Dans la Vallée du Rhône, et notamment sur l'axe entre Lyon et Montélimar, les personnes allergiques aux pollens d'ambroisie vivent actuellement l'enfer. A la clé, conjonctivite, asthme, yeux qui coulent et nez qui pique...

 

Les allergies à l'ambroisie arrivent à leur pic
L’ambroisie prolifère actuellement au Sud de Lyon jusqu’à Montélimar ©RNSA

Nez qui coule, yeux qui piquent, éternuements, asthme… Comme chaque fin d’été, les personnes allergiques redoutent – à juste titre – la période de pollinisation. Cette fois, il ne s’agit pas du fameux « rhume des foins » mais de l’ambroisie, cette plante sauvage qui ne cesse de proliférer sur tout le quart Sud-Est de la France. De fait, les cas d’allergies à l’ambroisie ne cessent d’augmenter sur tout l’axe de la Vallée du Rhône et cette fin d’été 2017 se révèle particulièrement éprouvante pour les allergiques.

« Les quantités de pollens d’ambroisie sont et seront en augmentation avec des risques d’allergie élevés à très élevés dans les départements de la vallée du Rhône, du Vaucluse au Rhône en passant par la Drôme, l’Isère, l’Ardèche ainsi que dans le Nivernais. Les personnes sensibles au pollen d’ambroisie doivent suivre scrupuleusement les traitements prescrits par leur médecin et rester très vigilantes« , note dans son bulletin hebdomadaire Charlotte Sindt, spécialisée dans le suivi allegro-pollinique au sein du RNSA (Réseau National de Surveillance Aérobiologie). «Il est recommandé aux personnes sensibles d’éviter de sortir le matin car c’est le moment où les fleurs s’ouvrent et où la libération des pollens est la plus forte. Ils restent présents le soir, mais de manière un peu plus faible« .

 

Un pic d’allergie

Cette année, en raison des conditions météorologiques, la pollinisation de l’ambroisie s’est effectuée avec une semaine d’avance, l’alternance de périodes de fortes chaleurs et d’épisodes pluvio-orageux ayant dérégulé la période de germination de l’ambroisie. Par conséquent, la présence des pollens d’ambroisie dans l’air est très importante. La période de canicule accompagnée d’un vent du Sud soutenu a accéléré la floraison et la dissémination du pollen dans l’atmosphère avant les orages de fin de semaine.

Pour limiter l’incidence de ces allergies, les autorités ont mis en place un plan de lutte contre l’ambroisie. Une plateforme de signalement ainsi qu’un numéro de téléphone (09 72 376 888) et une adresse mail (contact@signalement-ambroisie.fr) ont été mise en place par l’Agence régionale de santé (ARS) et la région Auvergne Rhône-Alpes afin de faciliter la reconnaissance et l’arrachage de cette plante. Une application mobile permet également de repérer plus facilement les plans d’ambroisie. Les photos sont envoyées à la plateforme de signalement qui prévient ensuite les organismes compétents pour procéder à l’arrachage. « Malheureusement, ces moyens sont insuffisants. Les premières estimations montrent que la plante prolifèrent plus vite que l’on ne l’arrache », admet Sébastien Weitz, chargé de projet concernant les pollens au sein de l’Observatoire Air Rhône-Alpes.

Ambroisie, les symptômes de l’allergie

Véritable problème de santé publique, l’ambroisie pourrirait la vie de 6 et 12% de la population française. Les symptômes, assez similaires au rhume des foins, se traduisent par des rhinites (sensation de picotement du nez, écoulements nasaux, éternuements), des conjonctivites (yeux qui piquent, rouges, gonflés et larmoyants), des trachéites, avec parfois des incidences plus graves ou plus désagréables comme des crise d’asthme, des poussées d’urticaire ou d’eczéma. Ces symptômes sont d’autant plus prononcés que le taux de pollen dans l’air est élevé, la chaleur et le vent accentuant les effets néfastes du pollen en période estivale.

Selon une étude menée par des chercheurs français, la prolifération de l’ambroisie devrait s’accélérer dans les prochaines décennies. La concentration de pollen dans l’atmosphère pourrait même être multipliée par quatre d’ici à 2050, certaines zones jusqu’alors épargnées comme le Nord de la France ou le Sud de la Grande-Bretagne étant les prochaines victimes de cette plante invasive.

 

A savoir

Hantise des allergiques, l’ambroisie est une plante sauvage provenant d’Amérique du Nord qui qui peut atteindre plus d’un mètre de haut et qui prolifère en France, et surtout dans la Vallée du Rhône depuis une vingtaine d’année.  Actuellement, l’ambroisie est présente dans la plupart des départements français. Mais la région de France la plus touchée est de loin l’Auvergne Rhône-Alpes.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.