A Lyon, des arbitres professionnels vont effectuer une série de tests biomécaniques à l'initiative de la start-up Wizwedge. Objectif: concevoir une chaussure de sport révolutionnaire pour limiter les vibrations des membres inférieurs et améliorer ainsi leurs performances.

 

La chaussure, un outil essentiel pour le footballeur et l'arbitre
Les arbitres et leurs assistants courent en moyenne près de 10 km par match ©DR

 

L’arbitrage, c’est le pied ! Ce jeudi 2 novembre, à Lyon (Rhône), à l’initiative de Wizwedge (1), sept arbitres officiant en Ligue 1 et Ligue 2 de football vont effectuer une série de tests biomécaniques pour améliorer leurs performances sur le terrain et ainsi être plus proches de l’action. Ces tests se dérouleront au CTC, leader mondial dans le chaussage, dans le septième arrondissement de Lyon.  Une telle séance inscrit dans le cadre d’un partenariat (2) qui permet aujourd’hui à 50 arbitres professionnels d’être équipés par ces chaussures de conception française. « Elles permettent une réduction de plus de 80% des vibrations au niveau des tendons et des muscles, moins 40% de contraintes dans les os, limitant considérablement les risques de fractures et aussi un gain de près de 30% de restitution d’énergie« , explique Jean-Luc Guer, podologue de l’OM depuis 2005 et fondateur de cette start-up  qui s’est fixée une mission: redéfinir totalement l’architecture de la chaussure de sport pour soulager le pied et mieux le protéger.

 

Chaussure de sport et talon surélevé

La solution ? Une surélévation du talon, associée au support des arches plantaires. « Cette nouvelle gémométrie n’assure que des bénéfices sans perturber l’équilibre postural du sportif », assure Jean-Luc Guer, qui s’est entouré d’une équipe pluridisciplinaire de spécialistes (médecins, kinésithérapeutes, ostéopathes, chercheurs et ingénieurs en biomécanique). Dans un second temps, Wizwedge s’est rapproché naturellement d’un centre technique industriel de référence, le CTC, à Lyon, leader mondial de la technologie et de l’innovation dans le chaussage, pour « établir un trait d’union entre la recherche et l’industrie« .

Après la fabrication des premiers prototypes en Italie, Michel Behr, chercheur au Laboratoire de Biomécanique Appliquée de l’Université d’Aix-Marseille, a engagé une série de tests pour évaluer le produit et établir les risques liés à d’éventuelles blessures. Les résultats se sont révélés convaincants.

 

Une chaussure de sport personnalisable

Concrètement, pour remédier aux problèmes engendrés par une chaussure extraplate et limiter la fatigue musculaire, le concept breveté par Wizwedge offre un « drop », un différentiel de hauteur entre le talon et l’avant du pied. Autre innovation, la Wedgebox permet une personnalisation des caractéristiques dynamiques de la chaussure en accueillant en son sein un « Wedge » amovible. « Le Wedge est un composant de la chaussure, situé au niveau du talon et élaboré à partir de matériaux innovants parmi les plus performants, testés en laboratoire. Il améliore la posture globale du sportif, favorise la prévention des blessures musculaires, tendineuses et articulaires. Il permet d’optimiser la performance sportive pendant l’effort et assure ainsi une diminution de la fatigue musculaire et du temps de récupération. On peut changer le wedge selon son poids, sa pratique, pour donner plus de dynamisme, de rebond ou encore plus d’amorti pour absorber la nocivité des vibrations« , explique le concepteur de cette chaussure high-tech « transposable à toutes les disciplines« .

Outre quelques arbitres de Ligue 1 (Antony Gautier, Nicolas Rainville, Gilles Lang), la Wizwedge est ainsi portée par quelques footballeurs ou joueuses de renom, à l’instar de Benoît Cheyrou, Romain Alessandrini, Stéphane Mbia, Rod Fanni ou Kassim Abdallah, Sandrine Brétigny ou Caroline Pizzala. Prochaine étape, le lancement d’une gamme dédiée au running au printemps prochain avec, comme ambassadeur, le marathonien Benoît Z, recordman d’Europe de la discipline.

 

(1) Le nom de Wizwedge fait référence à Wiz pour « expertise » et Wedge pour « nouvelle géométrie ».

(2) En mai 2017, à Paris, Wizwedge a signé un partenariat avec le Syndicat des Arbitres du Football d’Elite (SAFE), à l’occasion de son Assemblée Générale.

 

A SAVOIR

En moyenne, un arbitre de football professionnel parcourt entre 7 et 11 kilomètres durant une rencontre, avec de multiples accélérations-décélérations. Un rythme soutenu qui explique pourquoi les arbitres de L1 et de L2 s’entraînent quatre à cinq fois par semaine avec des séances d’une heure à une heure et demie. Un investissement personnel important qui nécessite une condition physique irréprochable… et de bonne chaussures !

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.