"En moyenne, 90 % des patients se disent satisfaits par les résultats que procure l'acupuncture". Le point avec Philippe Cottone, diplômé de l'Institut de Médecine Traditionnelle Chinoise Shao Yang et acupuncteur à la Croix-Rousse depuis 2006.

 

L'acupuncture peut traiter de nombreuses pathologies
L’acupuncture, une technique chinoise de plus en plus utilisée ©Pixabay

 

Chaque personne est concernée par l’acupuncture. L’âge de mes patients varie du nourrisson à plus de 80 ans, et la doyenne a 92 ans. Si vous êtes sujet à des troubles du sommeil, à de l’acné ou encore à des pertes d’appétit, l’acupuncture vous sera probablement d’une grande aide. Autre exemple : en cette fin d’année scolaire, avec l’approche des résultats ou encore des épreuves futures, il est possible qu’un étudiant ne sache plus quoi faire pour se débarrasser de son stress. Le sport, la relaxation et vos loisirs préférés ne sont pas toujours suffisants pour se détendre. Ne prenez pas le risque de perdre tous vos moyens le jour de l’examen. L’acupuncture est un bon remède pour les plus angoissés d’entre nous. Petits, grands, tout le monde peut consulter.

acupuncture
L’acupuncture pour les personnes de 0 à 90 ans !

Quelles sont les origines de l’acupuncture ?

La Médecine Traditionnelle Chinoise est une médecine naturelle, et probablement ancienne de plus de 5000 ans. Acupuncture, qui vient du latin « acus pungere », soit « piquer une aiguille », est une technique traditionnelle chinoise qui permet par action sur des points précis d’apporter, entre autres, le calme et la sérénité. Ne vous méprenez pas, l’acupuncture n’est pas une médecine en elle-même, mais un outil de la médecine traditionnelle chinoise !

Que peut soigner l’acupuncture ?

L’acupuncture n’a pas uniquement des bienfaits sur le stress. Elle s’applique également à un vaste éventail de pathologies et de maux, par exemple dans l’arrêt du tabac, pour soulager un mal de dos mais aussi pour traiter ou soutenir  dans des pathologies bien plus lourdes comme la maladie de Parkinson. Selon l’OMS, il y a plus de 100 pathologies qui peuvent être traitées grâce à l’acupuncture. La médecine Traditionnelle Chinoise dans son entier recouvre un spectre bien plus large.

 

 

Comment se passe une première séance d’acupuncture ?

A votre arrivée au cabinet, pour la première séance, vous serez sans doute surpris par la quiétude de l’endroit. Les séances d’acupuncture s’effectuent dans une atmosphère agréable et réconfortante. A la différence d’une visite chez son médecin généraliste, qui ne dure souvent qu’un quart d’heure, la première consultation en MTC prend généralement une heure. Je prends le temps de connaître le patient, de l’écouter, de le comprendre. Un bilan sur votre pathologie et votre état général est fait au préalable : des questions vous sont posées. Avez-vous ces angoisses depuis toujours ? A quel point sont-elle handicapantes ? Vous font-elles perdre tous vos moyens au moment de l’épreuve ? Quelles sont vos habitudes alimentaires ?

Après cette prise de connaissance, je prends ce que l’on appelle le pouls chinois, qui se prend avec trois doigts, sur l’artère radiale de chaque bras. Cette technique permet de confirmer le syndrome établi durant le bilan ou d’apporter d’autres éléments.

 

Est-ce douloureux ?

Non, soyez tranquilles. Il ne s’agit pas là d’une prise de sang. Les aiguilles d’acupuncture, très fines, généralement 0,25 millimètres de diamètre, ne vous feront aucun mal. Vous ne ressentirez alors aucune douleur lorsque l’aiguille est placée. Une quinzaine, au maximum, seront positionnées sur votre corps : le ventre, les pieds, les bras, et même sur le crâne. Environ 400 points existent en acupuncture. Une des combinaisons les plus relaxantes est celle que l’on appelle « l’association des quatre barrières (Si Guan) » : un point est présent sur chaque pied et sur chaque main. Les points ne sont pas choisis au hasard : ils sont, au contraire, sélectionnés en fonction du syndrome établi. Dans le cas du stress il n’est pas rare qu’au bout de quelques minutes une sensation de relâchement et de bien être envahisse le patient.

 

Comment se déroule le suivi des séances ?

Les séances suivantes peuvent varier selon les praticiens, dans mon cas elles durent en moyenne une trentaine de minutes afin de réduire le coût des séances et de voir le patient plus régulièrement. Malheureusement, la France est un des rares pays d’Europe qui ne reconnaît pas la Médecine Traditionnelle Chinoise. Le plus souvent, si l’acupuncteur n’est pas également médecin, les consultations ne sont pas remboursées : il faut alors compter entre 33 et plus de 60 euros sur la région lyonnaise. Certaines mutuelles commencent néanmoins à rembourser ces soins.

 

Les progrès viennent-ils au fil des séances ?

Pour obtenir des résultats réels, il faut souvent plusieurs séances même si certains patients disent constater une amélioration de leur état dès la première. Cela dépend de chacun d’entre nous. Prévoyez trois à quatre séances pour voir les effets souhaités dans des cas de stress périodique par exemple.

 

Et si cela n’est pas suffisant ?

Il est malheureusement possible, bien que rare, que l’acupuncture ne soit pas suffisante. La médecine traditionnelle chinoise a plus d’un outil dans sa boîte ! Le praticien peut compléter l’acupuncture par du « massage » Tui-Na (médecine manuelle), ou encore la phytothérapie chinoise et la diététique. « Il est courant en pratique clinique d’associer plusieurs techniques pour optimiser les résultats. »

 

Y-a-t-il des risques ?

L’acupuncture ne présente aucun danger ! Au pire un petit bleu est possible à l’endroit où l’aiguille est posée, et il n’y a aucun effet secondaire.

 

L’acupuncture est-elle associable à la médecine conventionnelle ?

« Tout à fait, la Médecine Traditionnelle Chinoise et « l’allopathie » ne s’excluent pas mutuellement, bien au contraire. Je travaille très régulièrement en complémentarité avec des médecins spécialisés dans différents domaines comme la médecine manuelle, l’ostéopathie ou la gynécologie (en PMA notamment), pour ne citer que ceux-ci », nous expliquePhilippe Cottone.

 

A SAVOIR

Comment choisir son acupuncteur ? Si le diplôme n’est toujours pas reconnu, il faut que votre thérapeute ait suivi un cursus de médecine traditionnelle chinoise qui soit complet : tuina (massage), acupuncture, pharmacopée. Les formations les plus recommandées sont celles des facultés de médecine, notamment celle de Montpellier. Néanmoins, elles ne sont accessibles qu’au personnel soignant. D’autres écoles de médecine traditionnelle chinoise existent, comme l’institut Shao Yang à Lyon. Il faut alors compter au moins cinq années d’études pour devenir acupuncteur.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.