil-national.medecin.fr

*Sexualité épanouie en 15 étapes, Claudie Caufour, éditions Presses Chatelet

Cet article Baisse du désir chez la femme : comment raviver sa libido ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/baisse-desir-libido-femme-8349.html/feed 0
Un gel contraceptif masculin pour 2017 ? http://www.ra-sante.com/nouveau-gel-contraception-homme.html http://www.ra-sante.com/nouveau-gel-contraception-homme.html#comments Thu, 11 Sep 2014 16:12:24 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=4917 Mieux que le préservatif classique, un nouveau mode de contraceptif injectable sous forme de gel est en test chez le babouin. Il pourrait être commercialisé pour les hommes dés 2017.

Cet article Un gel contraceptif masculin pour 2017 ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
Vasalgel est un contraceptif masculin d’un nouveau genre qui pourrait être commercialisé d’ici à 2017. Développé par l’ONG américaine Parsemus Foundation, ce gel bloque le passage des spermatozoïdes au niveau du canal référent. Il agit sur le long terme, contrairement au préservatif, et est réversible, contrairement à la vasectomie.

 

Vasalgel-moyen-contraception-homme

 

En attendant la pilule masculine…

 

Les moyens de contraception sont aujourd’hui bien plus nombreux pour les femmes que pour les hommes. Cependant, la contraception masculine pourrait bien compter un petit nouveau d’ici à 2017. Alors qu’on évoque depuis des années l’arrivée d’une pilule masculine, c’est sous forme de gel que ce présentera ce contraceptif à base de polymère, un produit chimique dont les effets à long terme seraient réversibles selon le Daily Beast. Simple d’utilisation, il s’injecte au niveau du canal déférent qui assure la liaison entre les testicules et le canal éjaculateur. Le polymère utilisé agit sur la membrane des spermatozoïdes, les rendant ainsi inféconds.

 

Testé sur l’homme en 2015

 

Vasalgel a été testé sur trois babouins mâles, qui ont chacun reçu une injection du contraceptif avant d’être placés dans un enclos en compagnie de 15 femelles. Un mois plus tard, aucun cas de grossesse détecté ! L’étape suivante consistera à valider la réversibilité de l’effet contraceptif du gel, avant les premiers tests sur l’homme prévus en 2015.

 

Indolore et sans hormone

 

L’ONG américaine assure que le Vasalgel présente de nombreux avantages. Sans hormone et indolore, son coût serait bien moins important que celui des autres contraceptifs longue durée, essentiellement féminins. Reste maintenant à voir comment la population masculine accueillera cette nouvelle manière de maitriser sa conception, bien différente du préservatif utilisé jusque là…

Cet article Un gel contraceptif masculin pour 2017 ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/nouveau-gel-contraception-homme.html/feed 0
Cancer de la prostate, dépistage et traitement http://www.ra-sante.com/cancer-de-la-prostate-depistage-et-traitement.html http://www.ra-sante.com/cancer-de-la-prostate-depistage-et-traitement.html#comments Wed, 20 Aug 2014 15:40:54 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=4458 Le cancer de la prostate est la deuxième cause de mortalité par cancer chez l'homme derrière le cancer bronchique. Il touche 70 000 personnes de plus chaque année en France.

Cet article Cancer de la prostate, dépistage et traitement est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
Le cancer de la prostate est la deuxième cause de mortalité par cancer chez l’homme derrière le cancer bronchique. Il touche 70 000 personnes de plus chaque année en France. Si le chiffre est pris très au sérieux par l’ensemble des professions médicales, il faut savoir que le taux de survie lié à ce cancer atteint les 99% quand il est dépisté suffisamment tôt.

 

prostate-examen

Suivi régulier à partir de 50 ans

 

Plus tôt dépisté, plus vite guéri… Comme la plupart des cancers, celui de la prostate (petite glande située sous la vessie) affiche un taux de guérison élevé lorsqu’il est pris à temps. D’où l’importance d’effectuer un dépistage à partir de l’âge de 50 ans auprès d’un urologue, voire à partir de 45 ans en cas d’antécédents personnels et familiaux. Cet impératif de vigilance  implique un suivi régulier par dosage sanguin du PSA (Prostate Specific Antigen).

Réduire les risques d’extension

Les résultats de ce test pourront induire d’autres examens plus poussés, qu’il s’agisse d’un toucher rectal, d’une IRM de la prostate, complétée parfois par un scanner abdomino-pelvien et par une scintigraphie osseuse pour déterminer d’éventuels risques d’extension.

Symptômes, sujets à risque, dépistage, diagnostic et traitements… Les précisions du Dr François-Joseph Murat, urologue à la Clinique du Val d’Ouest à Ecully (69).

Et pour aller plus loin, rendez-vous sur Movember, Ce site incite les hommes à arborer leurs plus belles moustaches afin de sensibiliser la population sur les cancers de la prostate, des testicules et des problèmes de santé mentale.


