Pour sensibiliser au dépistage du cancer colorectal, deuxième cancer le plus meurtrier en France, le Centre Léon Bérard (CLB), à Lyon, organise de nombreuses manifestations publiques à l’occasion de « Mars Bleu 2015 ». Une initiative qui intervient alors qu’un nouveau test de dépistage sera bientôt disponible.

Le cancer colorectal peut être détecté tôt
Le cancer du côlon se développe à partir des cellules qui tapissent la paroi interne du côlon ©DR

Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus meurtrier mais c’est aussi l’un de ceux qui se traite le mieux s’il est pris à temps. « Le taux de guérison atteint 90% s’il est détecté tôt« , soulignent les experts du Centre Léon Bérard, à Lyon, qui organisent une grande campagne d’information dans le cadre de « Mars Bleu 2015 », le mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal. « Ce cancer touche plus de 42 000 nouvelles personnes et cause 17 000 décès par an en France. Pour lutter contre cette maladie, le dépistage reste l’un des moyens les plus efficaces« , insistent dans leur communication les spécialistes du centre lyonnais.

Pour inciter les hommes et les femmes de 50 à 74 ans à faire preuve de vigilance, l’espace de rencontres et d’information (ERI) du  Centre Léon Bérard organise notamment deux conférences grand public:

  • Le mercredi 4 mars sur le thème « la chirurgie dans les cancers du côlon » avec le professeur Michel Rivoire, coordonnateur du département de chirurgie du CLB.
  • Le mardi 24 mars sur « le syndrome de Lynch : prédisposition héréditaire aux cancers du côlon et rectum (sans polypose) de l’utérus et plus rarement à d’autres cancers » avec les docteurs Valerie Bonadonna (généticienne), Pierre Guibert (gastro-entérologue), Pierre Saltel (psychiatre) et Florence Guillot (représentante de l’association HNPCC-Lynch).

Par ailleurs, le mardi 10 mars de 10h30 à 15h30, quatre associations seront présentes au Centre Léon Bérard pour discuter avec les patients et leurs proches, de la maladie et du dépistage. L’HNPCC lynch, France Côlon, l’IAS (Information et Aide aux Stomisés) du Lyonnais et le Comité du Rhône de la Ligue nationale contre le cancer ont répondu présents pour organiser ce forum des associations qui aura lieu à l’accueil 1 du Centre Léon Bérard.

Enfin, du mercredi 4 mars au lundi 1er avril, une exposition intitulée « Mosaïques » sera présentée au 3ème étage du bâtiment 3/CSA. Il s’agit de 15 tableaux sur toile d’une artiste, amie d’un patient suivi au Centre Léon Bérard.

 

Objectif: identifier la maladie à un stade peu évolué

Dans le cadre de « Mars Bleu 2015 », de nombreux acteurs de santé publique et associations se sont mobilisés pour sensibiliser la population concernée, les hommes et femmes de 50 à 74 ans, voire avant en cas d’antécédents familiaux, au dépistage du cancer colorectal.

Le cancer du côlon se développe à partir des cellules qui tapissent la paroi interne du côlon. Un dépistage précoce permet d’identifier la maladie à un stade peu évolué, voire d’éviter un cancer en détectant des polypes ou adénomes, avant qu’ils ne dégénèrent en lésions cancéreuses. Plus un cancer colorectal est détecté tôt, moins les traitements sont lourds et plus les chances de guérison sont importantes. Parler du dépistage de ce cancer avec son médecin, c’est donc se donner toutes les chances de détecter un polype avant qu’il ne se transforme en cancer.

Pour améliorer le dépistage, le ministère de la Santé a annoncé qu’un nouveau test serait disponible en France dans quelques semaines. Plus fiable, il présentera une efficacité supérieure à l’Hemoccult utilisé depuis 2009. L’institut national du cancer (Inca) précise que « sa sensibilité accrue permettra une meilleure détection des cancers colorectaux et des lésions précancéreuses« . Ce test immunologique, baptisé OC Sensor, sera proposé aux 16 millions de personnes concernées par la campaggne de dépistage.

 

A savoir

Le cancer colorectal reste encore en France un cancer méconnu et trop souvent tabou. La lutte contre ce cancer constitue pourtant une priorité du Plan cancer 2014-2019 et un enjeu majeur de santé publique. Troisième cancer le plus fréquent chez les hommes et deuxième chez la femme, le cancer colorectal reste en effet le plus meurtrier en France derrière le cancer du poumon. L’an dernier, 23 266 nouveaux cas ont été détectés dans notre pays chez les hommes et 18 926 cas chez les femmes, alors que le nombre de décès liés à un cancer colorectal a atteint 9275 chez les hommes et 8447 chez les femmes.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.