En Auvergne-Rhône-Alpes, l’Assurance Maladie invite les personnes de 65 ans et plus ainsi que les personnes atteintes de pathologies chroniques à se faire vacciner sans attendre contre la grippe saisonnière et ses complications. Les explications du docteur Anne-Marie Durand, directrice de la Santé publique de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes.

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté dans la région
Le vaccin contre la grippe est disponible depuis le 6 octobre en Auvergne-Rhône-Alpes ©P.Auclair

 

Pourquoi avoir engagé une nouvelle campagne de sensibilisation de grande envergure sur la nécessaire vaccination anti grippale en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Parce que nous sommes très vigilants sur l’incidence de l’épidémie de grippe qui se révèle plus ou moins intense, plus ou moins longue d’une année sur l’autre, mais toujours bien présente durant l’hiver. L’arrivée précoce de l’épidémie en décembre dernier, alors qu’elle était survenue en janvier les années précédents, est en partie à l’origine de la surmortalité enregistrée l’hiver dernier. Sachant qu’il faut quinze jours pour que la protection vaccinale soit efficace, il est essentiel de sensibiliser l’ensemble des professionnels de santé et des personnes à risques sur l’importance de la vaccination pour se protéger du virus.

 

Directrice ARS Auvergne Rhône-Alpes
Le docteur Anne-Marie Durand (ARS) ©P.Auclair

L’an dernier, ce virus a été particulièrement virulent. Avez-vous identifié la souche qui va sévir cet hiver ?
Il est encore trop tôt pour avoir une idée précise de la virulence et de la souche du virus qui frappera notre pays. Cela étant, la vaccination reste le meilleur moyen de se prémunir de la maladie, quelle que soit la souche. Pour être le plus efficace possible, la composition du vaccin, qui comporte trois souches (c’est à dire trois variétés de virus) est actualisée chaque année pour tenir compte des mutations régulières du virus. Cette année, une souche a été modifiée dans la composition du vaccin, les deux autres restent inchangées.

 

 

La grippe, une menace pour les seniors

Quelles sont les personnes à risques ?
D’abord les personnes âgées dont l’organisme plus fragile a du mal à lutter contre les virus, notamment celui de la grippe. Nous avons aussi une action de sensibilisation auprès de toutes les personnes atteintes de pathologies chroniques, essentiellement respiratoires, cardiaques ou liées au diabète, à l’obésité… Par ailleurs les femmes enceintes sont également à protéger.

Quelles dispositions particulières avez-vous pris cette année pour améliorer la couverture vaccinale ?
La campagne de sensibilisation , qui a débuté le 6 octobre avec le lancement de la vaccination, est déclinée via l’ensemble des médias régionaux et sur tous les réseaux sociaux. Nous avons cette année mis l’accent sur l’information des jeunes seniors qui perçoivent souvent moins la gravité de la pathologie de la grippe saisonnière. Cette campagne s’accompagne d’une expérimentation en Auvergne-Rhône-Alpes pour permettre aux personnes à risques de se faire vacciner par leur pharmacien en officine. En ouvrant le geste vaccinal à une nouvelle catégorie de professionnels de santé (en plus des médecins, sages femmes et infirmiers), on espère améliorer de manière significative le taux de vaccination dans la région.

 

Auvergne-Rhône-Alpes, un taux de vaccination insuffisant

Quel est ce taux de couverture vaccinale ?
La région Auvergne-Rhône-Alpes se situe légèrement en dessous de la moyenne nationale, avec un taux de couverture vaccinale de 46,4% pour les personnes dont la grippe présente un risque de complications. La moyenne nationale est de 47,4%. Cela dit, on constate une grande disparité en fonction des départements, l’Auvergne présentant globalement une couverture vaccinale supérieure à Rhône-Alpes.

 

A-t-on déjà une idée de l’incidence positive de l’implication des pharmaciens dans la vaccination contre la grippe ?
Non, il est encore trop tôt pour avoir des chiffres précis. En revanche, il est acquis qu’environ 60% des officines de la région ont adhéré à cette démarche innovante. Cette expérimentation pourrait donc avoir des effets positifs sur le taux de couverture vaccinale. Je rappelle enfin que le vaccin contre la grippe est bien toléré et que les effets secondaires sont extrèmement limités et bénins.

 

A SAVOIR

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, 1,4 millions d’habitants ont reçu un courrier de leur Caisse d’Assurance Maladie les invitant à se faire vacciner. Cette lettre est accompagnée d’un bon de prise en charge à 100% du vaccin et d’un document d’information sur la grippe et ses complications.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.