La main, indispensable à notre vie quotidienne, est un outil merveilleux que l'on ne chouchoute pas assez ! En cuisinant, conduisant, bricolant… les accidents de la main ne préviennent pas. Les conseils de Nicolas Gibert, chirurgien de la main à la clinique du Tonkin, à Lyon-Villeurbanne.

Accidents de la main : gare aux séquelles !
Prolongement direct du cerveau, la main est le premier outil exposé ©unsplash

Quand survient un accident de la main ?

Les accidents de la main arrivent à tout un chacun ! Ils peuvent survenir quand papa bricole, lorsque tonton ouvre les huîtres ou encore quand mamie jardine. On dit souvent que l’on a une main de fer ! Pourtant, cordon bleu, chirurgien, bricoleur, vous devez tous prendre garde à ce membre qui, d’apparence vigoureuse, est pourtant très fragile. Un accident de la main peut arriver aussi bien au travail qu’à la maison. On compte environ 3500 urgences de la main par an à la Clinique du Tonkin, à Lyon, soit 10 à 20 patients par jour. Prolongement direct du cerveau, la main est le premier outil exposé au reste du monde, et en subit malheureusement les conséquences !

 

Quelles sont les différentes interventions sur la main ?

L’activité chirurgicale relative au traitement des affections de la main se répartissent entre soins d’urgences, qui représentent environ 40% des cas traités, et chirurgie programmée sur rendez-vous. Les accidents ne sont pas les seules interventions que l’on note, et les principales pathologies rencontrées sont par exemple le syndrome du canal carpien qui se manifeste par des fourmillements dans les doigts, les doigts à ressaut, qui est un blocage douloureux du doigt au moment de la flexion ou encore l’arthrose…

 

Accidents de la main : ne négligeons pas le danger

Pourquoi ce membre est-il si précieux ?

On ne parle pas assez d’elle et pourtant la main est essentielle. Pour preuve, sans elle, vous ne pourriez (presque) plus rien faire ! Très précise, un moindre grain de sable peut l’affecter. En cas de blessure, si les bons soins infirmiers ne sont pas dispensés et que les consignes médicales s’avèrent inadaptées, vous pouvez en seulement trois semaines de soins inadaptés présenter des séquelles à vie. Une simple plaie peut en effet nécessiter des jours et des jours de cicatrisation en cas de mauvaise prise en charge. A la fois sensorielles, sociales, esthétiques, fonctionnelles, vos mains sont un concentré d’émotion. Dans notre cerveau se trouve une aire dédiée à la sensibilité : l ‘homunculus. Nos doigts, avec nos lèvres et nos organes génitaux, occupent un tiers de cette zone ! La main, qui est donc très sensible, est donc une perle rare à préserver.

 

Protège-t-on assez nos mains au cours de nos activités ?

Nous sommes souvent responsables de nos propres accidents de la main. Souvent, d’ailleurs, parce qu’on ne les envisagent pas. Qui n’a jamais couru le risque d’avoir un accident plutôt que de prendre le temps de se protéger ? Si en entreprise, les mesures de prévention sont souvent affichées et appliquées, à la maison, tout le monde oublie très vite le danger…

 

Y a-t-il des accidents que l’on pourrait éviter ?

Evidemment ! Mais seulement si nous arrêtions de négliger le danger. Nous préférons penser à l’instant présent plutôt que d’envisager des risques possibles. Prenons l’exemple d’un objet symbolique qu’une grande majorité de personnes en couple porte : l’alliance. Il y a quelques années, un joaillier avait eu l’idée de les fabriquer avec un point de faiblesse, pour éviter qu’en cas d’accident la bague ne fasse garrot sur le doigt. Cela n’a pas marché, bien entendu ! Qui aurait envie d’entendre parler d’accident de la main en préparant son mariage ? Ces problèmes ne font absolument pas partie de nos priorités.

 

Les bagues sont-elles dangereuses pour la santé de nos mains ?

