Les implants capillaires connaissent un succès croissant. Quelles sont les différentes techniques ? Sont-elles vraiment efficaces ? Pour quel résultat ? Les réponses d'Igor Papalia, Chirurgien Plasticien, spécialiste en Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique, Membre de la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique (SFCPRE).

FUE et bandelette,les deux techniques des implants capillaires
Les différentes méthodes des implants capillaires ont fait progresser la chirurgie de la calvitie ©DR

Quelles sont les causes de la calvitie ? Les hommes et les femmes qui songent aux implants capillaires sont-ils égaux face à la chute de cheveux ?

Avant de parler d’implants capillaires, il est important de distinguer les différentes chutes de cheveux, celle qui est physiologique de celle qui est pathologique.

  • La chute des cheveux physiologique est due au fait que les follicules vieillissent. Chaque follicule présente une activité cyclique qui permet le renouvellement de la chevelure. Toutefois, à chaque cycle pilaire, les follicules deviennent plus petits et ont une phase de croissance (anagène) qui devient progressivement plus courte. Aussi, sachant que la durée du cycle est entre 2 et 4 ans pour les hommes, et 4 et 6 ans pour les femmes, il est normal que physiologiquement les hommes soient plus sujets à une réduction de la chevelure.

Toutefois, j’ajouterai que pour les hommes, l’apparition et l’évolution de la calvitie dépendent principalement de 2 facteurs que sont les hormones mâles (dont dérive la dihydrotestostérone qui détermine une miniaturisation et la chute des cheveux) et le terrain génétique (activité accrue de 5-alpha réductase type 2 qui transforme la testostérone en dihydrotestostérone).

  • La chute des cheveux non physiologique, peut être liée à un stress, une fatigue, certaines maladies systémiques, des traitements particuliers, ou encore à des infections bactériennes, teigne, radiothérapie…

 

 

Implants capillaires: choisir entre FUE et bandelette

Quelles sont les différentes techniques d’implant capillaire et à qui s’adressent-elles ?

Les hommes et les femmes peuvent bénéficier d’implant capillaire. L’implant est une greffe, donc un tissu vivant, qui est prélevé sur un site que nous nommons donneur (en général la région occipitale) pour être posé sur un site receveur, la zone d’alopécie. Actuellement il existe 2 techniques : la FUE (Follicular Unit Extraction), la plus employée et la bandelette, qui encore aujourd’hui peut être indiquée dans certains cas. Une nouvelle technique est en train de faire son apparition avec la société Artas et un robot qui effectue le prélèvement. Au Japon, certains chercheurs étudient également comment on pourrait utiliser la propolis pour faire pousser les cheveux. Mais cela est encore à l’étude…

 

Quel est l’avantage de la FUE ?

Cette technique de la FUE ne laisse aucune citatrice. Elle permet d’implanter environ 1000 à 2000 cheveux en une séance de moyenne durée. On prélève directement les cheveux, un à un à l’aide d’un micro instrument d’un millimètre de diamètre environ. Actuellement, c’est la technique la plus utilisée.

 

Et la bandelette ?

La technique de la bandelette autorise à prélever plus de cheveux en une séance. Cependant, cette technique laisse des cicatrices. Nous prélevons une bandelette de 2000 et 4000 cheveux en une séance que nous préparons en micro-greffe sous microscope.

 

La micro greffe de cheveux afro est-elle également possible ?

Oui, bien sûr la technique est la même.

 

Des implants sous anesthésie locale

Igor Papalia, membre de a Société française de chirurgie plastique, réparatrice et esthétique
Le docteur Papalia, chirurgien plastique à Lyon.

Comment se déroule une séance d’implantation capillaire ? Quelle est sa durée ? Est-ce douloureux ?

Le patient est installé à plat ventre, et nous commençons l’intervention sous anesthésie locale. La pose s’effectue en position assise. Il est à noter que la durée varie entre 2h30 et 6 heures selon le type d’intervention envisagée et l’importance de l’alopécie.

