e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être http://www.ra-sante.com Santé, forme, bien-être, soins, hôpitaux, urgences à Lyon et en Rhône-Alpes Thu, 13 Dec 2018 09:58:19 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.9 http://www.ra-sante.com/wp-content/uploads/2018/09/cropped-logo-site-1-32x32.png e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être http://www.ra-sante.com 32 32 Ma Santé : le numéro 3 du magazine est paru ! http://www.ra-sante.com/magazine-ma-sante-numero3-329876.html http://www.ra-sante.com/magazine-ma-sante-numero3-329876.html#respond Wed, 12 Dec 2018 12:50:55 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=15810 Lancé au printemps dernier, le magazine Ma Santé Auvergne-Rhône-Alpes numéro 3 vient de paraître. Gratuit, tiré à 40 000 exemplaires et diffusé chez tous les professionnels de santé (pharmacies, cabinets médicaux, centres de santé au travail…), ce numéro vous livre notamment toutes les clés pour garder la forme cet hiver.

Cet article Ma Santé : le numéro 3 du magazine est paru ! est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
 

Le numéro 2 du magazine Ma Santé est paru !
Des  sommets de bien-être à la « une » de Ma Santé Auvergne-Rhône-Alpes ©P.A

 

Brrr, les frimas de l’hiver sont là, accompagnés de leurs petits (et grands) maux habituels. Par chance, le numéro 3 du magazine Ma Santé Auvergne Rhône-Alpes vient de paraître, à l’intention de tous ceux qui prennent soin de leurs santé et veulent rester en forme cet hiver.

Premier magazine régional gratuit dédié à la santé, la forme et le bien-être, ce support grand public et à grand tirage (40 000 exemplaires) a été lancé au printemps dernier sur les douze départements d’Auvergne-Rhône-Alpes. Il est disponible gratuitement dans plus de 4 000 points de diffusion : pharmacies, cabinets médicaux, centres de santé au travail, EHPAD, centres hospitaliers… et autres professionnels de santé.  Le magazine est également consultable en ligne.

 

L’hiver à fond la forme à la « une » de Ma Santé

Il fait froid, et la grande course au cocooning est lancée. Le numéro d’hiver du magazine Ma Santé consacre ainsi plusieurs pages aux recettes bien-être à appliquer pour rester en forme, prendre soin de soi et éviter la casse sur les pistes : conseils beauté pour protéger sa peau, super-aliments à consommer pour garder la pêche, guide anti-bobos pour les vacances en station… « Notre concept éditorial, qui a suscité l’adhésion des lecteurs comme des professionnels de santé sur le numéro 1, ne varie pas : des articles courts et informatifs, largement illustrés, qui traitent de problématiques de santé courants, avec l’accent mis sur la prévention », explique Pascal Auclair, rédacteur en chef de Ma Santé Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Bronchiolite, addiction aux écrans, presbyacousie…

Dans cet esprit, le magazine se jette également dans le grand bain thermal et fait le point sur les dernières nouveautés dans la région Rhône-Alpes-Auvergne, qui multiplie les efforts pour s’imposer comme l’une des grandes destinations curatives et bien-être du pays.

Par ailleurs, de nombreux autres sujets sont abordés dans les différentes rubriques (actus, enfants, seniors, psychologie, sexualité, ORL…) de ce magazine de 52 pages dont la plupart des articles sont repris en version plus étoffée sur le site ra-sante.com. « Dans une approche cross-média, on joue à fond sur la complémentarité entre le prit et le web », insiste le rédacteur en chef. On en apprend ainsi un peu plus sur les bienfaits de la kinésithérapie respiratoire en cas de bronchiolite du nourrisson, sur les bonnes questions à se poser avant de succomber à la mode du tatouage, ou sur la manière de contrôler l’accès aux écrans de nos enfants, pour mieux les en protéger. Côté voyage, on découvre les bons remèdes anti jet lag, et l’on fait de son chat son meilleur allié pour combattre le stress. Enfin, on se penche sur l’une des grandes questions de notre nouveau siècle, celle des grossesses tardives, avant d’entendre tout ce qu’il faut savoir sur l’inéluctable presbyacousie…

Pour être lu par le plus grand nombre et augmenter encore sa nororiété, le premier magazine régional gratuit dédié à la santé, la forme et le bien-être sera partenaire de plusieurs événements grand public, à l’image des Thermalies, le salon de l’eau et du bien-être organisé du vendredi 8 au dimanche 10 février 2019 à la Sucrière, à Lyon. Le numéro 3 de Ma Santé sera notamment diffusé sur les différents rendez-vous médicaux organisés au Centre des Congrès de Lyon – Cité Internationale ou à Eurexpo. « Il est aussi possible de recevoir Ma Santé Auvergne-Rhône-Alpes dans sa boîte aux lettres dès parution, grâce à la formule d’abonnement annuel lancée à l’occasion de la parution du numéro 2 du magazine », conclut Pascal Auclair. Bonne lecture !

 

A SAVOIR

Le magazine Ma Santé, rédigé par des journalistes professionnels, bénéficie de la caution scientifique des professionnels de santé d’Auvergne-Rhône-Alpes. Dans un souci de rigueur éditoriale, tous les articles publiés sont ainsi relus et validés par un expert dans le domaine évoqué. Un conseil consultatif, composé de professionnels de santé et de personnalités en liens avec les thématiques abordées dans le magazine, a vu le jour à l’automne.

Cet article Ma Santé : le numéro 3 du magazine est paru ! est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/magazine-ma-sante-numero3-329876.html/feed 0
AIT : « j’ai subitement perdu le fil de mes pensées » (témoignage) http://www.ra-sante.com/temoignage-ait-neuro-lyon-2645.html http://www.ra-sante.com/temoignage-ait-neuro-lyon-2645.html#respond Tue, 11 Dec 2018 08:05:58 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=14887 L’accident ischémique transitoire, qui présente les mêmes symptômes qu’un AVC, doit être traité avec sérieux et sans délais. Le témoignage d’un patient de l’hôpital neurologique de Lyon, victime d’un AIT en décembre 2017.

Cet article AIT : « j’ai subitement perdu le fil de mes pensées » (témoignage) est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
Témoignage d'une victime d'AIT
Le docteur Mechtouff-Cimarellli a pris en charge André Valentino pour son bilan AIT, dans la plate-forme dédiée de l’hôpital neuro, à Lyon. ©DR

 

Avec plus de 115 000 cas par an en France, dont près de la moitié sont mortels, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ne sont plus un secret pour le corps médical. Le grand public, en revanche, ignore tout des conséquences de l’accident ischémique transitoire (AIT), sorte de prémices à l’AVC dont les neurologues mesurent de mieux en mieux l’importance. « Je n’en connaissais pas l’existence », avoue le Lyonnais André Valentino, victime de cette forme légère d’attaque cérébrale le 20 décembre 2017. Légère, mais loin d’être anodine, puisque le risque d’avoir un véritable AVC dans les heures ou les jours suivant un AIT, dont on se remet pourtant spontanément et rapidement, sont plutôt élevés.

