Un pervers narcissique n'est pas toujours facile à repérer. En revanche, une fois débusqué, l'essentiel est d'apprendre à s'en défendre et ne pas s'isoler. Comment ? Les explications de la psychologue lyonnaise Hélène Royer, spécialiste de la perversion narcissique.

 

Le pervers narcissique, l'art de la manipulation
Le pervers narcissique aime sentir sa victime à sa merci ©CCO

 

Comment la victime peut-elle se protéger du pervers narcissique ?

Tout d’abord, il ​ne faut pas douter devant le pervers narcissique (​ insinuer le doute étant l’un de ses moyens privilégiés pour affaiblir autrui). Il faut, dès que c’est approprié et suffisamment visible, ​en appeler au respect c​ar il n’a en justement aucun. Il faut lui manifester que l’on n’est pas dupe des paradoxes dont il use.​  La personne ciblée ​ne doit ​pas s’isoler.

La victime doit travailler à restaurer sa connaissance de ses valeurs, de ses compétences et son amour de soi. Elle doit bien comprendre, si elle a été victime en couple, que le pervers narcissique ne l’a à aucun moment aimée.

La victime doit aussi réaliser que le pervers narcissique n’est pas supérieur mais souffre, ce qui lui retire du pouvoir.

Elle doit savoir que la plus grande frayeur qu’il fait planer, celle de réduire à néant son sentiment d’exister, est en réalité impossible à réaliser. Les rescapés des plus inhumains camps de concentration ayant témoigné que même la plus infime pensée et/ou la plus infime souffrance, à bout de forces, leur rappelait et contribuait, même s’ils ne l’auraient pas voulu et auraient préféré mourir, à se sentir exister. Elle doit aussi comprendre que son sentiment d’exister en relation à autrui ne peut pas dépendre d’une seule personne, mais de toutes les relations que l’on a pu entretenir au cours de notre vie et que l’on entretient autour de nous. En outre, il faut savoir que si la personne ciblée va mieux, le pervers narcissique fera tout pour qu’elle aille mal, si elle va déjà mal, il fera tout pour qu’elle aille encore plus mal. Pour lui donner moins de prise sur ses états internes, la victime pourra se montrer comme émotionnellement lisse face à lui , comme non-vulnérable. Ceci à l’image d’une Tour Effeil – comme m’en avait fait part une femme aux prises avec une telle situation – ne pouvant être soufflée par la tempête et gardant une belle stature.

S’il l’on n’a plus assez d’énergie pour se défendre, on peut simplement s’en aller. On n’est ainsi pas obligé de l’affronter. Ni d’y laisser sa santé.

Lors d’une attaque groupale, il est essentiel de ne pas se taire, sous l’effet de la sidération, en se disant que quelqu’un d’autre que soi va bien finir par intervenir. Il est ainsi important de réagir rapidement, face aux paradoxes et aux attaques, tout en restant dans le respect et la fermeté. Ceci en disant quelque chose du côté de la revalorisation, de la restauration du travail groupal. Il s’agit de demeurer cordial tout en montrant que l’on connaît bien les lois et les règles de savoir vivre. La personne qui ose affronter le pervers narcissique devra être immédiatement soutenue par au moins une autre personne assistant à la scène, car le pervers narcissique ne supporte pas que deux personnes (à l’image de ses deux parents) lui fassent front en même temps. L’idéal est d’essayer de le confronter à ses propres ressentis et émotions : comme c’est une coquille vide, cela le met grandement en difficultés.

Se défendre efficacement face à un pervers narcissique pourrait lui renvoyer qu’il a besoin d’aide. C’est pour cela que la prévention est essentielle.

 

Face au pervers narcissique, ne vous isolez pas !

Comment les proches d’une victime de pervers narcissique peuvent-ils aider ?

Premièrement, il ne faut pas laisser la victime s’isoler. Ensuite il faut lui rappeler ce qui fait sa personnalité, sa gentillesse, son importance en tant qu’être unique, ses valeurs, ses compétences. Lui expliquer en quoi ses pensées, ses envies et ses comportements ne sont pas inadaptés. L’encourager à se réinscrire dans des activités qu’elle apprécie. Lui rappeler ou lui expliquer qu’il n’existe pas d’individus moins importants que d’autres. Il faut lui demander si elle a déjà entendu parler de perversion narcissique. Puis la déculpabiliser de se retrouver aux prises avec un pervers narcissique. Ce, en lui communiquant tous les types de profils possibles qu’il peut cibler, et en lui permettant ainsi de prendre conscience qu’il peut s’agir de n’importe qui, notamment de non-averti.