 

 

Cet article Cancer de la prostate, dépistage et traitement est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/cancer-de-la-prostate-depistage-et-traitement.html/feed 0
Qui consulter pour un problème d’érection ? http://www.ra-sante.com/consulter-trouble-erection.html http://www.ra-sante.com/consulter-trouble-erection.html#comments Wed, 07 Oct 2009 12:56:11 +0000 http://www.ra-sante.com/blog/?p=554 Les troubles de l’érection sont une pathologie fréquente bien que tabous. Après 40 ans, près d’un homme sur trois en souffre. Pourtant, ils sont encore trop peu nombreux à oser en parler à un médecin alors que des remèdes efficaces existent et que le trouble de l’érection cache souvent une maladie sous-jacente plus grave. De […]

Cet article Qui consulter pour un problème d’érection ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
Les troubles de l’érection sont une pathologie fréquente bien que tabous. Après 40 ans, près d’un homme sur trois en souffre. Pourtant, ils sont encore trop peu nombreux à oser en parler à un médecin alors que des remèdes efficaces existent et que le trouble de l’érection cache souvent une maladie sous-jacente plus grave.

Troubles érection

De la panne sexuelle aux problèmes d’érection chronique

Une panne sexuelle, c’est vexant mais pas très grave, ça arrive à tout le monde… Mais quand les pannes se répètent on parle alors de dysfonction érectile : « C’est une incapacité à obtenir et maintenir une érection suffisante pour permettre un rapport sexuel satisfaisant », indique le docteur Olivier Cambau, endocrinologue, andrologue et sexologue à Lyon. « Si les difficultés persistent plus de trois mois, on considère qu’il s’agit d’un trouble de l’érection et il faut consulter ».

Troubles de l’érection fréquent après 40ans

Cette pathologie est fréquente, surtout après 40 ans. Selon les études, entre 10 et 30% des hommes en souffrent. « Il est difficile d’avoir des chiffres précis puisqu’on estime que les 3/4 des hommes concernés ne consultent pas, souligne le docteur Cambau. Le rôle des partenaires est très important, elles incitent souvent à la consultation ».

Troubles de l’érection d’origine psychologique ou organique

Les troubles de l’érection peuvent être d’origine psychologique ou organique et bien souvent les deux facteurs s’associent.

  • Les troubles de l’érection d’origine psychologique, plutôt rares (20% des cas), concernent surtout des hommes jeunes. Dans ce cas, l’homme a des troubles de l’érection lors d’un rapport sexuel, mais garde des érections nocturnes et matinales spontanées.
  • Dans 80% des cas, l’origine des troubles de l’érection est organique. Les facteurs sont nombreux et là aussi se cumulent : âge, tabagisme, alcoolisme, troubles neurologiques, dépression, certains médicaments, les maladies métaboliques (diabète, surpoids, insuffisance rénale…) et les problèmes cardiovasculaires (hypertension artérielle, hypercholestérolémie…).

Trouble de l’érection : pourquoi consulter ? Le médecin spécialiste de l’erection.

  • En premier lieu, parce que ces troubles ont des conséquences importantes sur la qualité de vie. Selon plusieurs études, plus de 8 hommes sur 10 admettent que leur trouble affecte leur sentiment de virilité. Chez un homme souffrant de dysfonction érectile on constate 3 fois plus d’insatisfaction physique, 4,4 fois plus d’insatisfaction émotionnelle, 2,5 fois plus d’altération du bonheur global et une perte de confiance en soi à tous les niveaux de la vie.
  • Mais surtout parce que la dysfonction érectile est souvent le premier signe d’une pathologie sous-jacente. 30% des patients souffrant de troubles de l’érection ont effectivement une autre maladie. Ainsi, le risque d’avoir une hypertension artérielle serait de 38% plus élevé chez les hommes concernés.

La plupart des hommes qui consultent se tournent vers leur médecin traitant (2/3), mais d’autres spécialistes peuvent être consultés selon les cas.

Les traitements des problèmes d’érection

Quelle que soit son origine, le traitement des troubles de l’érection a fait de gros progrès avec l’arrivée en 1998 du Viagra®. Depuis, deux nouveaux médicaments ont fait leur apparition en 2003 : le Cialis® et le Levitra®. Des médicaments efficaces dans près de 65% des cas, délivrés uniquement sur ordonnance médicale et non remboursés par la sécurité sociale.

Bon à savoir sur les troubles de l’érection

Ne pas confondre dysfonction érectile et impuissance !

Les NIH (national institutes of health, ou institut national de la santé) ont adopté le terme de dysfonction érectile ou troubles de l’érection, considérant que cette définition était mieux adaptée que le terme d’impuissance incluant d’autres problèmes tels que ceux liés à la libido, à l’éjaculation ou à l’orgasme. L’impuissance n’est pas une pathologie alors que la distinction et la validité de la dysfonction érectile comme pathologie par le corps médical peut être considérée comme acquise depuis au moins 1992 (date de la Conférence de consensus du NIH qui a défini la dysfonction érectile).

Annabel Coavoux

Cet article Qui consulter pour un problème d’érection ? est apparu en premier sur Médecine, santé, forme et bien-être - ra-sante.

]]>
http://www.ra-sante.com/consulter-trouble-erection.html/feed 5