 

Au bout de combien de temps peut-on espérer voir un résultat sur la chevelure ?

Le cheveu posé commence à repousser au bout de 3 mois. La zone d’alopécie se garnit définitivement au bout d’un an.

 

Un risque de rejet du greffon de cheveu est-il possible ? Une chute des cheveux implantés peut-elle être envisagée à moyen ou long terme ? 

Non, il n’y a aucun risque de rejet, puisque c’est une greffe autologue. De plus, c’est un cheveu « stable » puisque prélevé dans une zone où ils ne tombent pas.

 

Y a-t-il un protocole à respecter avant et après la pose d’implant capillaire ?

Aucun, mais bien sûr il est préférable d’avoir une bonne hygiène de vie, de ne pas fumer… Avant l’acte, le patient doit se laver avec un shampoing désinfectant.

 

Cet acte implique-t-il une éviction sociale ? Combien de temps les petites croutes demeurent-elles visibles sur le cuir chevelu ?

Oui, je préfère dire à mes patients de compter une semaine d’éviction sociale. Ensuite, on peut se laver les cheveux au bout d’une semaine.

 

Peut-on se rendre en piscine ou effectuer un sauna, hammam, le lendemain de l’intervention ?

Non, il les faut éviter durant les 15 jours qui suivent l’intervention.

 

Des douleurs post-opératoires peuvent-elles se produire ?

Non, aucune.

 

Implants, la beauté à tout prix

Quel est le coût des implants capillaires ? Est-ce remboursé par la sécurité sociale ? Qu’en est-il si la calvitie s’avère la conséquence d’une maladie ?

Non, ce n’est pas remboursé par la sécurité sociale sauf si c’est à visée non esthétique, comme les séquelles de brûlures, cicatrices, certaines maladies… La fourchette de prix pour ce type d’acte à visée esthétique est comprise entre  2500 et 7000 euros, TVA comprise, tout dépend de la technique et du nombre de cheveux implantés.

 

Dans d’autres pays, les prix s’avèrent parfois moins élevés, aussi existe-t-il des risques de se faire implanter des cheveux en dehors de nos frontières ? 

En France, nous avons un système de santé très réglementé, coûteux et la réglementation va dans le sens de la sécurité des patients. Les assurances, indispensables pour garantir au mieux les patients, sont très chères. Il faut savoir aussi qu’en tant que chirurgien, je travaille avec une équipe et cela implique des moyens, avec un coût lié à la haute compétence du personnel soignant, plus élevé que dans d’autres pays. Ensuite, il est important de penser au suivi post-opératoire.

 

Quels sont les praticiens en France qui ont le droit d’effectuer des implants capillaires ? Détenir le diplôme en chirurgie capillaire est-il obligatoire pour pratiquer cet acte ?

Les chirurgiens plasticiens ont la formation la plus spécialisée pour pratiquer tout type d’implants et tout genre d’actes chirurgicaux à visée esthétique. Il existe un diplôme universitaire d’un an que les praticiens d’autres spécialités peuvent passer. Il est à noter, pour les internautes que la différence entre la chirurgie et la médecine est l’effraction du derme. S’il y a effraction du derme, nous entrons dans le domaine de la chirurgie.

 

Retrouvez la liste de tous les chirurgiens esthétiques et spécialistes des implants capillaires de votre ville ou de votre quartier sur www.conseil-national.medecin.fr.

 

A savoir

Le cheveu comporte deux éléments : la tige (partie visible) et la racine ou bulbe qui est implantée obliquement dans le cuir chevelu qui se situe dans une sorte de « besace », le follicule pileux. Le cuir chevelu comprend 100 000 à 150 000 follicules pileux. La vitesse de pousse du cheveu est d’environ 1 mm tous les trois jours. Plus d’informations sur le site de la SNCPRE.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.