Vous pouvez porter des bagues autant que vous voulez, mais soyez vigilant au doigt auquel vous les mettez. Beaucoup d’accidents de la main sont causés par notre alliance : le quatrième doigt n’est pourtant pas le plus indispensable. Le pouce est bien plus précieux ! Si vous en perdez l’usage, vous ne pourrez dès lors plus rien attraper ni écrire. Un conseil : n’enfilez surtout pas de bagues à ce doigt-là !

 

Main blessée : consultez sans attendre un spécialiste

Les accidents de la main augmentent-ils d’année en année ?

Le recensement précis est difficile, mais en pratique leur nombre reste constant. La prise en charge médicale, en revanche, s’améliore. En effet, les mesures de prévention, même si elles restent insuffisantes, tendent à s’améliorer. Surtout, l’essor de la chirurgie de la main combiné au développement des réseaux de soin avec les médecins généralistes, comme avec les médecins du travail, améliore considérablement l’accès aux professionnels spécialisés.

 

Les patients sont-ils suffisamment informés des soins possibles ?

Des progrès sont encore à faire dans ce domaine. Nombreux sont ceux qui, par facilité, consultent en première ligne un service d’urgences générales. Même pour une simple blessure, il vaut mieux, parfois, attendre quelques heures et consulter un spécialiste, plutôt que prendre le risque d’un traitement inadapté. Il arrive que certaines victimes me consultent trois semaines trop tard, en se plaignant de n’être toujours pas guéries. Leur blessure, qui s’est alors aggravée, est plus difficile à soigner.

 

Quelles sont les améliorations à faire en termes de santé publique pour la prise en charge de ces accidents ?

Les problèmes de la main méritent une meilleure reconnaissance dans leur prise en charge. Contrairement à un accident de la jambe, qui est prédominant, la main se fait plus discrète. Pourtant, sans elle, une majorité des métiers ne peuvent plus être exercés. Un accident de la main nécessite une plus grande attention : il ne faut pas négliger la durée des arrêts de travail. Ce membre a besoin de temps et de repos pour se réparer !

 

De la chirurgie du bout des doigts

La chirurgie est-elle nécessaire ?

Mieux vaut pêcher par excès que par défaut ! Il est préférable d’opérer et de s’assurer que le patient n’a rien, plutôt que de laisser une plaie se dégrader. Parfois, si on ignore un problème de la main, des microbes peuvent s’incruster en profondeur et cela peut avoir des conséquences bien plus graves que prévu. La main est un membre très fragile, elle mérite alors une attention soutenue.

 

Dans quelle mesure la chirurgie est-elle efficace ?

Nous avons fait un bond gigantesque en terme de santé publique. Les opérations sont plus rapides, plus réglementées qu’auparavant. Alors qu’il y a quelques années les patients devaient attendre des semaines pour se remettre de leur intervention, désormais, la rééducation commence dès le lendemain !

 

Comporte-t-elle des risques ?

Comme toute intervention, la chirurgie comporte des risques, mais ils restent minimes par rapport au fait de ne pas agir. Les risques d’infections après une opération de la main sont bien maîtrisés en règle générale. L’important est qu’après l’opération, la personne continue à être suivie par des spécialistes. Même en termes de rééducation, il est nécessaire qu’un kinésithérapeute spécialisé s’occupe de vous.

 

A SAVOIR

Plusieurs cliniques spécialisées dans la chirurgie de la main sont présentes dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. A Lyon, il est possible de se faire soigner à l’hôpital Edouard-Herriot ou à la clinique du Tonkin. Les CHU de Grenoble et de Saint-Etienne ou encore l’hôpital privé Médipôle de Savoie et la clinique de Châtaigneraie, à Clermont-Ferrand, sont également spécialisés dans la chirurgie de la main. En France, la FESUM (Fédération des Services d’Urgences de la Main) organise le dispositif SOS mains, qui permet le traitement des plaies de la main par des chirurgiens seniors spécialisés. Si vous êtes victime d’un accident de la main, appelez directement ce service au 0 825 00 22 21.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.