L’épidémie de chikungunya, qui ne cesse de progresser dans les Antilles, pourrait toucher cet été le quart Sud-est de la France, et notamment la région Rhône-Alpes où le moustique titre est déjà implanté. Les explications de Stéphane Robert, président du site Vigilance Moustique spécialisé dans les actions de prévention et de vigilance contre les moustiques, ainsi que la lutte contre la paludisme dans le monde.

Le moustique tigre se distingue par ses rayures blanches et noires.
Le moustique tigre se distingue par ses rayures blanches et noires.

 

En Rhône-Alpes depuis 2011

Comment le moustique-tigre (Aedes Albopictu), originaire d’Asie du Sud-Est, est-il arrivé en France ?

Il est intéressant de noter que le moustique-tigre a une autonomie de vol très faible : une dizaine de mètres tout au plus. Impossible donc de traverser la mer ou un océan. Toutefois le moustique-tigre est une espèce dite invasive, il n’a aucun mal à voyager dans les moyens de transports humains, qu’il s’agisse de l’avion, de la voiture ou du bateau. Le moustique-tigre a d’ailleurs été signalé pour la toute première fois en France en 1999 au Havre. Il est arrivé par voie maritime. Il est implanté dans la région Rhône-Alpes depuis 2011 en venant par le Sud. Plus précisément de l’Italie, puis en remontant par les Alpes-Maritimes.

Où le trouve-t-on ?

Vers les points d’eau stagnante évidemment mais pas seulement. L’habitat humain et les zones urbaines lui aussi conviennent parfaitement. Le moustique-tigre y trouve du sang en quantité et de nombreux points d’eau pour se reproduire. Car non seulement l’espèce est résistante mais il se reproduit très rapidement. Ainsi, en une dizaine de jours, il peut faire éclore 200 larves en moyenne.

Attiré par les odeurs

L’espèce est-elle résistante ?

Oui, à l’instar des moustiques en général, le moustique-tigre est très résistant. Le climat dans un premier temps ne lui pose aucun problème. Il s’adapte très bien aux zones tempérées comme c’est le cas en France. Il hiberne lorsque les températures baissent et est actif de mai à novembre. De plus on peut supposer que l’espèce peut devenir plus résistante. D’une part parce que l’on parle d’une espèce autonome en France (il y a un moustique-tigre « français »). D’ailleurs, l’espèce qui transmet le paludisme commence à résister aux principaux antidotes.

Qu’est ce qui est susceptible d’attirer le moustique-tigre ?

C’est valable pour les moustiques en général mais contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas la lumière qui l’attire mais le CO2 que nous dégageons, notamment en respirant.  Le moustique ne distingue pas grand chose, aussi ce sont les odeurs qui l’attirent. Ainsi les personnes qui transpirent beaucoup, ou bien les personnes avec des corps « massifs » (obésité, femmes enceintes) sont plus exposées que d’autres. Certains supposent aussi qu’il pique plus facilement les femmes, du fait de leur peau plus fine.

Stéphane Robert

Comments

comments

One Response to "Chikungunya: le moustique-tigre en Rhône-Alpes"

  1. Pingback: La région Rhône-Alpes enregistre une augmentation de cas de Chikungunya. | Rhône Alpes Santé

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.