Le moustique tigre, vecteur de maladies tropicales, est de retour dans la région Auvergne-Rhône-Alpes comme dans le reste du pays, avec un niveau d’alerte élevé dans plusieurs 42 départements.

 

Auvergne-Rhône-Alpes figure parmi les régions le plus exposées au moustique tigre ©DR
Gare au moustique tigre, dont le retour en France inquiète les autorités sanitaires ©DR

 

Alerte, le moustique tigre est de retour en Auvergne-Rhône-Alpes. Et il a plus que jamais soif de sang… D’origine asiatique, l’Aedes albopictus, plus connu sous le nom de moustique tigre, est la cinquième espèce la plus invasive au monde. Présent depuis plusieurs années dans la région, cet insecte est susceptible de transmettre des virus tropicaux tels que la Dengue, le Chikungunya ou le Zika. Il fait l’objet d’une surveillance renforcée de la part de la Direction Générale de la Santé qui a placé 42 départements en alerte rouge soit 30% de plus que l’an passé.

Sont ainsi concernés dans la région Auvergne-Rhônes-Alpes les départements de l’Ain, du Rhône, de la Savoie, de l’Isère, de la Drôme, de l’Ardèche. Les départements de l’Allier et du Puy-de-Dôme, eux, sont en alerte orange.

Cette vigilance vise à ralentir l’implantation du moustique tigre et surtout, limiter les risques d’épidémie en métropole. « Chaque année, on dénombre plusieurs centaines de cas importés, c’est-à-dire des personnes qui ont contracté la maladie après avoir voyagé dans des pays à risque comme la Réunion ou le Brésil », explique Stéphane Robert, président du site Vigilance Moustique, site d’information actualisée sur les moustiques en France et dans le monde.

La population est donc invitée à rester prudente et à signaler la présence de l’insecte. « Pour signaler la présence d’un moustique tigre, il faut photographier l’insecte et envoyer cette image à des sites comme vigilance-moustiques.com ou signalement-moustiques.fr qui le transmettront ensuite aux organismes experts chargés d’authentifier le moustique tigre et éventuellement d’engager des actions de démoustication dans le quartier concerné si c’est nécessaire », déclare Stéphane Robert.

 

Identifier le moustique tigre

Une étude réalisée par l’Ifop pour Vigilance-Moustiques a révélé que 43% des habitants de départements placés en vigilance rouge ne savent pas reconnaitre le moustique tigre. Pourtant, plusieurs caractéristiques le distinguent du moustique commun. Stéphane Robert indique que « l’Aedes albopictus est un insecte de petite taille, de quelques millimètres de long dont le corps noir rayé de blanc se distingue du moustique que nous connaissons tous ».

 

Se protéger contre les piqûres du moustique tigre

Le moustique tigre est un insecte diurne qui se manifeste essentiellement en journée. Stéphane Robert nous dévoile les bons gestes à adopter pour éviter de se faire piquer : « tout d’abord, il faut éviter de laisser des points d’eau stagnante dans son jardin car la femelle moustique-tigre est capable de pondre des dizaines, voire des centaines d’œufs dans quelques millimètres d’eau. Les répulsifs fabriqués à partir de principes actifs reconnus efficaces par l’OMS (ICARIDINE, IR 3535, DEET), sous forme de lotions corporelles ou de diffuseurs, et les moustiquaires sont également de bons moyens de se protéger contre les moustiques. Enfin, il est conseillé de porter des vêtements longs, amples et clairs car le moustique distingue plus les couleurs sombres que les couleurs claires ».

 

A SAVOIR
La dengue, le chikungunya, et le zika sont trois virus que le moustique tigre est susceptible de véhiculer. Ils se manifestent à travers des symptômes semblables : fortes fièvres, douleurs articulaires, maux de tête, nausées voire vomissements, irruptions cutanées… En cas d’apparition de ces symptômes, il faut consulter son médecin traitant.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.