 

AIT : une prise en charge en urgence

Membre de l’opposition au conseil municipal de Sainte-Foy-lès-Lyon, André Valentino a été fauché en pleine diatribe, sans signes avant-coureurs. « Je n’avais jamais eu de symptômes auparavant », avoue l’élu de 78 ans. « Je devais prendre la parole devant le conseil municipal, et j’ai subitement perdu le fil de mes pensées. Je n’arrivais plus à parler. On a vu que je devenais blanc, que je ne m’exprimais plus comme d’habitude ». La séance est suspendue et le SAMU prévenu. « J’ai été transporté en 5 minutes aux urgences de l’hôpital Lyon-Sud, où l’on m’a fait passer des examens. Les symptômes passant, je suis rentré chez moi, avec la consigne de me rendre le lendemain en consultation à l’hôpital neurologique. C’est là que l’on m’a expliqué que j’avais eu un AIT ».

 

Après un AIT, un risque sur dix de faire un AVC !

Situé au cœur du groupement hospitalier EST de l’agglomération lyonnaise, l’hôpital Pierre Wertheimer dispose depuis 2017 d’une plate-forme spécialement dédiée au suivi des AIT. Une création justifiée par l’importance non négligeable de cette affection cérébrale pourtant légère, mais dont la détection précoce permet de diminuer notablement le risque d’AVC.

La victime d’un AIT a en effet une  »chance » sur dix d’avoir un AVC dans les trois mois qui suivent, et pour certains dans les 48 heures. « La plate-forme de bilan AIT apporte, outre des examens particulièrement poussés et approfondis (IRM cérébrale, échographie cardiaque…), une consultation par un neurologue car le diagnostic d’AIT est avant tout clinique et repose sur l’interrogatoire approfondi du patient et de son entourage », explique le dr Laura Mechtouff-Cimarelli, responsable du dispositif.

Comme André Valentino, quelques 200 patients bénéficient d’un suivi médical suite à leur prise en charge à l’Unité Neurovasculaire de Lyon. Lui a repris le cours de sa vie, rassuré par l’absence de séquelles et sans angoisse aucune. Prêt à reprendre le combat politique, et la parole en public !

 

A SAVOIR

Les accidents ischémiques transitoires présentent les mêmes symptômes qu’un AVC : engourdissement d’un côté du corps, difficulté d’élocution, troubles de la vue, maux de tête, vertiges, fatigue. Ils régressent rapidement, disparaissent dans l’heure et ne provoquent pas de séquelles, hormis la crainte d’un accident vasculaire cérébral ultérieur.

Cet article AIT : « j’ai subitement perdu le fil de mes pensées » (témoignage) est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/temoignage-ait-neuro-lyon-2645.html/feed 0
Kinésiologie : l’autre médecine douce… http://www.ra-sante.com/kinesiologie-voie-pour-taire-maux-corps-esprit-1734.html http://www.ra-sante.com/kinesiologie-voie-pour-taire-maux-corps-esprit-1734.html#respond Fri, 07 Dec 2018 12:45:55 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=16234 La kinésiologie ou physiologie du mouvement, avec trois cents professionnels recensés aujourd'hui en France, sort de l’ombre et connaît même un succès croissant. Pourquoi tester la kinésiologie ? Les explications de Myriam Françon, qui exerce à Aix-les-Bains (Savoie).

Cet article Kinésiologie : l’autre médecine douce… est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
 

Une technique corporelle au secours de nos déséquilibres physiques ou émotionnels.©Pexels
Une technique corporelle au secours de nos déséquilibres physiques ou émotionnels.©Pexels

 

Qui n’a jamais rêvé de se libérer de l’anxiété, des problèmes relationnels, des peurs et des croyances qui empoisonnent la vie ? La kinésiologie permet de lutter contre ces stimuli négatifs et de retrouver un équilibre général.

Myriam Françon, kinésiologue à Aix-les-Bains, voit en la pratique un moyen pour chacun d’atteindre son plein potentiel. « C’est une méthode douce pour dénouer les blocages conscients ou inconscients qui entravent nos capacités ». Grâce à des techniques issues de la chiropractie et de la médecine chinoise, le praticien détecte les troubles physiques, émotionnels ou énergétiques chez une personne en étudiant ses postures et mouvements corporels, pour mieux les corriger.

 

La kinésiologie, une vision globale de l’individu

La discipline s’intéresse à la corrélation entre les ressentis, le mental et le corps, en montrant que le flux continu d’émotions a une résonance sur l’ensemble de l’être. À partir de ce postulat les professionnels affirment par exemple qu’une souffrance psychologique qui perdure finit par engendrer des maux physiques, et à contrario, qu’une douleur perturbe à terme le mental de chacun. Selon Myriam Françon, « le corps a une mémoire que l’on appelle mémoire cellulaire et par laquelle il emmagasine les stress et traumatismes subis au cours de la vie ».

 

En kinésiologie, le test musculaire livre une multitude d’informations

Lorsqu’une personne est en situation d’inconfort quelconque, le corps, au même titre que le cerveau, n’a pas la même réaction. Il perd de l’énergie et du tonus musculaire. Ces modifications renseignent le kinésiologue et lui apportent sa base de travail.

Lors des séances, le praticien exerce une pression légère sur un muscle du bras, ou, autre, puis observe si celui-ci est fort et résiste ou s’il est faible et tombe, ce qui implique un stress. Myriam Françon considère le test comme un outil indispensable lors de ses séances. « Il établit un dialogue direct avec le corps du client. À l’aide de ses réponses, on remonte à la cause du problème et on le règle ».

La kinésiologie étend son champ d’action en s’attaquant également aux allergies alimentaires, aux douleurs, au surpoids, et ouvre un accès au bien-être. Là aussi, le test musculaire décèle les dysfonctionnements énergétiques, développés intrinsèquement et affectant soit un organe soit un muscle, ou causés par des perturbateurs comme des aliments défavorables au corps et le privant de tonus. Le praticien travaille ensuite sur ces excès ou carences d’énergie et les réharmonise.

 

Kinésiologie : haro sur les facteurs du mal

Le but de cette médecine alternative réside dans la mise en exergue des facteurs ayant conduit aux troubles psychiques ou corporels. Elle ne se voue pas à supprimer les symptômes mais agit directement sur les causes de ceux-ci.

Ce n’est plus ici le praticien qui est responsable du changement de son client, mais bien le client lui-même. L’image du kinésiologue s’apparente donc à celle d’un facilitateur dont la fonction est d’amener la personne à conscientiser ses faiblesses pour ensuite les transmuter. L’individu devient ainsi l’acteur de son propre développement et de sa guérison.

 

Le Brain Gym ou kinésiologie éducative

Bien que la discipline se subdivise en plusieurs branches, le brain gym (ou kinésiologie éducative) demeure l’une des plus populaires, en se basant sur le remodelage cérébral. Ce dernier est en effet composé de deux parties, aux caractéristiques propres, unies par un amas de fibres nerveuses appelé corps calleux. La droite est le siège de l’intuition, de la créativité, de l’espace et de la dimension ainsi que de la vision globale des choses, alors que la gauche s’attache au détail, à la rationalité, à la logique et à l’analyse. Chaque hémisphère contrôle la motricité du tronçon opposé du corps.

