Un cheval qui tousse en début de séance, semble boiteux, ou se montre apathique... Autant de symptômes à prendre en considération pour vous assurer de la bonne santé de votre équidé, comme l’explique Valérie de Murat, vétérinaire équin.

 

Certains signes ou symptômes indiquent que votre cheval est malade
Un cheval malade présente souvent des symptômes qui doivent alerter ©Pixabay/CCO

 

Mon cheval malade ne se déplace pas comme à son habitude, j’ai l’impression qu’il boite

 

La situation : Il arrive parfois que vous sentiez votre cheval moins à l’aise à une main qu’à l’autre, et que certains exercices habituels deviennent difficiles. Dès que vous ressentez une irrégularité, demandez à votre coach ou à une personne extérieure de vous confirmer votre sensation. De plus, il est souvent plus facile de constater la boiterie au trot.

 

La conduite à tenir : Interrompez la séance de travail de votre cheval. En revanche, vérifiez si le membre, que vous pensez concerné, n’est pas gonflé par endroit, douloureux au niveau de certaines zones ou chaud. N’hésitez pas à faire marcher votre cheval en main lors d’une gêne ou d’une boiterie légère, car cela n’est pas bénéfique pour lui de rester au box. Evitez de le lâcher au paddock, il pourrait se blesser encore davantage. Vous pouvez doucher les membres et faire des soins locaux. En revanche, ne mettez pas d’argile en cas de plaie.

 

Quand appeler le vétérinaire ? Si la boiterie ou gêne persiste le lendemain ou le surlendemain, contactez votre vétérinaire. Si la boiterie est très marquée allant jusqu’au cheval qui ne pose plus le pied au sol, il peut aussi s’agir d’une véritable urgence, ne tardez pas à appeler votre vétérinaire pour soulager votre cheval.

 

Les causes possibles : L’une des premières causes de boiterie est l’abcès de pied. La boiterie associée peut être très marquée. L’abcès doit être ouvert quand c’est possible, puis la zone désinfectée, mais il faut parfois attendre plusieurs jours pour relever une amélioration. Pour rester dans les boiteries intenses, il peut s’agir d’une fracture ou d’une infection. Les boiteries plus modérées peuvent être dues à des affections musculaires, tendineuses ou ligamentaires, ou encore articulaires.

 

 

Mon cheval malade a des difficultés respiratoires

 

Les conseils d'un vétérinaire équin si votre cheval semble malade
Valérie de Murat, vétérinaire équin chez Boehringer Ingelheim

La situation : Votre cheval tousse en début de séance, il respire plus fort ou plus précocement que d’habitude durant sa séance de travail, vous le sentez essoufflé. Il met plus de temps à récupérer. Autre cas de figure plus extrême : il peut aussi être essoufflé au box.

 

La conduite à tenir : la petite toux en début de séance est un signal souvent négligé par les cavaliers. Pourtant, elle peut être un signal précoce d’asthme. Il n’est pas normal qu’un cheval tousse dans les conditions de travail auxquelles il est habitué. Pensez à prendre la température de votre cheval pour exclure ou supposer un problème infectieux.

 

Quand appeler le vétérinaire ? Si votre cheval a de la température au repos (au delà de 38,5), a les naseaux dilatés et se met en sueur, il s’agit d’une urgence. S’il saigne du nez, ne perdez pas de temps. Si votre cheval tousse 2 ou 3 fois dans une séance, et que cela dure depuis plusieurs semaines, ce n’est pas une urgence mais contactez votre vétérinaire avant que les lésions soient irréversibles et nécessitent un traitement coûteux à vie (asthme).

 

Les causes possibles : Un cheval essoufflé au box et qui souffre d’écoulements au niveau de ses naseaux peut avoir de la fièvre et donc une maladie d’origine bactérienne ou virale. Notez qu’un cheval n’est pas censé avoir le nez qui coule. Il peut aussi s’agir d’une intolérance à l’effort dont la cause doit être déterminée ou liée à une pathologie respiratoire chronique comme l’asthme.

 

 

Mon cheval malade est apathique

 

La situation : Tout cavalier qui connaît bien son cheval sait qu’il possède un tempérament plus ou moins dynamique. Dans certains cas, le cheval peut être anormalement « éteint », la tête en bas.

 

La conduite à tenir : Prenez d’abord sa température au repos (elle doit être en dessous de 38,5). Observez aussi si vous voyez des crottins dans le boxe. Regardez si votre cheval respire fort, ou transpire.

 

Quand appeler le vétérinaire ? Si votre cheval a de la température, ne mange pas (même une carotte), manifeste des signes de coliques (pas de crottin dans le box), transpire au repos ou présente tout autre signe inhabituel qui vous inquiète. Préférez appeler votre vétérinaire plutôt tôt que trop tard.

