L’asthme, qu'il soit allergique, médicamenteux ou d'effort, est une maladie bronchique chronique qui peut survenir à tout âge. Elle touche cependant plus particulièrement les jeunes. En France, plus de 1000 personnes en meurent encore chaque année. Les explications du professeur Gilles Devouassoux, chef de service de pneumologie de l’hôpital de la Croix-Rousse (Hospices Civils de Lyon).

 

Traitement de la crise d'asthme avec ventoline
La crise d’asthme peut être traitée par l’utilisation d’un bronchodilatateur en aérosol ©DR

 

A quoi reconnaît-on une crise d’asthme ?

Une crise d’asthme survient souvent la nuit. Elle se manifeste par des sifflements à l’expiration, mais peut aussi se révéler en cas d’essoufflement à l’effort et de toux sèche, ou de difficulté à parler. Dans tous les cas, il faut consulter. Seul un médecin peut l’identifier et la différentier d’autres pathologies respiratoires.

 

Que se passe-t-il alors dans l’organisme ?

 Le diamètre des bronches diminue, les muqueuses sont inflammatoires et les muscles des bronches se contractent anormalement. Le malade a alors des difficultés respiratoires. Si l’épisode est grave, il peut y avoir une tachycardie, des troubles de conscience, parfois un coma. On peut en mourir si la prise en charge n’est pas immédiate.

 

Asthme et allergies au pollen

L'asthme exige une consultation auprès d'un pneumologue
Le professeur Devouassoux, pneumologue aux HCL

Quelles sont les causes qui peuvent provoquer cette maladie ?

Bien souvent, une crise d’asthme est une réaction allergique aux pollens, aux acariens, aux moisissures ou à des médicaments. Mais il y a aussi d’autres cas provoqués par des facteurs aggravants, comme le tabagisme ou la consommation de cannabis, la pollution, l’obésité, l’apnée du sommeil, le reflux gastro-oesophagien, certaines infections, etc. Non seulement les causes sont multifactorielles mais on n’en connait pas toujours l’origine.

 

Dans quels cas est-ce une maladie grave ?

La maladie tue plus de 1 000 Français par an dont la plupart sont des jeunes. Il s’agit d’un événement gravissime. Ceci est à différentier de la sévérité de la maladie. L’asthme est considéré comme sévère lorsque les symptômes surviennent nuit et jour malgré un traitement de fond adapté. C’est une situation assez rare (3 à 5% des asthmes) parce que l’asthme se soigne très bien dans plus de 90% des cas avec des corticoïdes inhalés et des bronchodilatateurs. Un patient qui suit bien les prescriptions, peut être sans symptôme résiduel (contrôlé). Le manque de traitements, leur utilisation inadaptée est une grande cause d’échec. On perd le contrôle de l’asthme avec persistance des symptômes, faisant le lit des épisodes aigus, des exacerbations et des accidents graves de la maladie.

 

 

Asthme, une maladie souvent héréditaire 

Peut-on être concerné par l’asthme à tout âge ?

Cette maladie touche particulièrement les enfants et chez eux, dans 80% des cas, elle est provoquée par les allergies alors que chez les adultes, les causes sont davantage multifactorielles. Toutefois pour des raisons encore inexpliquées, la maladie peut tout à fait disparaître à l’âge de l’adolescence pour réapparaître à l’âge de 40 ou 50 ans. Il convient de souligner que si l’asthme se soigne très bien, on n’en guérit pas pour autant.

 

Comment se soigne-t-on ?

Dans 99% des cas, le traitement comprend des corticoïdes inhalés et des bronchodilatateurs de longue durée d’action (ventoline).

 

Est-ce une maladie héréditaire ?

Comme pour toutes les maladies chroniques, l’asthme est sous la double dépendance de composantes héréditaires et environnementales. Le risque d’asthme chez un enfant est de l’ordre de 40% si un des parents en souffre et de 80% si les deux sont concernés.

 

Retrouvez la liste de tous les pneumologues et spécialistes de l’asthme de votre ville ou de votre quartier sur www.conseil-national.medecin.fr

 

A SAVOIR

Plus de 4 millions les personnes sont concernées par l’asthme en France et 235 millions dans le monde selon une estimation de l’OMS. A l’occasion de la journée mondiale de la santé,  un cri d’alerte a été lancé car il semble que cette maladie soit encore sous diagnostiquée et le nombre de personnes atteintes en augmentation.

 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.