Pour que l’apprentissage se fasse de manière optimale, les deux côtés doivent échanger et fonctionner ensemble. S’il y a un bug durant l’initiation, le cerveau se bloque naturellement et se met partiellement à l’arrêt. Ce processus se construit au plus jeune âge, durant les premiers enseignements de la vie tels que la découverte de la marche ou du langage. Si ceux-ci se font sous l’influence d’un stress, ce souvenir s’ancre et conditionne le développement futur. Le cerveau aura alors tendance à reproduire un mécanisme équivalent dans des cas similaires. Les apprentissages suivants paraîtront plus rudes car l’un des hémisphères se désactivera automatiquement à chaque nouvelle situation faisant appel à l’adaptabilité.

 

La kinésiologie, une aide en cas de retard scolaire

Fort heureusement, Myriam Françon rappelle qu’il est possible de pallier ces désagréments. « Le cerveau reste malléable car c’est un muscle qui évolue constamment. En le stimulant dans son ensemble, on crée des connexions, on relie à nouveau les hémisphères et on instaure d’autres habitudes de fonctionnement ».

Certains enfants en retard scolaire sont parfois affublés du titre de cancre, alors que leurs tracas peuvent manifestement découler de ce manque de communication cérébrale. La kinésiologie éducative a mis au point un panel d’exercices ludiques pour solliciter l’intégralité du cerveau et en révéler ses nombreuses capacités. Ils renforcent notamment la concentration, le centrage et la focalisation.

Si les bambins tirent d’importants bénéfices de cette méthode, elle convient également, comme toutes les autres sections de la kinésiologie, aux adultes en proie à des difficultés et en quête d’épanouissement.

 

A SAVOIR

Comment choisir le bon kinésiologue ? La kinésiologie, du fait de dérives possibles, et notamment sectaires, fait l’objet de débats et de mises en garde. Il est important, donc, de bien choisir son praticien. Le bouche à oreille est le premier indicateur de choix. Mais il n’est pas anodin de vérifier la légitimité du praticien que l’on souhaite consulter en étudiant les listes validées par la Fédération Française de Kinésiologie Spécialisée, l’Institut Français de Kinésiologie Appliquée ou le Syndicat National de Kinésiologie. Une fois le praticien ciblé, vérifier sa formation et la durée de celle-ci (850 heures selon les critères européens, soit 2 à 3 ans). Une séance de kinésiologie dure une heure en moyenne et coûte de 40 à 80€.

Cet article Kinésiologie : l’autre médecine douce… est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/kinesiologie-voie-pour-taire-maux-corps-esprit-1734.html/feed 0
Le Dossier Médical Partagé (DMP) fait fureur en Auvergne-Rhône-Alpes http://www.ra-sante.com/dossier-medical-partage-auvergne-rhone-alpes-3874.html http://www.ra-sante.com/dossier-medical-partage-auvergne-rhone-alpes-3874.html#respond Tue, 04 Dec 2018 16:36:08 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=16275 Testé avec succès dans le Puy-de-Dôme, le Dossier Médical Partagé, véritable carnet de santé numérique, est désormais accessible à tous depuis le mois de novembre. 15 000 DMP sont ainsi créés chaque semaine en Auvergne-Rhône-Alpes. Explications.

Cet article Le Dossier Médical Partagé (DMP) fait fureur en Auvergne-Rhône-Alpes est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
 

Le Dossier Médical Partagé, un outil efficace créé en quelques clics.

 

« Il n’est pas obligatoire, mais juste indispensable ». Le slogan frappe juste, à l’heure de légitimer la généralisation du Dossier Médical Partagé, qui fait l’objet depuis le mois de novembre d’une vaste campagne de sensibilisation.

Introduit par la loi du 13 août 2004, ce fameux Dossier Médical Partagé, ou DMP, est une nouvelle étape majeure franchie dans l’ère de la e-santé. S’il a mis 15 ans à voir le jour, cet outil numérique déjà adopté par 195 070 Auverhônalpins a pour ambition d’améliorer considérablement le parcours de soins.

Il compile l’ensemble des données médicales d’un patient (historique des soins, pathologies et allergies éventuelles), comptes-rendus d’hospitalisation, traitements médicamenteux ou encore résultats d’examens, et en les rendant accessibles en temps réel à tous les professionnels de santé. « Ce carnet de santé numérique est la mémoire de la santé du patient », illustre le Dr Anne-Marie Mercier, médecin-conseil chef de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour l’Assurance Maladie.

 

Le Dossier Médical Partagé, pour une meilleure prise en charge médicale

Alimenté par les praticiens, qu’ils soient hospitaliers ou libéraux, mais aussi par le patient lui-même, le Dossier Médical Partagé n’a pas pour seul objectif de concentrer les informations en un seul point. Le dispositif facilite en effet grandement la coordination entre médecins, ainsi que la prise en charge en urgence, en cas notamment de voyage ou de déménagement.

Laurent Spalvieri, pharmacien à Pierre-Bénite (Rhône), témoigne également de la sécurité sanitaire offerte aux patients: « le DMP permet d’éviter les interactions médicamenteuses, les accidents thérapeutiques, il nous renseigne sur les allergies éventuelles… » Il permet aussi, à titre d’exemple, de limiter le risque d’être soumis à un examen, un traitement ou une vaccination déjà réalisé ou prescrits, ce qui, au passage, induira quelques substantielles économies du côté de la Sécurité sociale…

 

Le Dossier Médical Partagé doit être adopté par tous

Le Dossier Médical Partagé n’a toutefois de sens que s’il est rempli, par le patient bien sûr, mais aussi par les professionnels de santé. C’est la raison pour laquelle l’Assurance Maladie a lancé une grande opération séduction à l’intention des usagers et des praticiens. Les premiers se montrent plutôt ouverts au dispositif, avec « 85% de gens interrogés favorables », selon François Blanchardon, le président de France Assos Santé Auvergne-Rhône-Alpes.
Côté professionnels de santé, les institutions ouvrent la voie, à l’image à Lyon du Centre Léon Bérard ou des Hospices Civils de Lyon, qui seront bientôt suivis par l’ensemble des CHU de la région. « En un mois, nous avons déjà créé 1300 Dossiers Médicales Partagés », confirmait Laurent Spalvieri lors d’une conférence de presse, mardi 4 décembre.

C’est en effet dans les officines, où les patients, et notamment les plus éloignés des outils numériques, bénéficient d’une judicieuse assistance technique, que 43% des DMP créés depuis septembre 2018 ont été ouverts. A la lecture de la carte vitale, une note alerte en effet le pharmacien de l’ouverture ou non d’un Dossier Médical Partagé, qui peut donc être créé en direct le cas échéant, avec l’accord du patient.

