L'usure du temps sur la libido est-elle inévitable ? Quand y a t-il lieu de s'inquiéter pour l'avenir du couple ? Comment rompre la routine ? Les réponses de Claudie Caufour, thérapeute du couple et sexothérapeute à Lyon.

Le couple et le sexe ne font pas toujours bon ménage...
Combattre l’usure du temps, le quotidien du couple…

On dit que l’amour dure trois ans… doit-on se résoudre à une baisse inévitable de la libido ?

Non, ce n’est pas une fatalité. Et puis, il ne faut pas confondre sentiment amoureux et désir sexuel. L’amour peut durer tout le temps, mais le désir sexuel se travaille et se construit. Contrairement aux hommes, chez la femme, le besoin de sexualité lors de la rencontre ne vient pas d’un besoin génital mais de la volonté de forger un couple. Le début de la vie à deux, puis le mariage et enfin les enfants… une fois ces étapes franchies, les femmes vont inconsciemment se détourner de leur sexualité, comme si l’objectif était atteint. Pour que les femmes continuent à désirer, elles doivent faire un apprentissage de leur sexualité génitale : apprendre à faire l’amour parce que ça fait du bien. C’est un vrai travail !

 

Couple et sexualité, une question de communication

Tous les couples connaissent des périodes sexuelles creuses. Mais y a t-il un moment où il faut s’inquiéter, notamment quand les câlins s’espacent trop ?

Il y a lieu de s’inquiéter quand on arrête de communiquer autour de la sexualité, mais aussi quand on est dans la frustration, ou quand on déploie diverses stratégies pour ne pas se retrouver dans l’intimité avec l’autre. Après, certains événements mettent à mal la libido et il ne faut pas s’alarmer à la première baisse. C’est notamment le cas avec la grossesse, un événement dur dans la vie, le stress…

Si l’envie de rapport sexuel n’est un temps pas au rendez-vous, doit-on se « forcer » ?

On ne peut pas se forcer toute sa vie. De façon classique, il peut il y avoir une discorde entre les partenaires car l’homme sera plus souvent en demande. Naturellement, les femmes ont généralement moins souvent envie de faire l’amour que les hommes. Mais se forcer est une mauvaise solution car les femmes n’auront même pas le temps de sentir monter leur propre désir sexuel. Peut-être qu’elles n’ont envie de faire l’amour qu’une fois par semaine, toutes les deux semaines ? Mais elles ne sont même pas en mesure de le savoir. Il faut pourtant apprendre à connaître son propre rythme sexuel. Il faut savoir que les femmes sont tributaires de leurs cycles, mais aussi que les pilules peuvent avoir un impact sur la libido.

 

La grossesse, une période à risque

Quelles sont les périodes charnières pour le couple et sa sexualité ?

Déjà, comme évoqué plus haut, lorsque le couple emménage ensemble. Très souvent, le désir sexuel de la femme s’arrête car sa sexualité est motivée par une demande de fusion avec son partenaire. La grossesse est ensuite une période difficile. Lorsque les femmes veulent avoir des enfants, leur libido peut exploser, mais une fois la mission accomplie, le désir peut s’éteindre. Il est vraiment important que les femmes connaissent leur corps et sachent comment il fonctionne.

La routine est souvent incriminée lorsque l’on parle de baisse du désir. Mais innover, rompre avec les habitudes, suffit-il à retrouver la voie du désir ?

Il faut savoir que la base de tout, c’est la bonne entente du couple. Comment espérer que cela se passe bien au lit alors que ça se passe mal en dehors ? Ce que je suggère avant tout au couple, c’est de s’éloigner, de mettre un peu de distance pour attiser le désir. Par exemple : partir en week-end entre amis pour insécuriser un peu l’autre, car on désire ce que l’on n’a pas. Il est également important que le couple parte seul sans les enfants pour se retrouver dans une dynamique de couple et non de parents. L’escalade dans des pratiques sexuelles toujours plus compliquées, toujours plus hards, je ne crois pas que cela soit une solution.

*Sexualité épanouie en 15 étapes, Claudie Caufour, éditions Presses Chatelet

 

Consultez la liste de tous les médecins sexologues et sexothérapeutes près de chez vous sur www.conseil-national.medecin.fr

Comments

comments

2 Responses to "Couple et libido: la baisse du désir est-elle inéluctable ?"

  1. olivier  10 octobre 2014

    J’aime bien cet article. Je dirais en plus qu’un bon moyen dans un couple est de se « challenger » pour raviver la flamme du désir et sortir d’une certaine zone de confort. Le mieux pour cela est de s’intéresser au désirs de l’autres pour y répondre et s’inspirer pour trouver des idées de jeu par exemple 😉
    Olivier

  2. ladyshagass  10 décembre 2017

    Je trouve ça nul de focaliser sur l’absence de désir de la femme. L’inverse avec des femmes ayant plus de libido que le mec existe aussi parfaitement.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.