Sans jugement, il est essentiel que les proches de la victime puissent lui demander ce que cette relation lui apporte de bon. Ne pas hésiter à lui proposer de consulter un psychologue, si elle en ressent le besoin (pas un psychiatre car son compagnon ou son employeur, en cas de divorce ou de licenciement, pourrait retourner cette démarche contre elle en prétextant qu’elle serait ainsi porteuse d’une pathologie, étant donné qu’elle aurait choisi spontanément un professionnel lié au domaine médical).

Il faut l’encourager à rechercher de l’aide pour bien se défendre administrativement et partir ainsi dans de bonnes conditions. À bien protéger l’ensemble de ses papiers d’identité et documents administratifs en les scannant et à également bien protéger ses comptes bancaires avant même de prévenir le/la pervers/e narcissique de son souhait de le/la quitter. Procédurier, il aime humilier publiquement et fera tout pour que sa/son compagnon se sente frustré/e et démuni/e. De même il fera tout pour que sa/son compagne/gnon n’ait pas la garde des enfants, ceci tout en instrumentalisant ces derniers.

Les proches peuvent également montrer au pervers narcissique qu’ils ne sont pas dupes de ses stratagèmes.

 

Pervers narcissique, attention aux enfants !

Quel impact le pervers narcissique peut avoir sur ses enfants ?

Lorsque le pervers narcissique prend à la fois comme otage, comme témoin et comme seconde cible un enfant pour mieux attaquer sa/son ex-compagne/gnon. Il est alors plus complexe d’aider les deux victimes du pervers. L’enfant subira les manipulations et se retrouvera, comme à travers toute bataille parentale, dans un conflit de loyauté voire de trahison.

Entendant sans cesse que son autre parent est mauvais, l’enfant s’identifiera : soit au parent visé et aux émotions ressenties par ce parent, soit il prendra modèle sur le comportement manipulateur de son parent pervers narcissique. Ce, malgré les attaques qui lui seront adressées par son parent pervers narcissique.
A l’image des autres contextes dans lesquels il peut agir, le pervers narcissique créera les mêmes conséquences dans sa famille telles : une paralysie, un isolement des différents membres, l’installation du silence.
L’enfant sera ainsi entravé dans ses possibilités de grandir sereinement dans son expression de soi, sa connaissance de soi, en harmonie avec lui-même et les autres. Il pourra devenir : méfiant au contact des réactions émotionnelles des autres, suspicieux quant aux intentions réelles d’autrui, très sensible à la notion de mépris. Il pourra se sentir : intrusé dans ses liens à autrui, ne plus être sensible aux compliments, s’auto-annuler, craindre les remarques confondues avec des reproches, se sentir culpabilisé, jugé, honteux. Il pourra devenir : un enfant vulnérable, docile, soumis, ressentir une soif d’être aimé, regardé et entendu ; ou bien devenir en miroir du comportement déviant de son parent pervers narcissique, un enfant disqualifiant les autres, voire agressif et tyrannique.

 

Comment aider les enfants ?

Afin d’éviter que cet enfant ne sombre, il sera important de l’interroger sur ses pensées, sur son monde imaginaire dans lequel il va s’évader, et de valoriser l’importance de cet univers intérieur et de ses ressentis intérieurs. Lui dire que son parent pervers narcissique n’a pas raison, car il est quelqu’un de bien mais qu’il n’a pas à le lui prouver (ce qui est difficile pour un enfant). Lui dire également qu’il est comme tout un chacun capable de… mais sans en attendre de sincère reconnaissance de son parent pervers narcissique qui minimisera ses réussites ou les utilisera comme faire-valoirs. Il faudra l’encourager à jouer avec d’autres enfants et échanger sur leurs différences, sur leurs affinités, sur ses copains et leurs plaisirs partagés.
En tant que parent victime vous pourrez également lui manifester que vous l’aimez juste parce qu’il est votre enfant.
Le pervers narcissique divise pour mieux espérer se sentir exister. Si un juge l’estime nécessaire, un service social mandaté par la justice sera sollicité pour réaliser une enquête aux domiciles des deux parents. Enquête suite à laquelle sera instauré l’accompagnement par un éducateur de cet enfant, sur ses deux lieux de résidence.

 

A SAVOIR

Hélène Royer est psychologue et thérapeute conjugale. Spécialisée en information et en prévention sur les processus de perversion narcissique et leurs situations apparentés, elle intervient aussi bien en associations, en entreprises que dans des groupes de formations.

Pour aller plus loin: André Sirota, « Figures de la perversion sociale », Broché; Emmanuelle Piquet, « Faites votre 180 degrés », Payot Psy.
Sur Youtube : Fred et Marie : pour un couple sur huit ceci n’est pas une fiction.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.