 

Une appli pour faciliter l’usage du Dossier Médical Partagé

Une application gratuite et sécurisée pour smartphone et tablette, l’appli DMP, permet à chaque patient de disposer de son dossier médical à portée de main. De nouvelles fonctionnalités vont rapidement venir améliorer le dispositif. Au printemps 2019, il sera ainsi possible d’indiquer dans son DMP des directives anticipées pour la fin de vie. Un carnet de vaccination électronique devrait également y être adjoint.
La révolution numérique est en marche: 15 000 Dossiers Médicaux Partagés s’ouvrent ainsi chaque semaine en Auvergne-Rhône-Alpes, où la barre du million de DMP créés devrait être franchie d’ici 2022…

Plus d’infos sur le Dossier médical Partagé.

 

A SAVOIR
Dossier Médical Partagé, mode d’emploi:
– Le DMP est gratuit, sans obligation et sans incidences sur les remboursements
– Les données du DMP sont confidentielles et hautement sécurisées. Hors cas d’urgence, seul le patient a accès à la totalité des informations, les soignants ne pouvant consulter que les données dont ils ont besoin.
– Pour créer un DMP : sur le site dmp.fr en quelques clics.
Pour disposer d’une assistance technique, se rendre muni de sa carte vitale à l’accueil d’un organisme d’Assurance Maladie (13 agences dans le Rhône), en pharmacie ou chez un professionnel de santé
– Aucun DMP ne peut être créé sans le consentement du patient.
– La création d’un DMP pour un mineur ne peut être réalisée que chez un professionnel de santé ou à l’accueil d’une caisse de régime de Sécurité sociale.

Cet article Le Dossier Médical Partagé (DMP) fait fureur en Auvergne-Rhône-Alpes est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/dossier-medical-partage-auvergne-rhone-alpes-3874.html/feed 0
Tuberculose, peste, rage… l’inquiétant retour de maladies disparues ! http://www.ra-sante.com/tuberculose-peste-lepre-retour-maladies-disparues-2964.html http://www.ra-sante.com/tuberculose-peste-lepre-retour-maladies-disparues-2964.html#respond Mon, 03 Dec 2018 15:16:47 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=16223 Tuberculose, lèpre, scorbut, coqueluche, syphilis, variole… Ces virus mortels que l’on pensait disparus à jamais font leur retour depuis quelques années. Une résurgence de maladies parfois mortelles qui inquiète les autorités sanitaires. Explications.

Cet article Tuberculose, peste, rage… l’inquiétant retour de maladies disparues ! est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
 

La tuberculose comme la rage, la peste, le choléra ou d'autres maladies d'autant font leur retour sur le globe ©Cris Foto / Shutterstock
On pensait ces maladies définitivement éradiquées. A tort… ©Cris Foto / Shutterstock

 

Ils sont responsables de centaines de millions de morts dans l’Histoire. Ces virus tueurs, dont les versions modernes se nomment Ebola, H5N1 ou Sida, affichaient des noms porteurs d’effroi : peste, lèpre, typhus, choléra, diphtérie, poliomyélite… Autant de maladies rayées de la carte des pays développés, vaincues par la vaccination, l’hygiène et l’évolution de nos modes de vie. Définitivement ? Pas sûr…

Le décès en 2017 d’un petit Lyonnais de 10 ans, mordu sur une plage du Sri Lanka par un chiot enragé, a réveillé des peurs anciennes. En septembre dernier, le Royaume-Uni faisait aussi état de trois cas de variole du singe, variante de la tristement célèbre variole qui faucha Louis XV et d’innombrables anonymes jusqu’en 1978. Les deux premiers patients rentraient du Nigeria, le troisième était agent hospitalier. Érigée en modèle de réussite vaccinale, la variole était jusqu’ici considérée comme l’unique maladie totalement éradiquée au monde.

Les voyages et migrations favorisent la pérennité de ces maladies prétendument disparues dans nos contrées. La gale, sans gravité extrême lorsqu’elle est détectée à temps, fait ainsi ponctuellement des ravages en écoles, crèches ou Ehpad. On sait aussi que les mauvaises habitudes alimentaires provoquent encore des crises de goutte chez un Français sur 100. Plus étonnant, le scorbut, la maladie des marins (ou peste des mer) liée à une carence en vitamine C, surgit ça et là en Europe et aux États-Unis, chez des patients excluant totalement fruits et légumes de leur alimentation.

 

La peste sévit toujours dans le monde

Autres facteurs pointés par les épidémiologistes, la précarité, mais aussi la baisse de la prévention des pratiques sexuelles à risque : un millier de cas de syphilis (autrement appelée vérole) ont ainsi été recensés en 2014 dans l’Hexagone, principalement parmi la communauté homosexuelle masculine. Cette maladie sexuellement transmissible, de plus en plus fréquente depuis les années 2000 selon l’Institut National de Veille Sanitaire, peut provoquer lésions cutanées et atteintes graves au cerveau et aux yeux.

Les importations illégales d’animaux peuvent aussi faire ressurgir des maladies anciennes. Un autre cas de rage a ainsi été signalé dans la Loire en 2015, où 19 personnes ont été examinées après avoir été en contact avec un bull terrier, contaminé lors d’un voyage au Maghreb. La défiance grandissante envers la vaccination en général peut également causer des dégâts: 24 000 cas de rougeole, pour 22 mortels, ont été recensés depuis 2008 en France, où 200 à 600 cas de coqueluche sont traités chaque année.

 

Tuberculose, des risques sous-évalués

La méconnaissance de ces maladies soi-disant oubliées ajoute d’ailleurs à l’incompréhension, induisant des diagnostics tardifs et, dès lors, des effets plus violents.

Le pire serait sans doute de sous-estimer les risques, du fait de la rareté des infections. Son vaccin n’est plus obligatoire en France depuis 2007, mais on oublie que la tuberculose a fait 1,6 million de morts en 2017 selon l’OMS. Une autre raison de rester vigilant ? Le dernier cas mortel européen de peste, la grande faucheuse médiévale, remonte à 1945, en Corse. Des foyers subsistent pourtant toujours à Madagascar, et deux cas ont été diagnostiqués aux Etats-Unis en 2015, sur des touristes ayant visité un parc naturel… californien.

 

A SAVOIR

Si de nombreux établissements sont dotés d’un tel service (Saint-Joseph-Saint-Luc, Clinique du Parc… ), le service des Maladies Infectieuses et Tropicales de l’Hôpital de la Croix-Rousse s’est forgé une solide réputation en plus de 150 ans d’existence. Autrefois nommé  »service des contagieux », où étaient traités diphtéries, scarlatines et autres méningites, ce pôle d’excellence a l’habitude de traiter les cas les plus graves et les plus épineux. L’hôpital dispose d’une salle d’isolement spéciale (chambre dite P4) pur le traitement des cas les plus contagieux (type Ebola).

