Les Hospices Civils de Lyon (HCL) ont renoué avec l'équilibre financier. De quoi afficher de nouvelles ambitions détaillées dans Pulsations 2023. Cette "feuille de route" qui fixe le cap des cinq prochaines années. Objectif: moderniser et développer l'offre hospitalière sur la Métropole de Lyon en s'adaptant à la mutation du système de santé.

 

Les HCL présentent leur plan quinquennal baptisé Pulsations 2023
Georges Képénékian, Catherine Geindre et le professeur Olivier Claris lors de la présentation de Pulsations 2023 ©P.Auclair

 

Les Hospices Civils de Lyon  entrevoient le bout du tunnel. Le deuxième CHU de France peut même envisager l’avenir avec des projets ambitieux, pour la santé des patients comme pour le bien-être des 23 000 personnes qui y travaillent. Tel est le sens du message diffusé mardi 23 octobre 2018 lors d’une conférence de presse destinée à présenter Pulsations 2023. Une « feuille de route » qui va rythmer le quotidien des Hospices Civils de Lyon durant cinq ans. « En 2009, le déficit des HCL atteignait 94 millions d’euros. Dix ans plus tard, nous avons bouclé l’exercice 2017 sur un excédent de 7 millions d’euros. Nous avons vécu durant cette période une véritable révolution. Ce redressement est assez rare pour être signalé. C’est le fruit de toutes les équipes avec toujours un souci d’efficience« , a expliqué en préambule Georges Képénékian, président du conseil de surveillance des HCL. Ce retour à la rentabilité n’avait toutefois pas été sans casse sur le plan social, pas moins de 611 postes ayant été supprimés entre 2008 et 2017.

 

Pulsations 2023, une vision à cinq ans des HCL

Après avoir insisté sur l' »incroyable chemin parcouru en dix ans« , et avant de céder sa place de maire de Lyon à Gérard Collomb en fin de semaine, l’élu a souligné sur l’importance du plan Pulsations 2023 dont les grandes lignes ont été dévoilées à la presse. « Il s’agit d’avoir une vision globale, pas seulement de gérer mais aussi de penser, de se projeter dans l’avenir. Avec une santé financière retrouvée, c’est moment de reprendre l’initiative et de relever de nouveaux défis« .

Des propos corroborés par Catherine Geindre, la directrice générale des HCL, qui a insisté sur l' »importance de se fixer un cap et de définir des priorités sur les cinq prochaines années« . Transformer, adapter, moderniser, tels sont les maîtres mots des dirigeants des HCL. « Nous avons anticipé les orientations du président de la République et du plan Ma Santé 2022 dans un contexte de transformation profonde de notre système de santé« , précise Catherine Geindre.

 

Près de 500 médecins associés au projet

Pour établir cette feuille de route exhaustive, les HCL ont en amont fait un travail de diagnostic d’image auprès de 3 500 personnes (personnels, décideurs, élus, acteurs de la santé, médecins de ville, patients, étudiants). De ce diagnostic a émergé la nécessité de personnaliser davantage la prise en charge du patient. Puis, près de 500 médecins ont été associés à des ateliers thématiques afin  de participer à la réflexion et à la rédaction de Pulsations 2023.

Au final, ce plan quinquennal affiche trois grandes ambitions: faire référence sur les missions des HCL, faire équipe avec les patients et enfin optimiser le modèle de fonctionnement interne. Au-delà de ces trois grands axes stratégiques, les HCL ont initié une politique de marque basée sur une promesse faite aux patients: « une médecine humaine et d’excellences pour chacun, tout au long de sa vie ».

 

Développer la médecine ambulatoire

HFME, à Lyon-)Est, verra bientôt sa Maison des Parents agrandie
D’importants investissements sont programmés sur le CH Lyon-Est ©P.Auclair

Reste à savoir comment se concrétiseront toutes ses promesses. « L’une des priorités est de développer la médecine ambulatoire. Nous voulons aussi rester un acteur d’excellence dans le traitement du cancer, assurer une prise en charge optimale des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et améliorer la prise en charge de certaines maladies chroniques et autres polypathologies« , a détaillé Georges Képénékian.

En revanche, pour l’instant, les dirigeants des HCL sont restés assez flous sur les investissements lourds qui interviendront dans les cinq années à venir. Parmi les projets d’ores et déjà engagés, beaucoup concernent les urgences. Ainsi, à compter de fin 2019, le site de l’hôpital la Croix-Rousse disposera d’un service d’urgences 24H/24, alors que les activités d’urgences des hôpitaux Edouard-Herriot et Lyon-Sud seront réorganisées, adaptées ou modernisées.

Par ailleurs, toujours fin 2019, un hôtel hospitalier de 18 lits sera inauguré au Centre Hospitalier Lyon-Sud, alors qu’une extension de la Maison des Parents sur le site de de Lyon-Est (Hôpital Femme-Mère-Enfant) est programmée.

 

120 millions d’euros investis par an

« Notre meilleure santé financière a permis déjà d’engager de nouvelles opérations d’investissement conséquentes. Au cours des prochaines années, cette dynamique sera poursuivie et prendra la forme d’un effort moyen de l’ordre de 120 millions d’euros par an« , conclut Catherine Geindre.

Plusieurs chantiers de modernisation ou de rénovation sont déjà actée aux quatre coins de la Métropole, de la finalisation du chantier de rénovation de l’hôpital cardio-vasculaire Louis-Pradel à la rationalisation des services d’urgences à l’hôpital Edouard-Herriot, en passant par les investissements lourds consentis sur l’hôpital de la Croix-Rousse (construction d’un bâtiment dédié aux maladies infectieuses, extension de la maternité et rénovation du secteur de la réanimation néonatale..).

« Notre CHU est en bonne santé et nous allons faire en sorte de le maintenir en l’état avec une politique innovation« , a conclu Georges Képénakian.

 

A SAVOIR

Les Hospices Civils de Lyon regroupent 23 000 personnes (près de 18 000 personnels non médicaux et 5 000 médicaux) sur quatorze établissements dont trois établissements généralistes (Lyon-Est, Lyon-Sud et Croix-Rousse), sept établissements spécialisés et quatre établissements gériatriques. Les HCL sont également partie prenante dans l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique (IHOPe), en partenariat avec le Centre Léon-Bérard.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.