Sur la plaque les spécialités  de médecine douce se bousculent : naturopathe, iridologie, réflexologie plantaire et crânienne. Dans le cabinet du naturopathe le calme règne à peine troublé par une agréable odeur d’huiles essentielles qui semble s’échapper de flacons sagement alignés. « Une odeur est vivante et stimule le cerveau limbique sans passer par le cortex. C’est-à-dire qu’une odeur peut réveiller une mémoire et/ou une émotion puisque cette odeur passe directement dans la zone du cerveau où sont stockées les mémoires et les émotions », commence Marielle Girault, la dame de la plaque.

Aromatherapie et huiles essentielles

Aromathérapie et naturopathie : utilisation des huiles essentielles comme thérapie

La jeune femme, naturopathe, se fait fort de comprendre et libérer les tensions par des techniques naturelles, manuelles et corporelles. Avec une prédilection pour l’aromathérapie, méthode qui utilise les huiles essentielles dans un but thérapeutique. Association complexe de substances aux multiples propriétés que la nature à élaborées patiemment, les huiles essentielles ont des vertus intéressantes sur le plan physique, émotionnel, mental et énergétique.

Les bienfaits des huiles essentielles : anti-douleurs, anti-infectieuses, calmantes, tonifiantes, cicatrisantes

« L’huile essentielle a ceci de particulier qu’elle est un concentré », précise Marielle Girault. Ainsi, 100 kilos de jasmin sont nécessaires pour produire 16 grammes d’huile essentielle. Produit vendu pur ses principes actifs sont donc puissants. A manier avec prudence. «C’est une huile à utiliser au compte-gouttes et à ne pas laisser à la portée des enfants car son ingestion entraîne un risque de toxicité !». Les molécules des huiles essentielles sont connues mais très peu utilisées en médecine classique. Très efficaces si on sait les utiliser, les huiles essentielles ont des propriétés antidouleur, anti-infectieuses, calmantes, tonifiantes, cicatrisantes…

L’huile essentielle de Ravintsara est appréciée pour ses propriétés anti-infectieuses sur tout l’appareil ORL : «4 gouttes de cette plante malgache mélangée à de l’huile végétale et appliquée en massage dans le bas du dos, et le succès est assuré». Pour la migraine, la menthe est souveraine : une seule goutte d’huile essentielle de menthe sur le bout des index, en massages délicats sur les tempes, le soulagement est immédiat. Néanmoins, si les symptomes persistent consultez votre médecin traitant.

Utilisation des huiles essentielles en aromathérapie

Principalement utilisée en massage, l’huile préalablement diluée dans de l’huile végétale est redoutable d’efficacité. « Ce sont les creux des genoux, des coudes et des poignets qui absorbent plus rapidement les huiles. Ce sont des endroits où la peau est plus fne, donc l’huile essentielle pénètre plus rapidement dans le sang.» En inhalation, on mélange 1 goutte d’huile à du miel et on dépose le tout dans l’eau chaude. Tout contact direct entre l’eau chaude et l’huile est à proscrire, mélange explosif…

Dans un bain, on mélangera 10 gouttes d’huile à du lait en poudre ou du gros sel avant de plonger la mixture dans l’eau chaude.

En diffusion, déposez 2 gouttes de ravintsara aux propriétés calmantes dans une coupelle et placez dessous une bougie.

Dans tous les cas, si vous utilisez des huiles essentielles, veillez à boire 1,5 l d’eau par jour pour éliminer les toxines.

L’automédication trouve ses limites dans la concentration de ce produit et dans le champ vaste de l’aromathérapie, qui, à notre fonctionnement propre, ou plutôt à nos disfonctionnements, apportera les solutions naturelles d’une plante, ou d’une partie de la plante. Hormis quelques approches de base, l’automédication est à proscrire. Le champ de l’aromathérapie est vaste et seul un spécialiste sait comment réguler des problèmes plus importants, comme ceux concernant le sommeil, le mal être, les douleurs, sur lesquels Marielle Girault, fort de son expérience affirme obtenir des résultats probants.

Aromathérapie : essences naturelles et huiles essentielles pures

Les huiles essentielles ne s’achètent pas à la légère. Il convient d’être vigilant sur la qualité des huiles essentielles car sur le marché beaucoup ne sont pas pures, et le produit n’offre alors aucune garantie quant à ses potentialités thérapeutiques.

Vous ne vous tromperez pas si sur le flacon figure la mention Huile Essentielle naturelle (à ne pas confondre avec «essence», substance volatile, dépourvue de propriétés chimiques). Le nom français de la plante et le nom latin, plus précis, doivent également être spécifié tout comme corps de la plante dont a été extrait le produit (feuille, résine, fleur ou corps complet). Généralement on trouve également la provenance de la récolte, culture ou sauvage. Enfin, ultime gage de qualité : les molécules présentes dans la solution seront indiquées. «Les laboratoires Sanoflor, Pranarôm ou encore, Herbes et traditions sont réputés pour leur sérieux», conseille Marielle Girault. La plupart ont même leur site de vente en ligne, sinon on trouve les produits dans des boutiques diététiques, herboristeries ou pharmacies travaillant avec les plantes. Les petits flacons se vendent une dizaine d’euros, selon la plante en question.

L’aromathérapie se combine fort bien avec d’autres thérapies, nutrition, sophrologie ou encore homéopathie. C’est au spécialiste d’en prendre la charge. Lui seul est seul à même d’établir un bilan juste de votre état et de vous soulager.

Bon à savoir sur l’aromathérapie

  • Compter environ 65 euros la séance d’1 h 30 et 80 euros pour un bilan général (2 heures).
  • Il n’existe pas à proprement parler de formation d’aromathérapie. Les spécialistes ne peuvent donc afficher aromathérapeute sur leur plaque ni utiliser les termes de « patient », « traitement », « diagnostic » ou même celui de « guérir ».
  • Pour trouver un « bon » praticien, faites fonctionner le bouche à oreille et changez si vous ne le sentez pas !

Stéphanie Mena

Comments

comments

2 Responses to "Aromathérapie : médecine douce et huiles essentielles d’aromathérapie"

  1. BOURVEN  22 novembre 2011

    Bonjour,

    j’enquête actuellement sur la pratique des médecines douces à l’hôpital. Savez-vous si l’aromathérapie est utilisée dans l’un des hôpitaux de la région Rhône-Alpes ?
    Merci à vous.

    Marlène Bourven
    Journaliste-réalisatrice
    02 23 13 24 46

  2. Catherine Deguitre  11 juin 2017

    j’habite Vienne en Isère et je cherche un médecin spécialisé en aromathérapie le plus proche.
    Pouvez-vous me renseigner ? Merci

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.