Cet article Tuberculose, peste, rage… l’inquiétant retour de maladies disparues ! est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/tuberculose-peste-lepre-retour-maladies-disparues-2964.html/feed 0
Ronronthérapie : votre chat vous fait du bien ! http://www.ra-sante.com/ronrontherapie-chat-fait-bien-2964.html http://www.ra-sante.com/ronrontherapie-chat-fait-bien-2964.html#respond Mon, 26 Nov 2018 14:36:22 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=15678 Savez-vous que le ronron du chat possède des vertus insoupçonnées pour notre santé ? Le phénomène a même un nom : la ronronthérapie ! Baisse de la tension artérielle, lutte contre le stress ou meilleure cicatrisation... Zoom sur les pouvoirs magiques de votre félin avec les Dr Moignard et Schumacher du cabinet vétérinaire « Félins pour l’autre » installé en plein cœur de Lyon.

Cet article Ronronthérapie : votre chat vous fait du bien ! est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
 

Le ronron du chat, un doux bruit apaisant
Chez le chat adulte domestiqué, le ronron sert à communiquer avec les humains © Kapa65

Vénéré depuis l’Egypte Antique, le chat a toujours fasciné l’homme. D’ailleurs, c’est l’animal de compagnie préféré des Français qui sont plus de 28% à en posséder un (enquête Ipsos). Il faut dire que le chat a un atout de taille : son ronron. Les études démontrent en effet qu’il agit positivement sur l’homme. « Le ronronnement diminue la tension artérielle chez l’humain, et de ce fait les risques d’accidents cardio-vasculaires », nous expliquent les vétérinaires.

Chat, un super-pouvoir nappé de mystères

Pour l’heure, le mécanisme à l’œuvre n’a pas été clairement élucidé, mais quelques pistes sont avancées. « Afin d’avoir un ronronnement continu, le chat gère ses contractions du diaphragme et ses vibrations au niveau du larynx pendant toutes les phases de la respiration. Ces vibrations ont la particularité d’être de très basse fréquence, entre 25 et 50 hertz/seconde, ce qui a un impact bénéfique sur la santé. D’ailleurs, les kinésithérapeutes utilisent la même technique avec les sons de basse fréquence », poursuivent les spécialistes. Ces vibrations ont pour effet d’améliorer la cicatrisation osseuse, tant chez le chat que chez son heureux propriétaire. La raison ? La création de micromouvements au niveau des os sous l’effet des vibrations.

 

Ronronthérapie, ronronnez de plaisir !

Décidément pleines de ressources, nos chères pattes de velours peuvent aussi booster notre production de sérotonine, la fameuse hormone du bonheur, et ainsi chasser celle du stress, le cortisol. De surcroît, le ronron du chat est comparable à un bruit blanc ce qui a pour conséquence de favoriser l’endormissement. « Outre ces raisons physiologiques, on peut aussi supposer qu’avoir un chat qui ronronne sur nos genoux nous oblige à nous calmer puisque souvent on ne veut pas le déranger. De plus, posséder un animal de compagnie représente une obligation mentale pour le propriétaire, ce qui le pousse à déconnecter plus rapidement du travail », ajoutent les vétérinaires.

 

Mais pourquoi le chat ronronne-t-il ?

Il faut savoir que le chat ne ronronne pas uniquement lorsqu’il est heureux, mais aussi lorsqu’il vit des émotions intenses ou même en cas de maladie grave ou de décès imminent. Le ronron ne concerne que les chats domestiqués, puisqu’à l’état sauvage, les chats ne ronronnent pas une fois devenus adultes. « Les chatons utilisent le ronron pour appeler leur maman, pour le toilettage ou pour demander à manger. Chez le chat adulte domestiqué, le ronron sert à communiquer avec les humains pour solliciter une caresse ou des croquettes. Plus l’humain répondra à cette sollicitation, plus le chat ronronnera », poursuivent les spécialistes. Ainsi, plus vous caresserez votre chat quand il ronronne, puis celui-ci vous rendra la pareille. La propension du chat à ronronner dépend aussi de l’éducation qu’il a reçue de sa mère. Si votre chat ronronne moins ces derniers temps, sachez que cela peut aussi être le signal d’un certain mal-être. N’hésitez donc pas à consulter en cas de doutes.

 

A SAVOIR

Si vous n’avez pas de félin à portée de caresses, filez dans un bar à chats. Le concept est né au Japon, et consiste tout simplement à prendre le thé entouré de matous. Certains établissements nouent des partenariats avec des associations afin que les félins puissent être adoptés. « Il est important d’observer certaines règles pour le bien-être des chats, en adoptant notamment des gestes doux. Les bons bars à chat n’accueillent par exemple qu’un nombre limité de clients », affirment les vétérinaires. Voici quelques exemples de bars à chat dans la région Auvergne-Rhône-Alpes: Lyon : Le GentleCat, Au bonheur des Chats; Clermont-Ferrand : Chat’Lounge; Grenoble : Néko Café, le Charabica; Aix-les-Bains : les Chapotins

 

Pour en savoir plus sur les animaux de compagnie :

Chiens ou chats : une étude révèle les bienfaits de l’animal de compagnie

 

 

 

 

 

Cet article Ronronthérapie : votre chat vous fait du bien ! est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/ronrontherapie-chat-fait-bien-2964.html/feed 0
Homéopathie : la guerre est déclarée ! http://www.ra-sante.com/homeopathie-polemique-remboursement-guerre-27643.html http://www.ra-sante.com/homeopathie-polemique-remboursement-guerre-27643.html#respond Fri, 23 Nov 2018 08:58:08 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=16185 Homéopathie, la bataille fait rage entre pro et anti remboursement des soins par la Sécurité Sociale, sur fonds de légitimité de la discipline. Les Français, eux, ont tranché en faveur de cette médecine douce et alternative.

Cet article Homéopathie : la guerre est déclarée ! est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
Trois Français sur quatre ont recours à l’homéopathie. ©Shutterstock

 

Sur la sellette, l’homéopathie a vu les Français lui réaffirmer clairement leur attachement, à travers un récent sondage Ipsos paru début novembre 2018 dans Le Parisien. 74% des personnes interrogées estiment en effet que les médicaments homéopathiques sont efficaces. Un sentiment favorisé par le boom du recours à cette médecine douce et alternative, depuis une quinzaine d’années, et amplifié par le vent de méfiance envers les médicaments conventionnels généré par les récents scandales sanitaires (Levothyrox, Mediator…)

Trois Français sur quatre ont ainsi indiqué être opposés à l’arrêt de leur remboursement, question étudiée de près par le Ministère de la Santé depuis l’éclatement de la polémique, au printemps dernier. Une évaluation a été commandée par la Haute Autorité de Santé pour juger de l’efficacité de l’homéopathie, et, incidemment, de la légitimité de son remboursement. Ses résultats sont attendus d’ici fin février 2019.

Le timing du sondage Ipsos ne doit donc rien au hasard : derrière l’enquête figurent les trois laboratoires pharmaceutiques Weleda, Lehning et Boiron, bien déterminés à défendre leur marché. Basé à Lyon, le dernier cité, et premier producteur mondial de préparations homéopathiques, n’a toutefois pas souhaité s’exprimer sur le sujet, estimant certainement que les chiffres de l’enquête parlent d’eux-mêmes.

 

Homéopathie : les médecins sont divisés

En attendant, le débat continue de diviser les praticiens. « Notre objectif est d’informer les gens que le traitement homéopathique n’est basé sur rien. Il n’y a aucune preuve scientifiquement établie de son efficacité », assène le Dr Julien Gere.