 

Les causes possibles : Si votre cheval a beaucoup de température (40,41), il peut souffrir d’une pathologie infectieuse comme la piroplasmose. Sans température, il peut aussi s’agir d’une petite colique, ou bien de la maladie de Lyme par exemple.

 

Mon cheval malade présente un comportement anormalement agité et paraît douloureux

 

La situation : Le cheval transpire abondamment, tourne dans son box, présente de la diarrhée ou au contraire n’a pas fait de crottins dans son box.

 

La conduite à tenir : Vérifiez immédiatement s’il y a des crottins dans le box et leur aspect. En cas d’absence de crottins, combinée à ce comportement anxieux de votre cheval, il s’agit probablement de coliques, appelez votre vétérinaire rapidement. En cas de présence de crottins, mais qui vous semblent plus mous voire liquides, observez dans un premier temps, et si cela persiste sans que vous trouviez une explication (changement d’environnement, de litière ou d’alimentation), vous pouvez aussi observer la présence ou non de vers dans les selles. Ceux-ci sont parfois invisibles. Il peut alors être intéressant de regarder si le cheval a une coulée blanche au niveau de l’anus ou s’il se gratte la queue.

 

Quand appeler le vétérinaire ? Une diarrhée marquée (=liquide) chez un cheval est une urgence et plus tôt cette dernière sera prise en charge, meilleur sera le pronostic. Il est en de même pour une colique : appelez votre vétérinaire le plus rapidement possible, cela améliorera ses chances de guérison.

 

Les causes possibles : Les causes d’affections digestives sont multiples. Cela peut être dû à l’alimentation, au parasitisme, à l’environnement, etc. Si votre cheval est infesté, il est parfois possible d’observer des vers dans les crottins mais cela reste anecdotique. La coproscopie (recherche d’œufs de parasites dans les crottins) est le meilleur outil diagnostic. Parlez-en à votre vétérinaire afin qu’il détermine le vermifuge adapté.

 

 

Mon cheval malade présente une masse inhabituelle

 

La situation : En vous occupant de votre cheval, vous ressentez une masse inhabituelle sous vos doigts. En règle générale, plus cette masse est grosse, plus elle vous alerte.

 

La conduite à tenir : Si la masse est au niveau des membres, observez si elle est dure, chaude et douloureuse. De manière générale, il est important que vous suiviez son évolution : s’étend-elle ? Grossit-elle ? Saigne-t-elle ? Est-elle douloureuse/ chaude ?

 

Quand appeler le vétérinaire ? Cela ne constitue pas une urgence, mais mieux vaut contacter son vétérinaire rapidement plutôt que d’attendre que la masse soit trop grosse et gênante, quitte à ce qu’il vous dise d’observer l’évolution. Une masse au niveau du passage de sangle ou de la sphère sexuelle peut vite être gênante pour le cheval. Bien entendu, plus la masse évolue vite, plus il faudra s’en inquiéter.

 

Les causes : Quand cela est localisé au niveau des membres, il peut s’agit d’une déformation tendineuse, ligamentaire ou osseuse (suros). Sur le reste du corps, il peut s’agir d’une verrue, d’un sarcoïde, d’un hématome ou d’un œdème voire d’une piqûre d’insecte.

 

 

Mon cheval malade a les membres engorgés

 

La situation : Votre cheval présente des membres « gonflés ». Chez les grands chevaux, des engorgements « usuels » sont régulièrement observés sur les postérieurs et peuvent être chroniques.

 

La conduite à tenir : La première chose à faire est de marcher le cheval. Si après avoir marché, l’engorgement disparaît, vous pouvez soulager votre cheval avec des bandes de repos pour améliorer le retour veineux et le doucher.

Si l’engorgement est asymétrique, cela signifie qu’il y a un souci au niveau du membre engorgé (infectieux, plaie, gale de boue…), ou alors votre cheval utilise mal l’autre côté car il souffre.

 

Quand appeler le vétérinaire ? Si l’engorgement est symétrique et qu’il n’y a pas d’autres signaux, surveillez simplement votre cheval (température, prise alimentaire, crottins). En revanche, si c’est asymétrique et assez important, ou que les quatre membres sont engorgés d’un coup, alors que le cheval n’a pas ce problème habituellement, renforcez la surveillance et n’hésitez pas à appeler votre vétérinaire pour avoir son avis.

 

Les causes : L’engorgement peut être le signe d’un mauvais retour veineux, de douleur ou encore de passages viraux ou bactériens.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.