Le corps de la femme subit de lourdes transformations pendant la grossesse, et doit être accompagné. C’est l’objectif de la chiropraxie qui agit en prévention et en traitement pendant cette période si particulière de l’accouchement. Les explications d’Elodie Rousset, chiropracteur à Lyon et présidente des régions de l’AFC.

Le chiropracteur est autorisé à utiliser des instruments.
Le chiropracteur est autorisé à utiliser des instruments.

Chiropraxie et grossesse : quels sont les champs d’action ?

Avec la grossesse, l’objectif principal de la chiropraxie est de préparer l’accouchement avec une bonne souplesse et l’équilibre du bassin, à travers un travail de relâchement musculaire, ligamentaire, des mobilisations et des manipulations. Il s’agit aussi de palier à tout ce qui va arriver pendant la grossesse qui représente un gros changement au niveau morphologique. On prend du poids, une cambrure s’installe….Les femmes enceintes vont souffrir de sciatiques, de douleurs lombaires car le corps doit s’adapter à une forte contrainte.

La chiropraxie permet de soulager la femme enceinte sans prendre de médicaments, même en fin de grossesse lorsque le ventre pèse et que des douleurs se font ressentir au niveau du dos ou de l’aine. Tout cela se soulage avec un relâchement musculaire, un travail crânien, on peut aussi calmer les reflux ou les problèmes de constipation quand bébé appuie trop sur l’estomac ou le colon.

Tout cela demande un suivi plus important que pour un patient lambda, car le corps s’adapte de jour en jour. L’idée est d’éviter que d’autres symptômes surviennent durant la grossesse et de préparer à l’accouchement.

 

La grossesse, un bouleversement pour le corps

La grossesse peut-elle avoir des répercussions sur le dos après l’accouchement ?

Oui. Pendant la grossesse et l’accouchement, on a la chance de profiter d’hormones qui aident à l’élasticité articulaire mais cela entraine souvent un changement de l’anatomie de la femme. Il faut donc faire un bilan après l’accouchement pour contrôler la posture et aider le corps à s’adapter à sa nouvelle position. Les jeunes mamans peuvent garder une hyper-lordose, et un élargissement du bassin. Certaines patientes qui ont eu une grossesse sans douleur déclenchent des symptômes après l’accouchement. Ce travail que le corps a fait en 9 mois pour s’adapter à la grossesse, il devra le faire en sens inverse rapidement, alors que la maman est fatiguée, dort peu, allaite et porte bébé.

 

Rester dynamique avant l’accouchement

Que conseillez-vous aux femmes en prévention ?

En prévention, il faut marcher, rester active, limiter la position assise, s’étirer… bref rester dynamique tout en gardant une bonne souplesse articulaire. Autrement, la grossesse risque d’être un facteur aggravant de tous les déséquilibres déjà présents et déclencher des symptômes que l’on aurait pu éviter.

 

La natation, sport roi pour les femmes enceintes

Quels sports conseillez-vous pendant la grossesse ?

Cela dépend des patientes, de ce qu’elles faisaient avant. Si on ne pratiquait pas la course à pieds, on ne risque pas de s’y mettre pendant la grossesse, mais si on a un périnée et des abdos assez forts alors c’est possible de continuer à courir pendant quelques temps. La natation et la marche ne posent aucun problème pour tout le monde, tout comme le yoga, le pilates ou l’aquagym qui sont vivement conseillés. De manière générale, tout ce qui se passe dans l’eau est bon car la femme enceinte ne porte pas le poids du bébé et les mouvements sont atténués par l’eau.

A savoir

Une première séance de chiropraxie dure entre 30 et 45 minutes. Pour un suivi, cela va plutôt être 20 ou 30 minutes. La première séance est toujours plus longue car on va faire un interrogatoire pour établir un bilan de posture. On peut ensuite avoir 2 ou 3 séances rapprochées, puis on va espacer les séances jusqu’à suivre le patient en prévention quelques fois dans l’année, mais de manière espacée. Le tarif d’une séance est variable, mais dans la région lyonnaise, il varie entre 40 et 55€ la séance. Certains pratiquent des tarifs plus élevés pour la première séance. Certaines mutuelles prennent en charge 3 ou 4 séances par an, en fonction des contrats.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.