Ce neurologue chambérien (Savoie) est membre du Collectif FakeMed, à l’origine de l’affaire. « Nous ne sommes pas contre l’homéopathie en tant que telle. Si les gens ont le sentiment que cela leur fait du bien, tant mieux. Mais que ces soins soient remboursés par la Sécurité Sociale, au détriment d’autres soins, cela pose problème. On sait que la musique adoucit les maux : va-t-on pour autant demander le remboursement de la musique classique ? L’effet placebo a ses limites, et quand je vois des patients épileptiques cesser leur traitement pour passer à l’homéopathie, je trouve cela dangereux ».

 

Homéopathie : une source d’économie pour la Sécu

La défiance envers les médicaments conventionnels conduit-elle réellement à de telles errements ? « Nous faisons de la médecine, et nous savons faire la part des choses », répond le Dr Jean-Louis Masson, généraliste à Écully (Rhône) et adhérent du Syndicat National des Médecins Homéopathes Français. « Nous avons la preuve au quotidien que les médicaments homéopathiques fonctionnent, comme pour l’asthme ou d’autres pathologies courantes, et ce en complémentarité avec les traitements conventionnels ».

Selon le SNMHF, l’homéopathie, qui ‘’représente seulement 0,29% des remboursements de médicaments’’, joue un rôle certain contre la surconsommation médicamenteuse et fait même faire de substantielles économies à l’Assurance Maladie, avec un coût de prise en charge en moyenne 35% moins élevé pour un patient pris en charge par un médecin homéopathe.

C’est ce qu’illustre le Dr Dominique Jeulin-Flamme, qui exerce à Montpellier (Hérault) : « sachant que le montant de l’ensemble de mes prescriptions est moitié moins élevé que la moyenne de celle de mes confrères, je considère que le maintien du remboursement des médicaments homéopathiques se justifie pleinement ». C’est aussi l’avis, en tout cas, de trois Français sur quatre…

 

A SAVOIR

L’homéopathie en France:

30%, le plafond de remboursement des soins homéopathiques par la Sécurité Sociale

20 000, le nombre de médecins généralistes intégrant l’homéopathie dans leur pratique (soit 25%)

77%, la part de Français ayant recours à l’homéopathie

200 ans, comme la présence de l’homéopathie en France

Cet article Homéopathie : la guerre est déclarée ! est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/homeopathie-polemique-remboursement-guerre-27643.html/feed 0
Cancer : 111 des Arts, l’expo du cœur revient à Lyon http://www.ra-sante.com/cancer-111-des-arts-expo-lyon-17423.html http://www.ra-sante.com/cancer-111-des-arts-expo-lyon-17423.html#respond Wed, 21 Nov 2018 16:33:35 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=15954 Parrainée cette année par le chef étoilé Christian Têtedoie, l'exposition-vente Les 111 des Arts (du 23 novembre au 2 décembre) vise à récolter des fonds pour la recherche et améliorer le quotidien des jeunes patients de l'Institut d'Hématologie et d'Oncologie Pédiatrique (IHOP) de Lyon. Objectif: vendre plus de 1 000 tableaux cette année. Une opération exemplaire, en partenariat avec le magazine Ma Santé.

Cet article Cancer : 111 des Arts, l’expo du cœur revient à Lyon est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
 

Tous les tableaux des 111 des Arts de Lyon sont vendus 111 euros
L’expo-vente Les 111 des Arts investit l’Atrium de l’Hôtel de Ville de Lyon © DR

 

A Lyon, durant dix jours, un mur d’image pour adoucir les maux sera érigé dans l’Atrium de l’Hôtel de Ville. Du 23 novembre au 2 décembre, l’association « Les 111 des Arts Lyon » organise en effet son exposition annuelle d’art contemporain, place des Terreaux. Un événement désormais bien ancré dans l’agenda culturel lyonnais, organisé cette année en partenariat avec le magazine Ma Santé. Objectif : récolter des fonds au profit des enfants hospitalisés à l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique (IHOP) de Lyon.

 

111 des Arts, 300 dossiers de candidature

Catherine Camoy expose aux 111 des Arts
Tableau signé Catherine Campy

Le principe ? A l’occasion de cette expo-vente du cœur, 111 artistes acceptent « d’oublier leur côte». et présentent chacun 11 oeuvres, au minimum, originales au prix unique de 111 euros l’oeuvre encadrée, 92 euros l’oeuvre non-encadrée. »Ces 111 artistes, reconnus ou émergents, ont été sélectionné par un jury composé de deux critiques d’art, deux artistes et deux collectionneurs parmi les 300 dossiers reçus suite à l’appel à candidature. Chaque artiste nous fait parvenir deux tableaux au format carré 20×20 cm. L’artiste est entièrement libre de choisir son sujet, sa technique (peinture, dessin, gravure, collage, assemblage, photographie…) et son mode d’expression (abstrait, figuratif, minimaliste…). Ainsi, l’exposition reflète toutes les tendances de la création artistique contemporaine« , explique Catherine Moullin, la nouvelle présidente de l’association « Les 111 des Arts Lyon », qui précise qu’une oeuvre par artiste est visible sur le site de l’association.

Tout au long de l’exposition, les adhérents ont ainsi la possibilité de choisir parmi les 111 artistes sélectionnés une ou plusieurs toiles, les décrocher et les emporter après en avoir acquitté le montant. Cette méthode « cash and carry » séduit un public toujours plus nombreux. En 2017 près de 3 000 oeuvres ont été achetées à Lyon, Paris et Toulouse.Des billets de tombola (tirage programmé le dimanche 2 décembre à 15 heures) sont aussi en vente pour avoir la chance de gagner un tableau de Daniel Castan.

 

A Lyon, plus de 50 000 euros récoltés chaque année

Toutes les oeuvres sont vendues au profit des enfants hospitalisés de l’IHOPe. Les sommes permettent à l’association de participer aux financements de programmes de recherche et à l’amélioration des conditions de vie des enfants hospitalisés. Les 55 000€ de dons reversés en 2017 ont été attribués intégralement à la recherche sur les cancers pédiatriques de façon suivante :

  • 25 000€ pour le projet du Dr Mathilde Penel-Page qui étudie le micro-environnement dans le cancer du rein de l’enfant.
  • 25 000€ pour le projet du Dr Carine Halfon-Domenech autour des cellules souches initiatrices de leucémies aigues lymphoïdes et myéloïdes de l’enfant.
  • 5 000€ pour l’amélioration des conditions d’hospitalisation des patients.

 

Christian Têtedoie vise les 1 000 tableaux vendus !

Tableau de Marie-Antoinette Rix exposé aux 111 des Arts
Oeuvre réalisée par Marie-Antoinette Rix

Au total, depuis 2003, Les 111 des Arts Lyon ont récolté la somme de 780 000 euros au profit de l’IHOP. Cette année, les organisateurs espèrent battre un nouveau record grâce à la notoriété du parrain, en l’occurrence le chef étoilé Christian Têtedoie.  « C’est une cause légitime. Les 111 des Arts est un événement exemplaire. J’espère que mon parrainage va donner encore plus d’ampleur à cette exposition, avec l’objectif de franchir la barre des 1 000 tableaux vendus« , explique le célèbre cuisinier, très impliqué dans la cause des enfants malades, qui vient également d’engager un partenariat avec le Centre Léon Bérard pour améliorer la qualité nutritionnelle des patients du centre anti-cancéreux lyonnais. En attendant le vernissage de l’exposition, une trentaine de tableaux choisis par Christian Têtedois sont exposés sur les murs de l’établissement étoilé perché sur la colline de Fourvière.

 

A SAVOIR

L’association Les 111 des Arts, à but non lucratif, a été fondée en 1995 à Paris, celle de Lyon en 2003. Elle est entièrement gérée par des bénévoles. L’association poursuit un double objectif : soutenir la cause des enfants gravement malades grâce aux résultats de ses manifestations. et promouvoir l’art et les artistes contemporains en les rendant accessibles à tous. L’association comprend aujourd’hui trois antennes : à Paris, Lyon et Toulouse. Les trois associations soeurs, autonomes, sont regroupées au sein d’une union, l’association Les 111 des Arts, garante de l’éthique commune. Les ressources de l’association Les 111 des Arts proviennent des cotisations, 30 € par an pour les membres actifs, 80 € pour les membres bienfaiteurs (un certificat de déductibilité fiscale est remis pour le montant de l’adhésion). Et de l’organisation annuelle d’une manifestation d’Art Contemporain comme « Les 111 des Arts ». La part de l’artiste est fixée à 48 €, celle de l’association à 43 € et celle de l’encadreur à 19 €.

L'expo-vente des 111 des Arts Lyon est parrainée cette année par Christian Têtedoie
Christian Têtedoie, parrain des 111 des Arts Lyon et la présidente Catherine Moullin ©P.Auclair

Cet article Cancer : 111 des Arts, l’expo du cœur revient à Lyon est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/cancer-111-des-arts-expo-lyon-17423.html/feed 0
Entretiens de Galien : « le pharmacien a un rôle de plus en plus important » http://www.ra-sante.com/entretiens-galien-role-pharmacien-lyon-2753.html http://www.ra-sante.com/entretiens-galien-role-pharmacien-lyon-2753.html#respond Tue, 20 Nov 2018 10:23:34 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=16198 Président-fondateur des Entretiens de Galien, dont la deuxième édition est organisée à l’Espace Tête d’Or, à Lyon, les 21 et 22 novembre 2018, Gilles Aulagner, professeur de pharmacie clinique à la pharmacie centrale des HCL, note l’évolution du rôle du pharmacien en France.

Cet article Entretiens de Galien : « le pharmacien a un rôle de plus en plus important » est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
 

Le pharmacien a de plus en plus de missions dans son officine
Le pharmacien est devenu un élément essentiel du système de santé français ©HconQ-Shutterstock

 

Pourquoi avoir créé les Entretiens de Galien ?

Cette initiative s’inscrit dans la lignée d’Ipharmex. On a souhaité relancer un événement capable de réunir des pharmaciens de tous les horizons pour échanger des informations de haut niveau scientifique en toute indépendance. L’autre objectif est de mettre en avant la place de Lyon dans l’univers de la santé, une métropole qui regroupe le premier CHU de province, le premier pôle universitaire de province, ainsi que quels leaders de l’industrie pharmaceutique et de belles statups pleines de promesses.

 

Le pharmacien bientôt confronté à la sérialisation

Quels seront les thèmes au cœur des débats lors de cette édition 2018 ?

On va beaucoup parler de sérialisation, un terme encore méconnu même par les pharmaciens Mais un thème important car il s’agit de lutter contre la contrefaçon des médicaments. L’Europe a mis en place un système complexe qui doit entrer en vigueur le 9 février 2019. Le problème, c’est que peu de gens sont au courant de cette initiative, même les professionnels.

 

Concrètement, comment cette sérialisation va se traduire ?

Le pharmacien devra à l’avenir vérifier que la boîte de médicament est bien scellée. Chaque boîte comportera aussi un data matrix avec un code aléatoire pour repérer toute contrefaçon.

 

Dispositifs médicaux et cancérologie ambulatoire

Quels seront les autres thèmes abordés ?

Les recherches et les innovations dans le domaine des dispositifs médicaux seront abordées. Il s’agit d’un domaine très évolutif qui tient une place aussi importante que les médicaments dans la thérapeutique et qui nécessite des évaluations cliniques. Parmi ces innovations sera évoqué l’impression 3D (3 dimensions) qui permet à partir de cellules, de céramiques ou d’os de reconstruire certains tissus (rétine) ou des éléments du visage ou des os cassés au décours d’un accident.

On va aussi parler de cancérologie ambulatoire, en plein développement avec l’émergence de traitements anti cancéreux administrés par voie orale et non plus injectables. Les pharmaciens d’officines doivent être informés de ces innovations permanentes.

Il sera également question de vaccination, et en particulier de l’expérimentation menée dans quatre régions, dont Auvergne-Rhône-Alpes, qui permet aux pharmaciens de vacciner contre la grippe. A ce jour, plus de 350 000 personnes ont ainsi pu se faire injecter le vaccin dans une pharmacie. Cela contribue de manière active à l’augmentation de la couverture vaccinale en France, raison pour laquelle cette expérimentation sera dès l’an prochain déclinée au niveau national.

 

Pharmacien, des missions élargies à l’avenir

Le pharmacien va-t-il avoir encore d’autres missions à l’avenir ?

Oui, de plus en plus. C’est le cas par exemple dans le cadre du développement de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé. La moindre erreur dans un algorythme peut avoir des conséquences dramatiques sur des personnes souffrant de diabète ou de maladies chroniques. Durant les entretiens, on va aussi beaucoup parler des TROD, ces dosages biologiques sans prélèvement en vente dans les officines qui peuvent être réalisés à domicile ou par les pharmaciens.

 

Comment voyez-vous l’évolution du métier de pharmacien ?

Avec l’évolution de notre système de santé, son rôle va devenir essentiel au fur et à mesure qu’il se verra confier de nouvelles missions. Il sera à la fois de plus en plus proche des patients et une garantie de meilleure prise en charge du malade. Songez qu’aujourd’hui, 57% de la rémunération moyenne des pharmaciens provient d’honoraires. Sa rémunération dépens donc de moins en moins du prix des médicaments et des volumes de boîtes vendues

Ce chiffre illustre bien l’évolution de notre profession tout en valorisant notre mission de conseil.

 

A SAVOIR

La deuxième édition des Entretiens de Galien se déroulera le mercredi 21 et jeudi 22 novembre à l’Espace Tête d’Or de Lyon. Ils accueillent tous les pharmaciens d’officine (titulaires et adjoints), hospitaliers, industriels et universitaires. Le programme comporte des présentations d’actualités scientifiques et professionnelles avec des intervenants de haut niveau, traitées en plénière, simultanément dans 2 salles ou sous forme de tables rondes. En parallèle aura lieu un « Hackathon » avec pour thème : « Créer le bagage digital du pharmacien au service de ses missions dans l’intérêt du patient ». Le Hackathon est un concours d’innovation ou 5 équipes pluridisciplinaires vont travailler pour imaginer les services de demain. Présentation devant des jury et remise de prix à l’issue des deux jours.

Cet article Entretiens de Galien : « le pharmacien a un rôle de plus en plus important » est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/entretiens-galien-role-pharmacien-lyon-2753.html/feed 0
Cardio-vasculaire : la chirurgie du futur testée à Lyon http://www.ra-sante.com/lyon-test-chirurgie-cardio-vasculaire-futur-39654.html http://www.ra-sante.com/lyon-test-chirurgie-cardio-vasculaire-futur-39654.html#respond Mon, 19 Nov 2018 09:25:01 +0000 http://www.ra-sante.com/?p=16176 Une salle de bloc opératoire de l’hôpital cardiologique Louis Pradel, à Lyon, a été dotée d’outils de géolocalisation ultramodernes capables de servir les opérations les plus complexes. Une innovation pionnière dans un CHU français, entièrement financée grâce aux dons collectés par la Fondation Hospices Civils de Lyon.

Cet article Cardio-vasculaire : la chirurgie du futur testée à Lyon est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
 

La chirurgie cardio-vasculaire fait sa révolution à Lyon
Les chirurgiens vasculaires de l’hôpital Louis Pradel opèrent désormais avec le concours d’équipements révolutionnaires en matière d’imagerie @DR

 

Officiellement inaugurée le 18 octobre 2018, la nouvelle salle dite ‘’hybride’’ de l’hôpital cardiologique Louis Pradel, à Lyon, fonctionne en réalité depuis l’été dernier. Cette courte période de mise en service a mis en lumière en un temps record toute la légitimité d’une innovation médicale qui, du fait du coût de l’investissement, reste unique en France.

Aux équipements conventionnels du bloc opératoire ont en effet été adjoints des outils d’imagerie innovants, intégrant les dernières générations de technologies de géolocalisation (rayons X, ultra-sons, fusion d’images, visualisation en 3D) et de navigation robotisée.

Les yeux rivés sur leurs écrans, les praticiens bénéficient désormais des techniques les plus avancées en matière de chirurgie cardio-vasculaire. Ils peuvent ainsi réaliser les opérations les plus délicates, à travers des procédures très peu invasives et adaptées à la morphologie de chaque patient : « avec ce nouvel équipement, nous avons gagné une précision incroyable, des temps d’intervention réduits et des résultats préliminaires très encourageants. Pour nous médecins, c’est formidable de pouvoir offrir à nos patients le top de la technologie médicale pour des interventions dont l’enjeu est vital », confie le Pr Antoine Million, chirurgien vasculaire aux Hospices Civils de Lyon.

 

La Fondation HCL, au bénéfice direct des patients

Cette première dans un CHU français est avant tout le fruit de la générosité de nombreux mécènes. Elle a en effet été financée par la Fondation Hospices Civils de Lyon, qui a rassemblé les 250 000 euros nécessaires à sa réalisation.

En 2017, la Fondation HCL a ainsi collecté plus d’un million d’euros, mis à disposition de projets de recherche, de confort ou d’accompagnement, toujours au service du patient : « ce dernier, quel que soit son âge, sa pathologie ou sa bourse, est au cœur de toutes nos actions. L’idée directrice qui a conduit à la naissance de la Fondation est que personne ne doit être oublié », résume sa déléguée générale Sophie Mérigot.

 

Une campagne pour soutenir les dons

L’ouverture à l’été 2017 d’une terrasse ouverte aux patients en soins palliatifs à l’hôpital Édouard Herriot, destinée à adoucir les derniers instants de personnes en fin de vie, en fut l’une des concrétisations les plus poignantes. Un aménagement du même type, sous forme de pergola, a été installé à Lyon-Sud. Autres réalisations emblématiques facilitées par la Fondation HCL, une salle dédiée aux jeunes souffrant d’addictions à Édouard-Herriot, le réaménagement d’une salle dédiée à l’allaitement à l’hôpital de la Croix-Rousse ou encore l’acquisition de mobiliers pour des cabines de socio-coiffure et socio-esthétique ainsi que pour une salle de yoga, à Lyon-Sud.

« L’objectif de ces actions est de changer la vie quotidienne du patient et de concourir ainsi à atténuer leur souffrance », témoigne Sophie Mérigot. De nouveaux projets sont en attente de financement et la Fondation HCL, pour favoriser leur éclosion, a lancé cet hiver une vaste campagne de sensibilisation au don. « Donner, cela fait du bien. Nombreux sont ceux qui reconnaissent que c’est formidable, sans pour autant passer pas à l’acte. Mais si l’on ne donne pas, il ne se passe rien. Chacun peut s’impliquer, en fonction de ses possibilités, et agir directement pour notre territoire, pour nos hôpitaux, qui nous recevront quand nous aussi, nous aurons un souci de santé ».

 

Bientôt un pavillon des enfants à l’HFME

Parmi les projets en gestation, la création de jardins thérapeutiques dans les hôpitaux gériatriques Pierre Garraud et Frédéric Dugoujon, le financement d’un jardin suspendu à l’HFME, le soutien à un programme de recherche en immunothérapies cancéreuses ou encore l’acquisition d’un exosquelette d’assistance a destination des patients atteints de paralysie des membres inférieurs.

En attendant, la Fondation HCL va voir se concrétiser prochainement un projet dans lequel elle s’est considérablement investie, tant dans le temps (deux ans de travail) qu’en termes financiers (287 000 euros, sur une enveloppe globale de 500 000 euros). La construction d’un pavillon des enfants, espace permettant aux jeunes patients de pratiquer une activité physique adaptée, doit débuter avant la fin du premier semestre 2019 à l’Hôpital Femme Mère Enfant de Bron. Une façon, pour le Pr Pierre Fourneret, chef du service Psychopathologie du Développement à l’HFME, « de changer le regard de nos jeunes patients sur l’hôpital ». Déjà une victoire.

 

Pour plus d’informations et soutenir la Fondation : cliquez ICI.

 

A SAVOIR

Opérationnelle depuis 2015, la Fondation Hospices Civils de Lyon a été créée pour soutenir des projets en faveur de la qualité de l’accueil en milieu hospitalier, de la recherche médicale et de l’accompagnement des malades et de leurs proches. D’abord abritée par la Fondation pour l’Université de Lyon, autonome depuis 2017, elle a été reconnue d’utilité publique le 21 avril 2017 : un gage de qualité des actions passées et futures, mais aussi de traçabilité optimale des dons et de bonne gestion. Son fonctionnement est assuré par une équipe de trois salariés et d’un président bénévole, Bruno Lacroix.

Cet article Cardio-vasculaire : la chirurgie du futur testée à Lyon est apparu en premier sur e-magazine régional consacré à la santé et au bien-être.

]]>
http://www.ra-sante.com/lyon-test-chirurgie-cardio-vasculaire-futur-39654.html/feed 0